Le journal de Personne

Éléments du fil RSS

FNFN

Ils sont et resteront chinois

Les chinois travaillent... travaillent Vaille que vaille ! Travaillent sans se poser de questions Ils ne cherchent pas la réponse Ils se défoncent au travail Contre mauvaise fortune, ils se font de la thune! La nécessité, ils savent ce que c'est : Ce sans quoi, il n'est pas possible de vivre Pour vivre, il faut survivre... Pas d'autre but à poursuivre... que survivre. Des bêtes de travail qui ont la chance d'ignorer la notion de vacance Il y a une manière de fléchir qui dispense de réfléchir et de se torturer l'esprit pour rien. Je ne les ai pas cités pour les féliciter

Macha’Allah

Elle est belle... vraiment belle! Pour ne pas attirer l'œil sur elle, il y a en arabe une expression heureuse ou religieuse, on doit dire : "telle fut la volonté de Dieu" à chaque fois que l'on déclare : il est beau, elle est belle. Ça protège des malins génies. Ça signifie que tu t'en souviens... Tu te rappelles que c'est par l'idée du beau que les choses belles sont belles En grec on dit : « to kalô ta kala kala » En arabe "Macha'allah": Telle fut la volonté de Dieu Que la beauté soit Que nous soyons sensibles à la beauté Jusqu'à remercier celui qui l'a créée

Gauchemardesque !

En matière de religion, il y a des conversions En matière politique, il y a des inversions. Celui qui vous dit le contraire, vous ment Vous pouvez le prendre comme un avertissement Mais notre gauche est à droite... complètement... pleinement! Nous avons voulu un cœur sans raison Nous nous retrouvons avec une raison sans cœur... Et peut-être même sans raison! Insensible et insensée... absurde. En cause le sacré sens des réalités Qui transforme le hasard en fatalité Il n'y a plus d'idéal qui tienne Mais des idées qui conviennent

Hommes sous influence

Infâme vous êtes sous l'influence de l'Homme ! Première tentative : on commence par distinguer la bonne de la mauvaise influence et on finit par se rendre à l'évidence que notre petite distinction n'est pas dictée par un prétendu bon sens mais par le sens commun. Autrement dit, nous sommes encore et toujours sous influence... de la doxa... de l'opinion, du "ON DIT" tout et le contraire de tout. Pas de chance!

Internet pour analphabètes

Internet pour analphabètes Cette boite d'allumettes, c'est internet... qui veut faire l'ange, fait l'alphabète ! A vous aime aujourd'hui. Mais demain ne vous aimera plus parce qu'à l'instar de tous les allumés, il a le feu au cul! B vous brise le cœur parce qu'on a brisé le sien. Il n'est pas heureux et fera tout pour que vous ne soyez pas à la bonne heure. C vous cherche parce qu'il ne se trouve pas. S'il vous perd, il se perdra et s'il vous trouve, vous vous perdrez.

Dans la peau de Shéhérazade

Il faut imaginer une autre Shéhérazade. Pas la nuit, mais le jour. Qui ne fait et à qui on ne peut faire la cour Qui ne ment jamais, mais dit les choses autrement Qui ne cherche ni à plaire, ni à se complaire Mais à se défaire de toutes les légendes personnelles... Surtout de la sienne. Elle est, tout comme je le suis, Persuadée que pour réformer le monde réel, Il faut commencer par transformer le monde imaginaire... En le peuplant de nouveaux rêves, de nouvelles brèves. Il faut se mettre dans la peau de Shéhérazade

Mossoul

L'Occident est scandalisé... Les islamistes ont détruit un musée qui faisait partie du patrimoine de l'humanité.Ils ont tout saccagé au marteau comme des barbares... comme des débiles mentaux. Sous prétexte que l'islam ne laisse rien au hasard, ils ont estimé qu'il ne peut y avoir de place pour l'art! En jeu, l'intégrité de la Foi... Parce qu'il n'y a d'autre Dieu que Dieu... Ce sera le crépuscule des idoles. La fin de l'idolâtrie pour instituer leur intégrisme religieux. L'Occident les a déjà jugé, condamné et traité de fous dangereux.

Les destituteurs

Quelqu'un vous apprend que votre enfant est mort... sans vous dire de quoi il est mort. Quelqu'un vous annonce que votre père est mort... sans vous dire comment il est mort. Quelqu'un vous révèle que Dieu est mort... sans vous dire pourquoi il est mort. Comment on appelle l'auteur de ces trois mauvaises nouvelles ? Un oiseau de mauvais augure ? Un informateur ? Un rapporteur ? Ou un reporter ? Dans les trois cas de figures, il s'avère trompeur ou médiocre médiateur... parce que son information est incomplète, lacunaire, déficitaire... peut-être même faussaire.

