Le journal de Personne

Éléments du fil RSS

les arabo-musulmans

  Tant de haine, Autant de haine... pourquoi? De quoi a-t-on peur ? De se soumettre à leur soumission? De finir nous aussi par répondre À l'appel du même ciel? Phobie ou folie? Parfois, j'ai l'impression Qu'on fait semblant De stigmatiser la forme Pour exploser le fond Et les mépriser pour de bon. Et sous prétexte qu'ils risquent De nous envahir Nous nous sentons obligés De les avilir... Les réduire pour les empêcher De nous conquérir.

Les Anormâles

Le Président est un homme d'affaires qui s'éprend ou se prend pour Jupiter... au point de se sentir parfois le maître de l'univers... C'est Moi, le Roi, c'est ce qu'il se dit en se mettant en marche vers son trône et en prenant bien soin de sa couronne. Il sait que c'est toujours risqué de confisquer le pouvoir... Tout l'art n'est pas de l'avoir mais d'en priver les autres... de les castrer avant de les encastrer...

La confession de NEYMAR

Chacun d'entre vous vaut tout l'or du monde Et si dans tel ou tel cas, le monde ne le voit pas Dans mon cas, il l'a vu, il le voit ou croit le voir Je ne vous apprends rien en vous disant que le monde se divise en deux Les enviés et les envieux ! Priez avec moi, pour faire toujours partie des premiers Car il vaut mieux être envié qu'envieux. Ne regardez pas derrière, regardez devant Derrière, il y a des hommes... devant il y a Dieu.

Des crudités et des cruautés

"Vous la préférez comment votre viande ? " Demande le garçon. "Plutôt crue...saignante ? Ou cuite à point ? "

Trois degrés de cuisson... Trois niveaux de civilisation :

Cru... moitié-cru moitié-cuit... et cuit à point. Lequel est le plus animal, lequel le plus humain? Ça me rappelle, la série : Hannibal le cannibale où l'on voit l'homme dévorer son prochain avec un brin de raffinement.

La pomme de terre

  Réussir ou ne pas réussir sa vie... telle est la question que l'on se pose lorsqu'on s'ennuie... ou lorsqu'on a des ennuis. Une question qui fait suite à une autre, beaucoup moins insolite : Réussir ou ne pas réussir DANS la vie... ça me donne envie de... prendre la fuite... de vivre en faisant fi de la réussite... de l'éluder au lieu de me dénuder...

Étranger, vos papiers !

La guerre civile n'aura pas lieu. En France certains la souhaitent. D'autre la redoutent. Ce sont souvent les mêmes qui posent ou reposent le même problème. Sous prétexte qu'il y a trop d'étrangers en France, certains s'y sentent de trop comme français; d'autres s'y sentent plus français que les français, sans cesser d'être étrangers...

NEYMAR : LE CALIFAT D’AL-KHELAIFI

Le Califat d'Al-Khelaifi est en passe de se réaliser avec Neymar... Beaucoup d'entre nous éprouvent un certain mépris à l'encontre de cet enfant du hasard. Un zonard que le mal-saint esprit a rendu richard du jour au lendemain dans un monde sans surlendemain. Les moins curieux et les plus envieux le prennent pour un bâtard... fils de pub ou enfant d'une télé qui nous entube... un sale gosse pris pour un big-boss.

SACRIFICE

 

Callasnikov

 

Il était une Foi… Gaza.

 

J.O. 2032 en Palestine !

  Il pense mal... Il sent mauvais... Il est méchant... celui qui fait mine d'ignorer ce qui se trame en Palestine... Il est inconscient, celui qui sépare le sol et le sang... il souffle avec le vent qui indique toujours la mauvaise direction. Tout le Proche Orient est en sursis tant qu'on n'a pas compris que la Palestine ne représente pas un souci particulier mais un défi universel... On ne peut pas faire de la politique

ça va exploser !

  Il n'y a que des fous Le plus grand nombre marche à l'ombre ! Sans dessus, dessous On y perd la tête En creusant sa propre dette... On n'a plus de maison On n'a plus de raison On n'a plus de saison Nous sommes en prison. Ou alors exilés Dans un asile d'aliénés Qui regardent le temps passer Massés ou entassés Et incapables de se redresser. Ils ont tous pris le train Quand ils ne sont pas entrain De le prendre dans la gueule!

le problème de Jérusalem

Dans les contes et légendes arabes, il y a un personnage qui a traversé tous les âges, sans voir vieillir son image. On ne sait pas trop s'il est idiot ou s'il est sage, mais nul n'a pu être insensible à ses dérapages... contrôlés qui font voler en éclats tous nos usages...

Sans ruse et sans excuses !

