Le cauchemar de Lina

Je fais un exposé à ceux qui le veulent sur ma journée dans les méandres du "service" de "santé" du Québec. Que d'ironies dans cette journée, de tristesses, de larmes au yeux pour la souffrance de ma proche mère mais aussi de ceux qui sont censés prendre soin des malades :((( Vraiment je veux juste communiquer ma tristesse de ce soir, je m'excuse mais je pense qu'on peut bien parler de toutes les catastrophes plus ou moins lointaines mais celle là je ne l'avais jamais regardée dans les yeux et d'aussi proche. Eille les amis québécois !! Quéssé vous faites ! Quéssé qu'on fait ??? Hormis le fait que chaque personne que tu croise à l'Urgence a sa propre histoire, souvent pire que la tienne... Hormis ce fait, dans notre cas, celui de ma mère en particulier: Une femme de 62 ans, avec un poignet brisé le matin à 9h45, après 3h de clinique (parce qu'on croyait que ça pourrait accélérer les choses...) s'est retrouvée aux urgences de l'hôpital notre dame vers 13h30 - 14h... un diagnostic en main, une radio sur cd. Aucun soin, aucun anti-douleur... jusqu'à 23h messieurs dames, JUSQU'À 23 HEURES aucun soin ne lui fut prodigué ! Aucune attention, aucun petit mot réconfortant... Le système n'a pas besoin de compassion, ni d'amour, y a besoin de cash. Les larmes me montent aux yeux... Aux urgences les travailleurs sont abattus, sur la défensive, harassés par des "clients" trop non-traités, trop "triés", trop animalisés, bétaillisés, réduits à moins que des chiens... Mais en faiton ne sait pas vraiment pourquoi. Y a pas d'affiche aux mur qui t'explique : «Les travailleurs de la santé au Québec sont mécontent, les auxiliaires et les infirmières sont stressées, excusez nous de vous recevoir comme ça, mais ce sont les CON-SI-GNES.» L'argent d'abord. C'est ça la santé. Et c'est pleinement assumés par des médecins. J'ai beaucoup parlé, comme vous me connaissez... j'ai gueulé. Une fois, une bonne, promis pas plus. Et je suis allé parler aux gens après. à ceux qui s'étaient plaint de mon agressivité. À qui j'avais dit que je me sentais agressé par leur attitude. Une fois calmé et un relatif calme revenu en début de soirée, on s'est excusé mutuellement et j'ai cherché à comprendre. J'ai vu des larmes dans les yeux de la femme qui nous demandait 800$ pour pouvoir avoir le privilège d'être vue par un médecin. J'ai eu droit aux excuses, 6h plus tard, de celui qui a dit à ma mère, mot pour mot : «Si vous ne pouvez pas payer, ben allez régler vos problèmes d'assurance et revenez demain»... Je lui ai parlé de Koumbit, qui, éventuellement pourrait les rencontrer pour voir ce qu'on pourrait faire pour les aider à mieux communiquer leurs problèmes à la population. J'ai cru comprendre qu'il trouvait ça intéressant. J'ai vu aussi qu'il n'avait pas le goût... Je ne veux pas en rajouter en mettant le timeline de la journée, mais vous voyez le truc... Ce fut long et il a fallu beaucoup d'humour. Voilà. Merci d'avoir lu, et n'en faisons pas une maladie ;) -- Dans le site personnel de Lina: Cauchemard à notre dame

Ajouter un commentaire