Starmania

• J'aurai voulu... • J'aurai voulu être une autiste dans un monde où le premier venu passe pour un artiste. • J'aurai voulu être une fée, sans avenir et sans passé pour faire de ma vie un conte digne d'être raconté. • J'aurai voulu être une idée, mais pas n'importe laquelle, une idée qui règne et imprègne celui qu'elle a rencontré en premier. Je n'ai pas d'autre exemple d'idée que l'Absolu... l'idée d'Absolu. • J'aurai voulu être apparentée à celle qui porte le voile de la pudeur pour que sa beauté ne soit jamais à la portée, ni sa laideur déportée.

Le déni de la réalité

J'aimerais bien examiner avec vous une expression en vogue aujourd'hui : Le déni de la réalité. Et la question surgit aussitôt : de quelle réalité, il s'agit ? Parce que ça ne vous a pas échappé, que nous n'avons pas la même vision de la réalité. Sans parler de subjectivité, on peut parler d'objectivité toute relative... c'est toujours selon un point de vue, un point dans l'espace et un point dans le temps : les fameuses coordonnées sans lesquelles on ne peut rien ordonner. La réalité est la somme de toutes ces coordonnées... un ordre donné auquel nous ne pouvons pas ne pas nous abandonner.

49.3 : Losing my religion

Erre et aime : deux verbes qui en disent long sur notre parcours, fait d'erreurs et d'amours. Cette romance résume toute notre petite enfance, mélange de curiosité et d'innocence... Un désir qui découvre l'interdit et le transgresse petit à petit... jusqu'à ce qu'il soit assouvi. À cet âge, le plaisir n'a pas de prix, il est gratuit. L'errance jusqu'aux portes de l'adolescence... l'âge ingrat, où l'on cherche ce que l'on a. On cherche l'erreur. On cherche l'amour. On cherche le vide et on le trouve... quelque part dans l'inachevé...

Ave César

Pardon... pardon... pardon... Je suis très émue. Émue de vous voir, émue pour... vous émouvoir Et surtout émue... de ne rien recevoir. Pas de César... rien à devoir! Je n'ai rien eu... Je n'ai même pas été invitée... Ni nominée, ni consacrée ! Et pourtant, je ne vous remercierai jamais assez de m'avoir oubliée, de me laisser être, paraître, comparaître sans vous en mêler. J'ai l'impression d'avoir les pleins pouvoirs. D'être libre, de vous dire tout ce qui me passe par la tête. Merci... merci... merci... Au producteur que je n'ai pas eu... pour me fiancer ou me financer

Je suis black

L'histoire commence en 1955 avec une noire qui refuse de céder sa place à un blanc dans un autobus. L'histoire continue avec un noir à qui on refuse l'accès dans une rame de métro. L'histoire n'est pas finie. L'histoire n'a pas de fin. Si on avait le sens de l'humour, on dirait que les noirs ont un vrai problème avec les transports en commun. Si on n'a pas le sens de l'humour, on dira que c'est un fait divers, en plein mois de février, qui est loin d'être banal : c'est un apartheid social... On ségrége, c'est le verbe. La ségrégation, c'est son nom.

Diversions

Qu'est-ce que j'essaye de faire ? - de vous divertir ? - non, je n'ai pas cette petite prétention. Mais une toute autre, bien plus grande. J'hésite entre intention et tentation... la tentation de vous débarrasser du divertissement... de tout ce qui oscille entre le puéril et le sénile... Je ne cherche ni à plaire, ni à faire plaisir, je fais appel à votre volonté et non à votre désir pour vous dire qu'avant d'agir ou de réagir, il faut réfléchir sur ce qui vous pousse à agir ou réagir. Qu'est-ce que j'essaye de faire ? - de vous convertir ?

Assassination

Assassination... C'est le titre d'un film américain. Ce n'est pas comme ça que ça se prononce... il renvoie aux assassins qui tiraient leur nom du haschich, substance hallucinogène qu'ils avalaient avant de vous faire avaler votre acte de naissance. Un pacte signé avant le passage à l'acte. C'est ainsi qu'ils tuent ou s'entretuent sans retenue... pour un paradis ou une parodie artificielle

Les terrorismes

Ça y est, "on nous a déclaré la guerre"... On sait qui et pour quoi, c'est déjà ça ! Mais on ne sait pas, on fait mine de ne pas savoir ce qu'il faut faire pour ne pas la faire. Autrement dit, comment faire face à la montée des terrorismes ? Parce qu'il n'y en a pas qu'un, il y en a plusieurs : Le terrorisme de celui qui frappe et le terrorisme qui incite à la frappe... On ne négocie pas avec les terroristes mais on s'associe avec ceux qui les financent. Par rapport à la Syrie comme par rapport à l'Ukraine, les offensés ne font que récolter ce qu'ils ont semé : l'offense.