On dit que je ne réponds jamais à mes abonnés ! Ce n'est pas l'impression que j'ai... À chaque billet, je leur offre tout ce que j'ai à offrir, à souffrir ou à se réjouir. L'universel est mon sujet... particulier. Les apartés n'ont jamais permis de bâtir une cité, Ni à élaborer une véritable pensée. Mon journal est tout autant à vous, qu'à moi Ou plus exactement, ni à vous, ni à moi Il est à Personne... Autrement dit : à celui qui croit qu'il est pour lui Mais aussi à celui qui y trouve un point d'appui ou une position d'abri.

LITTLE BIG MAC

En musique, il faut qu'il y ait des accords C'est une question d'harmonie, sinon c'est la cacophonie! Même le cloporte ne supporte pas les fausses notes... Il faut que ça s'accorde, que les sons se répondent et se répandent.   En politique, l'oreille n'est pas à la recherche de la même merveille. Rien n'est pareil. Il faut qu'il y ait des désaccords, une opposition, sinon, il n'y a plus de politique. Pas d'accords, c'est toute la politique.

Le prestige du Mac

Il avance... il la devance Tant mieux pour lui... tant pis pour la France. Il est trop jeune pour elle, elle est trop vieille pour lui Il a réussi à nous faire croire qu'il a réussi sa marche triomphale En réhabilitant le pouvoir pyramidal Avec une nouvelle équation commerciale. Le haut n'est pas si haut, le bas n'est pas si bas Les deux se croisent sur une ardoise! Il serre la main des richards et des clochards

Clé 3G

Et un soir, la Grâce vous rend une petite visite. Sur le coup, vous êtes sur le cul... vous ne comprenez pas ce qui vous arrive ni ce qui vous vaut cette petite visite... impromptue... C'est inespéré et quelque part immérité : la Grâce est là... à vos pieds... ou à vos côtés. En un mot : à votre portée... Vous lui dîtes : pourquoi ? Pourquoi moi ? Elle vous répond que c'est gratuit. Vous ne devez rien... vous recevez...

Great Again !

Normal 0 21 false false false FR-BE X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm;

L’Islam fiché S

Les fichés S sont fichés S parce qu'ils sont "susceptibles" de passer à l'acte. Cela relève désormais du secret d'État... et pas seulement de nos services secrets. Le renseignement est en passe de devenir un mode de gouvernement dont le siège est au cœur de l'Élysée.

Le Président CRAMON

Nous cramons avec cette chaleur. Cramez ! Cramons...ça prend un s à l'impératif.cramonS. Il n'est pas muet, nous l'entendons comme un cheveu sur la langue... C'est subtil... noblesse du sens et non du sang. Pas de hic, c'est le grand chic ! Il ne faut surtout pas se tromper d'impératif parce qu'il y a le feu à la substance des choses, nous sommes entrain d'y mettre le feu, de tout cramer avec le président Cramon... nous sommes en feu... On marche vers le grand brasier... vers le bois ... de Robin qui prend aux riches pour le rendre aux riches et prend aux pauvres pour le rendre aux pauvres.

L’affaire du petit Grégory

L'affaire Gregory n'est toujours pas résolue. 33 ans après (toute la vie de Jésus), la police navigue à vue ! Les sciences et les techniques ne sont toujours pas parvenues à quelque certitude absolue. Une seule conclusion à retenir : le cœur de l'homme ne peut être lu, ni le fond intime des êtres, perçu. Une famille a suffi pour rouler dans la farine tout le pays : police, justice et médias de service. La vérité est quelque part mais on ne sait toujours pas où. Vice caché qui réduit en miettes toute investigation qui se pare  de toutes les vertus... scientifiques, éthiques ou techniques.

En même temps

"Celui qu'il veut détruire, Dieu le rend fou" Euripide.   En politique, il n'y a pas qu'une, mais deux folies. Celle du pouvoir, des hommes qui s'imposent... Celle du contre-pouvoir, des hommes qui s'y opposent. La première folie est schizoïde La seconde folie est paranoïde.   La schizoïde comme son nom l'indique fait croire au pouvoir qu'il peut se dédoubler, être au four et au moulin, Docteur Jekyll et Mister Hyde. Comme si la personne pouvait être distinguée du personnage. Vieux rêve d'acteur : être et ne pas être soi.

La chute des classes

Beau sujet pour un bac philo Plus de fossé entre bobos et prolos. Les deux viennent d'incinérer leur drapeau. Plus de lutte mais un seul but : L'embourgeoisement à tous les niveaux. Plus d'êtres mais un bien être en solo. Plus de raison universelle mais une maison individuelle. L'individu a fini par avoir ce qui lui est prétendument dû : la reconnaissance absolue. Exceptez ma tête et tirez sur tout ce qui bouge (de travers)... Je suis blanc, je suis bleu, je suis rouge. Mon intérêt d'abord et je jette tout le reste par dessus bord. Je suis moi avant et après tout.

