L'Ukraine bientôt dépecée par les Alliés

Washington envisage de profiter de la victoire russe en Ukraine pour rattacher Lviv/Lwów à la Pologne comme ce fut le cas après la Première Guerre mondiale. À l'époque, une brève guerre ayant opposé les Ukrainiens aux Polonais pour le contrôle de la Galicie sur fond d'effondrement de l'empire austro-hongrois, la Conférence de paix de Versailles et la Société des Nations (SDN) décidèrent de rattacher administrativement cette région à la Pologne pour 25 ans, puis de convoquer un référendum (...)

Non, la crise économique actuelle n’est pas uniquement « à cause de Poutine »

Bien qu’il puisse sembler politiquement commode de tout mettre sur le dos de l’invasion ces 8 dernières semaines, il est suprêmement trompeur de le faire. Source : Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Crise de l’eau, planète terre invivable ? Emma Haziza – Thinkerview

Emma Haziza est hydrologue, spécialiste de la résilience des territoires face aux risques climatiques extrêmes. Fondatrice de Mayane, centre de recherches appliquées dédié à l’adaptation climatique.

Portrait of the Artist as a Young Refugee

Ukrainian artist Anna Galushchak describes her art as an addiction that she can’t control. Even as she fled from Ukraine, she was thinking about the time that she was wasting, not working on her art.   Now, from a tiny room in Tallinn, Estonia, Galushchak is producing art that expresses the trauma of Russia’s war on Ukraine — and her own experience.  

MACRON FACE AU CHAOS DU MONDE : QUI VA TRINQUER ? – Thomas Porcher

Thomas PORCHER est membre des Économistes atterrés, une association de chercheurs luttant contre « l’orthodoxie néo-libérale », autrement dit, la pensée unique en économie. Il est par ailleurs docteur en économie à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et professeur associé à la Paris School of Business. Auteur de « Les délaissés » et « Introduction inquiète à la Macron-économie » (avec Frédéric Farah) Thomas porcher nous aide à dresser le bilan du quinquennat de Macron, qui a été étonnement oublié par les grands médias !

Du jamais vu : Les dépenses militaires mondiales dépassent les 2 000 milliards de dollars

Les États-Unis dépassent de loin tous les autres contributeurs alors que des menaces pressantes comme le changement climatique et les conflits nucléaires, qui nécessitent des stratégies diplomatiques, reçoivent peu de fonds. Source : Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Everything You Need to Know About Wildlife Corridors — and Where to See Them

PICKS are stories from many sources, selected by our editors or recommended by our readers because they are important, surprising, troubling, enlightening, inspiring, or amusing. They appear on our site and in our daily newsletter. Please send suggested articles, videos, podcasts, etc. to .

Everything You Need to Know About Wildlife Corridors — and Where to See Them (Maria)

L'armée française appuye officiellement l'armée ukrainienne, bandéristes inclus

Le chef d'état-major des armées françaises, le général Thierry Burkhart, a diffusé un tweet le 18 mai 2022, dans lequel il parle de l'« appui » des armées françaises aux armées ukrainiennes. Le mot « appui » indique une participation aux combats. Le général français fait état d'une communication téléphonique avec son homologue ukrainien, le général Valerii Zaluzhnyi, dont le leader bandériste (« néo-nazis » selon la terminologie russe) Dmitry Yarosh est le conseiller (...)

The Fed’s Current Role in Undermining Democracy

The current trajectory of Federal Reserve policy began in 2008. Since then, the Fed has moved into uncharted territory beyond its statutory authority and without legislative direction from Congress.   

Washington étudie comment créer un double marché des hydrocarbures

L'Administration Biden étudie la manière de contraindre les transnationales commerçant les hydrocarbures à n'acheter de production russe que très en dessous des prix du marché. Il s'agirait, une fois la Russie exclue de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), de constituer un double marché. Le premier serait régi par la loi de l'offre et de la demande. Son prix variera donc. Il est actuellement d'environ 100 $ le baril. Le seconde serait basé sur les coûts d'exploitation. Il serait alors d'environ 40 (...)