L’homosensualité

On dirait qu'il y a de moins en moins d'hommes et de plus en plus de femmes. De plus en plus d'hommes qui se font passer pour des femmes que de femmes qui se font passer pour des hommes. Le deuxième sexe est en passe de devenir le premier texte. Les misogynes et les phallocrates ont un mot pour cela : la féminisation du genre et du nombre des esprits.

Sous mission

Lors de mon passage à Islamabad, j'ai interrogé un vieux musulman sur les vrais ressorts de sa religion. C'est un homme pieux qui n'espère et ne craint que le bon Dieu. Je ne voulais pas soulever avec lui des problèmes théologiques, ni m'attarder sur la bonne ou mauvaise lecture du Coran, mais percer le secret de certaines convictions, dites dogmatiques. Je voulais mesurer la part de tolérance ou d'intolérance propres à la conscience musulmane. Le vieux a anticipé en me disant que ma curiosité qui est loin d'être malsaine, ne s'adresse pas à lui mais à la vie.

Le testament d’un con

Je ne me suis jamais cherché, je me suis toujours trouvé... con ! Royalement et loyalement con. Pour vous l'attester, je ne vais pas signer mon testament ni même vous laisser mon nom. Vous saurez quoi mais vous ne saurez pas qui s'apprête à vous faire quelque révélation ou vous exprimer sa dernière volonté, qui, je le sais déjà, ne sera jamais respectée.

Qui ne saute pas n’est pas Charlie !

Qui ne saute pas, n'est pas Charlie! Il ne faut surtout pas hésiter... Il faut sauter d'abord et réfléchir après Dîtes : je suis Charlie À suivre, sinon vous êtes poursuivi pour manquement envers le verbe être d'ici et pas d'ailleurs. On veut être enviés pour notre 11 janvier C'est le grand soir, le grand saut dans le connu Exit : l'inconnu, l'inconnaissable Les vrais citoyens n'ont pas besoin de vêtement ils manifestent tout nus homogènes et sans gêne. Tous ensemble ! Tous ensemble ! Hi! Hi! Hi! Avec un seul mot d'ordre : Les sots ne craignent pas la sottise!

Fresque Ramadanesque

Parmi les causes perdues, j'ai toujours retenu les plus dignes d'être défendues. Je sais que pour la plupart le devoir n'a plus de sens. Surtout pour ceux qui n'ont jamais eu le sens du devoir qui consiste à rendre à César, ce qui appartient à César sans s'en prendre à son Dieu. À chacun selon son dû... Faisons au moins comme si nous pouvions nous rendre une justice que personne ne nous a rendue. Je ne vais pas refaire le procès que l'on fait à l'islam, parce que nul n'a intérêt à se mesurer à la force d'un préjugé.

Mon projet de « vie »

Coupez, on la refait! C'est pour cette raison que je n'aime pas le cinéma... parce que quitte à refaire la scène ou à retourner la séquence, autant viser le plus que parfait. Mais on ne va jamais jusque là parce qu'on sait qu'on ne l'atteindra jamais. Je préfère la vie avec ses lacunes et ses rancunes... l'instantanéité, la spontanéité ont comme un parfum d'éternité... on tombe pour de vrai, et on se relève en sachant ce que c'est qu'un coefficient d'adversité : Les choses, les mots, les êtres qui vous résistent.

Syriza

Il y a un homme qui pèse plus lourd qu'un milliard de bonhommes Cet homme c'est vous ! Si vous ne faites rien, il n'y aura plus personne Sur les plateaux de la balance... Parce que la terre est trop petite Pour autoriser cette fuite en avant De quelques hommes inconséquents Il est temps que ça cesse Sous peine de perdre la tête et la planète Syriza et Podemos l'ont compris Tout est question de solidarité Elle n'est pas seulement nécessaire Mais salutaire... Pour l'humanité entière Question de vie ou de mort !