Une drôle d ‘impression

Nous ne travaillerons plus, désormais, nous aurons juste l'impression de travailler. Nous ne chômerons plus, nous aurons seulement l'impression de chômer.   Ce n'est plus l'idée qui règne ou qui prétend régner. Ni même le sentiment. Mais l'IMPRESSION qui relève tout simplement de la pathologie du comportement. On s'y perd mais on ne perd plus!   C'est une drôle d'impression, l'impression que tout se réduit à un jeu de rôles. On ne répare plus le passé. On se sépare du présent. Et on s'empare de ce qui n'est pas encore, mais de ce qui destiné à être : le futur désirable... et inénarrable...  

Ça y est !

Le peuple est dévêtu et ses défauts sont mis à nu. Il ne représente plus rien et n'est plus représenté. Il n'est plus le maître de ses gestes. Il va là où le vent l'emmène... à sa perte... en se disant qu'il l'a voulu... comme s'il était déchu de sa nationalité, de sa rationalité et de sa dignité. Ses réseaux n'ont pas suffit pour forger un véritable contre-pouvoir. Il s'est assis dessus! Il n'est plus législateur mais seulement spectateur. Il n'oppose même plus de résistance. On dirait qu'il s'est rendu. La démocratie, il y a cru mais n'y croit plus.

La Macronite

On comprend maintenant pourquoi ça nous prend la tête. On s'agite en sachant enfin de quoi il s'agit :  d'une Macronite aigüe qui rend les individus qui en sont atteints, ambigus. C'est une maladie mécontemporaine qui s'apparente à une méningite. Puisqu'il s'agit, ni plus ni moins que d'une inflammation des méninges, autrement dit, du cerveau...   On distingue deux types de Macronite : La Macronite virale : due à un virus en amont et en aval.C'est une spirale médiatico-financière contre laquelle on ne peut rien faire!

Il y a deux mains…

Il y a ... Il y a un État réel et un État apparent L'État apparent c'est la quadrature du cercle des juges, des experts financiers, des services secrets et des médias. C'est lui qui gouverne. Il y a un peuple réel et un peuple apparent Le peuple apparent a élu Macron Et s'apprête à consolider ses arrières. C'est lui qui nous berne. Il y a un pays réel et un pays apparent. Le pays apparent est ouvert à tous les vents... C'est un courant d'air qui n'a plus l'air de rien C'est lui qui nous cerne. Ce distinguo, je le crains n'est pas assez transparent. Car il n'y a plus... Qu'un verbe : marcher.

Le nom du premier ministre

  Si le nouveau président voulait vraiment présider autrement, à quel chef de gouvernement songerait-il en ce moment ? S'il voulait vraiment changer les images et les usages et renoncer aux vieux clivages, à qui ferait-il appel? S'il voulait nous assurer qu'il n'était l'obligé de personne et que son règne ne doit rien à l'étranger, comment s'y prendrait-il ?

MACRON : Et si c’était le diable ?

Quelque chose ne tourne pas rond dans cette élection... Comme si une main invisible avait élu Macron. Comme si l'irrationnel avait fait irruption dans le cours des évènements pour nous contraindre à voter pour le plus improbable des présidents. Pas la peine de revenir sur les raisons multiples et variées de cette ascension fulgurante, mais essayons de retenir la part de mystère qui fait de cet évènement politique,

Président-ciel : Tchao Pantins !

Je ferme les yeux Je respire à fond Je fais le vide  dans mon disque dur Et puis j'envoie ma plume se promener Sur un morceau de papier Je laisse réfléchir les astres favorables À l'apparition de l'objet de mon désir Et puis... et puis... j'attends Un poème, un quatrain, un refrain ?

Le vote opportuniste

  Mère : entre la monarchie, l'oligarchie et la démocratie, pour quel type de gouvernement tu as opté ?   Enfant : je vais te surprendre : j'ai opté pour la monarchie   Mère : tu voudrais retirer le pouvoir au peuple, pour le mettre entre les mains d'un seul   Enfant : seul un monarque un vrai, pourrait rendre le pouvoir au peuple

TOP SECRET

Pour prendre le pouvoir, il faut deux choses : Convaincre la cité ou vaincre l'adversité. Pour exercer le pouvoir, il faut deux choses : Soumettre les forces en présence ou s'y soumettre. Pour garder le pouvoir, il faut deux choses : Transgresser ou changer les règles du jeu. AUTREMENT DIT : Pour prendre le pouvoir, il faut avoir non seulement un bon programme pour convaincre, mais surtout un sens du drame pour vaincre. Pour exercer le pouvoir,

Pour qui votera Lou Nietzsche ?