La dépression juive

Un sourire, un rire, un fou rire... pour vous faire plaisir ou pour vous nuire. C'est la logique du pire : on ne peut pas faire de l'esprit avec ceux qui en sont dépourvus. Et si le rire ne fait plus rire, il faut s'attendre au pire. Pire qu'hier et mieux que demain. Sous prétexte qu'il y a des choses qu'on peut dire et des choses qu'on ne doit pas dire, on ne dit plus rien ! On médite sur les bonnes règles de conduite... Le rire ne fait plus rire mais fléchir, infléchir, réfléchir.

islamofolie

On nous dit que l'islamophobie n'est pas la haine mais la peur de l'islam. Et moi je vous dis que ceci entraine cela : la peur entraine la haine et la haine fait de la peine. C'est bien connu : tout le mal provient de l'inconnu. Avec l'islam, est-ce qu'on gagne plus qu'on n'y perd ? Ou est-ce qu'on perd plus qu'on n'y gagne ?

Charlie : mémoire ou miroir ?

Pour la pensée aussi, on devrait parler de détournement de fonds ! Non pour enrichissement personnel mais pour appauvrissement d'autrui ! Depuis Arsène Lupin et Dupin d'Edgar Poe, nous savons malheureusement ce que c'est que l'art d'être malhonnête, c'est à dire se servir de l'intelligence au lieu de la servir. Que dit l'immigré philosophe pour fonder en raison son exigence éthique et nous faire la plus belle leçon de morale : qu'on peut nier une croyance mais qu'on ne peut pas renier les faits.

Critique de la raison islamique

C R I T I Q U E    D E   L A   R A I S O N    I S L A M I Q U E Réquisitoire : À quel sujet ? Au sujet de l'islam... ou du salut des âmes Encore ? Vous plaisantez, j'espère... Parce que ça ne fait que commencer.... La pêche aux symboles, la chasse à l'homme. Tous les regards, tous les soupçons sont portés sur les cœurs emportés par le dernier des prophètes... Ce n'est plus un débat, ni une quête de sens mais une enquête policière, une lutte armée, un combat pour distinguer entre le haut et le bas. Nous sommes en haut. Ils sont en bas.

Un État sans Foi ni Loi

Froisser la mémoire des uns est un délit. Froisser la Foi des autres est un délice... Il n'y a plus de Justice... mais un caprice de riches... Je suis encore bouleversée par la dernière publication de Charlie Hebdo... Je n'en reviens toujours pas... de ce manque d'intelligence et d'à-propos. Ce n'est plus Charlie, l'auteur du délit mais toute la France qui incite à la violence et à la perte des évidences. En quoi une nouvelle caricature du prophète aurait pu nous épargner une défaite et nous permettre de redresser la tête ?

Tu es Charlie

Paix et Miséricorde Pour qui ? Pour qui a sonné le glas ? Je crois que c'est pour toi. Personne n'a gagné Tout le monde a perdu cette guerre qui ne date pas d'hier Les sceptiques qui cherchent à qui profite le crime ou les pathétiques qui trouvent toujours la larme qui abime ? La liberté d'expression n'a jamais été l'expression de la liberté mais l'expression de ceux qui ont les moyens d'imposer leur impression. Tous ces dramaturges de l'actualité qui violent chaque jour, notre petite réalité en déplaçant des pions sur leur grand échiquier... ils doivent se réjouir

Bonne année à tous les damnés de la terre !

Je ne crois pas avoir construit mon personnage, c'est lui qui m'a construit. J'ai tout au plus instruit un procès... Le procès d'une personne qui vit avec son temps sans le subir pour autant. Je dirais même que je le transcende avec une parole qui libère de toutes sortes de contraintes, de la liberté même. Non, je ne crains pas l'illusion peut-être parce que je ne me fais aucune illusion sur mes propres illusions comme la Justice, la Paix ou le progrès. J'ai la prétention de bien distinguer entre réalité et actualité... entre faits et fatalité, entre Désir et Vérité.

La servante

Je ne crois pas avoir construit mon personnage, c'est lui qui m'a construite. J'ai tout au plus instruit son procès... Le procès d'une personne qui vit avec son temps sans le subir pour autant. Je dirais même que je le transcende avec une parole qui libère de toutes sortes de contraintes, de la liberté même. Non, je ne crains pas l'illusion... peut-être parce que je ne me fais aucune illusion sur mes propres illusions comme la Justice, la Paix ou le progrès. J'ai la prétention de bien distinguer entre réalité et actualité... entre faits et effets, entre Désir et Vérité.

Avez-vous réussi votre vie ?

Avez-vous réussi votre vie ? À la question que Personne ne se pose, il y a trois réponses possibles : - la réponse puérile : papa trompe maman. Maman trompe papa. Les deux se sont trompés en faisant un enfant. - la réponse débile : tout le monde trompe tout le monde et je vous le dis parce que je ne veux tromper personne. - la réponse sénile : je n'ai rien fait d'autre que tromper le monde et si je devais le refaire, je le referais parce que je le trouve toujours aussi immonde. C'est un peu compliqué, je le sais, pour tous ceux qui n'ont pas que ça à faire : P E N S E R

Mes meilleurs vœux

Comment se déplacer ? Quel moyen de transport utiliser ? Un moyen de transport individuel : auto-moto-vélo ? Ou collectif : métro-boulot-dodo ? Il y a peut-être mieux pour se transporter, se porter de l'autre côté ? Traverser... sans être renversé... mais juste bouleversé. Le champ des possibles n'est pas limité... ni étriqué. On peut toujours rêver d'accomplir la plus belle traversée.

Va-t-on supprimer les fêtes de Noël ?

La France s'interroge. Elle ne sait plus trop si c'est la crise, le chômage ou le manque de moyens qui rend fous tous ses citoyens. Elle vient d'enregistrer son troisième attentat en trois jours, avec le même sens du tragique : avant de commettre son forfait le forcené crie à chaque fois : "Joyeux Noël" avant de foncer dans le tas ! La France va sans doute devoir renoncer à Noël pour protéger les français qui viennent de réaliser que le présent n'est pas un cadeau pour celui qui n'a pas d'avenir...

Qui ignore, qui domine, qui détruit la Palestine ?

Soi ou les autres ? On dirait qu'on n'a guère le choix ! Tout passe par la protection et la glorification de soi. L'amour de l'autre n'est qu'une illusion d'apôtre... L'amour de soi, en revanche va de soi. Aucune conscience ne peut se passer de cette évidence !

Macron et macaroni

« Des couilles en or pour les gens d’en haut Et des nouilles encore, pour les gens d’en bas » C’est le genre de slogan qu’on utilise quand on ne porte pas de gants La gauche pour l’envie et la droite pour le mépris Non, je ne vous la fais pas à l’ancienne Je fus, j’étais, je serais toujours lycéenne, Avec les vices et les vertus d’une bohémienne J’aime le temps, pas ce qu’on fait dedans J’aime Les gens, pas l’argent. Je ne pleure pas pour ceux d’en bas Je n’envie pas ceux d’en haut. Ce n’est qu’un leurre… Du beurre qui peut fondre au premier coup de chaleur…

Barça – Psg = Valls – Sarko

C'est la rencontre de deux insupportables supporteurs À travers un match de poker-menteur Barça-PSG : les deux sont qualifiés : Mais on va juste savoir qui sera le premier ! Match de prestige qui ne valorise que la tchatche L'affrontement de deux vanités La capitale de la douleur sera opposée à la douleur capitale. Les deux ne reconnaitront jamais qu'ils ont déjà capitulé L'une derrière Madrid, l'autre derrière Marseille Tout comme nos deux hommes, ils ont déjà perdu d'avance Contre Le Pen et Juppé ! Pour l'un c'est trop tôt, pour l'autre c'est trop tard

Le suicide de Zemmour

Le pire pour un suicidaire, c'est de rester en vie. Ne voulant pas de la vie, il est malheureux de constater que la mort ne veut pas, non plus, de lui. C'est dans cet espace exigu qu'il faudrait situer la vie et l'œuvre de Zemmour.

J’ai tout bu avec Khayyâm

Je suis en train de me remémorer le 127 ème quatrain du vieux poète qui en voulait à Dieu, du vieil ivrogne qui grogne comme il peut... "Si tu veux éviter que le temps te méprise Comme il fait de celui que la tristesse grise Fais résonner la lyre et bois dans le cristal Avant que sur le roc, ton verre ne se brise" Comment veux-tu que je le dise autrement qu'en disant ce qu'il a toujours dit : "Sois heureux un instant..." il n'y en aura pas d'autres... souviens-t-en ! Ta vie ne sera ni échangée, ni reprise. Il n'y a pas de gâteau, contentes-toi de la cerise.

La femme et son double

Avec le temps, il m'arrive de temps en temps d'accéder à quelque vérité située hors du temps... Singulière au singulier... Une sorte de dialogue intérieur entre le cœur et l'âme. L'instant mystique Où l'on se dit tout ce qu'il y a à dire Parce qu'on a vu, ce que personne n'a pu voir La lumière dans le noir. - Comment trouves-tu l'homme ? demanda le cœur à l'âme - Je ne l'ai pas trouvé, je le cherche. - Et que cherches-tu si désespérément ? - Je cherche quelqu'un à qui il suffit de boire de l'eau pour devenir ivre... À qui une bouchée de pain suffit pour vaincre la faim...