Pour y voir plus clair, je suis Nietzsche jusque dans l'isoloir pour savoir qui est l'élu de son cœur... Pour qui il votera ou ne votera pas, pour quoi il a toujours déjà voté. Son cœur, vous ne l'entendez pas ? Il bat... se bat pour des maîtres et non pour des contremaîtres. Il s'est toujours battu pour la maitrise et non pour la servitude, pour l'affranchissement et non pour l'asservissement.

La mère de toutes les bombes

  À quel moment estimez-vous avoir été bien informé ?   Premier moment On vous annonce un fait : une bombe a explosé. Arrêt sur image : ce n'est pas un fait comme un autre... vous êtes déjà défait, peut être à cause de l'actualité bien chargée... vous avez du mal à réaliser, vous êtes paralysé... par la peur ou la stupeur. Vous voulez en savoir davantage. Deuxième moment: On vous apprend où et quand la bombe a explosé.

le déshumanisme

La légende des siècles laisserait entendre que les siècles ont une légende selon laquelle l'homme ne cesse de changer son rapport au monde. De changer son cadrage ou son image du monde. L'image de leur rapport qui change. Leur imagination qui change de rapport. Il n'y a pas d'histoire sans ce remue-ménage... entre l'homme et le monde.  

En finir avec AL ASSAD

Si on laisse tomber la démagogie : l'âme des états... Et si... on laisse tomber la psychologie : les états d'âme Et que l'on se concentre uniquement sur la stratégie, que dirions-nous de la Syrie ? Par stratégie, il faut entendre : la situation géopolitique du pays... Les jeux et les enjeux des forces en présence, leur position sur l'échiquier et leur mouvement dans l'espace et dans le temps. C'est comparable à un jeu d'échecs

La généalogie de l’Amour

Puis-je me permettre une petite impertinence de mélomane ou de mégalomane ? Si on m'offrait "cette chance", je rendrais le chant de la Diva égyptienne accessible à toute la France. J'écrirais sa vie pour éclairer la nôtre, sur la poésie qui constitue l'horizon indépassable pour nous autres misérables. Et dire que nous ne pouvons nous orienter dans la vie sans avoir quelque point d'appui... sans faire de rapprochement entre ELLE et LUI.

Il faut sauver le soldat Bachar

On va dire adieu à tous nos idéaux et ouvrir les yeux sur l'état des lieux : Nous avons tout fait pour exporter notre démocratie, comme seule religion possible, la seule qui puisse garantir liberté et prospérité. Nous ne l'avons pas seulement exportée, mais imposée comme vérité révélée, comme laïcité vénérée par la force et pour un prétendu sens du progrès, à des peuples qui n'avaient rien demandé.

Syrie : La divine Tragédie

La mauvaise santé politique est souvent compensée par la bonne santé éthique. Et la réciproque est vraie. Les malpropres prétendent à l'efficacité et les inefficaces à la propreté. Conclusion : politique et morale ne vont pas de pair. Quand l'une est sur le terrain, l'autre reste au vestiaire.   D'abord les faits :
  • Le leader syrien a fait usage d'armes chimiques contre sa propre population.( ça reste à prouver )

Syrie : Réaction chimique

Juste au moment de rendre l'âme... Il y a comme un instant de grâce... Où l'ange qui passe vous demande d'exprimer un vœu... et un seul... La plupart des voyageurs... choisissent le paradis... J'ai choisi l'enfer... de replonger en enfer Non que je me raccroche encore à cette putain de vie Mais j'estime ne pas avoir tout fini... Ça y est ! Je ressens le sang circuler de nouveau, dans mes veines Et dans mon cœur, quelques bulles d'oxygène...

L’État profond

Vous avez probablement entendu parler "d'État profond"? Dites : oui même si c'est non... pour ne pas passer pour un ignorant. Qu'est-ce que c'est ? C'est un état dans l'état qui met les états dans tous leurs états... C'est profond et ça en dit long sur ce qu'on appelle communément : Le système qui est à l'origine de tous nos problèmes.

un débat Bien ForMaté

 
Il y a des formes qui éclipsent le fond. Qu'on le veuille ou non, elles nous retiennent et nous les retenons consciemment ou inconsciemment. Elles se détachent du fond, et nous attachent au piquet de l'instant. Elles exercent sur nous une certaine pression et produisent chez nous une impression qui n'évolue que très rarement. C'est d'un naturel qui n'a rien de naturel.

MARINE & POUTINE

 
Il n'y a pas d'énigme au rapprochement entre Marine et Poutine. Les deux font appel au même paradigme : Un paradigme Marxiste...   En politique, il faut choisir soi-même sa posture pour ne pas être à la merci de l'imposture. Et pour avoir les pieds sur terre, miser sur son logis, sous peine d'être délogé ou démis par l'idéologie.