Réseau Voltaire

Éléments du fil RSS

Les 14 points de la Chine à l'Australie

La Chine a remis à l'Australie une liste de 14 points jugés inacceptables par Beijing en Australie : 1. Décisions sur les investissements étrangers, avec des acquisitions bloquées sur d'opaques fondements de sécurité nationale en violation de l'Accord de libre-échange Chine-Australie (ChAFTA) / depuis 2018, plus de 10 projets d'investissement chinois ont été rejetés par l'Australie citant des interest de sécurité nationale ambigus et infondés, posant des restrictions dans des domaines comme les (...)

Le Pentagone arme les Talibans (Washington Post)

Officiellement le Pentagone combat les Talibans en Afghanistan, mais selon le Washington Post [1], il les arme secrètement. Il s'agirait de les aider les aider à combattre un autre ennemi officiel des États-Unis, Daesh. Cependant de nombreux témoignages dans plusieurs pays du « Moyen-Orient élargi » attestent que le même Pentagone combat officiellement Daesh, mais l'arme secrètement. Ces faits attestent que le Pentagone poursuit toujours la stratégie Rumsfeld/Cebrowski : provoquer des « guerres (...)

Consensus : Londres s'allie à Facebook, Twitter, Google/YouTube, Reuters

Une association britannique, Full Fact, a créé une coalition entre les ministères compétents du Royaume-Uni et du Canada d'une part et, d'autre part, des géants de l'information (Facebook, Twitter, Google/YouTube, Reuters), afin de lutter contre la désinformation sur le Net anglophone. Aujourd'hui presque tous les gouvernements des grandes puissances disposent d'un service spécialisé pour diffuser leur propre propagande. Les plus efficaces depuis la Première Guerre mondiale étant précisément les (...)

Les USA instrumentent les religions pour diviser la Syrie

Afin de promouvoir le séparatisme en Syrie, les États-Unis ont envoyé illégalement, le 28 octobre 2020, une délégation conduite par Nadine Maenza, présidente de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF), et Steve Berger, pasteur d'une église évangélique de Nashville, dans la zone dite des « 7 kilomètres », dans la province de Deïr-el-Zor, contrôlée par des milices kurdes inféodées à l'occupant états-unien. Ces personnes ont conféré avec la présidence conjointe du (...)

À l'Onu, les membres de l'Otan et de l'Union européenne s'abstiennent sur le nazisme, par Manlio Dinucci

C'est une affaire extrêmement grave : dans la plus grande discrétion, les États membres de l'Otan et de l'Union européenne se sont abstenus à l'Onu sur le nazisme ; un aveu honteux. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la CIA, puis l'Otan, ont recyclé de nombreux criminels un peu partout dans le monde, et dernièrement dans les pays baltes et en Ukraine. Ceux-ci véhiculent avec eux l'idéologie raciale qu'ils n'ont jamais abandonnée.

Haut-Karabagh : victoire de Londres et d'Ankara, défaite de Soros et des Arméniens, par Thierry Meyssan

Le Pentagone qui avait planifié la guerre du Haut-Karabagh a été doublé par ses alliés britanniques. Mais aucune des grandes puissances ne s'est inquiétée des morts qu'elle provoquerait. Au demeurant, si Londres et Ankara ont renoué leur alliance historique, Washington et Moscou n'ont rien gagné, tandis que Georges Soros et les Arméniens ont beaucoup perdu.

L'armée britannique contre les argumentaires anti-vaccin (The Times)

Selon le Times, le service secret britannique d'interception, le CGHQ (Government Communications Headquarters) [photo], a été chargé de contrer sur internet les arguments anti-vaccinaux. Le gouvernement britannique est en effet persuadé que ce type de message serait insufflé par son ennemi héréditaire, Moscou. Il a donc autorisé ses services secrets à utiliser les outils conçus contre la propagande de Daesh en les adaptant à ce nouvel ennemi. Le CGHQ a la possibilité de perturber des comptes de (...)

Retour triomphal d'Evo Morales en Bolivie

L'ancien président bolivien, Evo Morales, est rentré d'exil. Il avait fui son pays lors du coup d'État ourdi par un groupe oustachi lié à la CIA et à l'OEA [1] à l'occasion de sa ré-élection, en octobre 2019. La presse internationale avait alors mensongèrement affirmé qu'il avait été chassé par la colère populaire. Les putschistes ont cependant été contraints de procéder à des élections, remportées dès le premier tour par le parti du président Morales, le 20 octobre 2020 [2]. Lors de son retour chez lui, il (...)

Le directeur de l'OMS, accusé de trafic d'armes

L'armée éthiopienne a accusé le directeur général de l'OMS (organisation mondiale de la Santé), Tedros Adhanom Ghebreyesus, d'être le parrain de la guerre au Tigré. Tedros Adhanom Ghebreyesus est ancien ministre de la Santé (2005-12), puis des Affaires étrangères (2012-16) éthiopien. C'est un dirigeant du Front de libération du peuple du Tigré (FLPT) ; parti qui a abandonné ses références au marxisme-léninisme depuis la dissolution de l'URSS. Le FLPT a relancé la rébellion, le 4 novembre 2020. L'armée (...)

Accord militaire Australie-Japon

L'Australie et le Japon ont signé un Accord d'accès réciproque (RAA) de leurs armées respectives [1]. Il a été négocié dans le cadre de la future Otan globale [2], alors que ce projet est remis en question par l'administration Trump et que le Pentagone a relancé le Quad (accord militaire entre le Japon, l'Australie, l'Inde et les États-Unis).

Continuation des réseaux Stay-Behind de l'Otan au Danemark

Le centre d'interception du FE à Sandagergård (île d'Amager) La presse danoise vient de publier une série de révélations sur la participation de l'État à une vaste opération d'espionnage de ses propres administrations et de ses entreprises privées de défense par les États-Unis. Il s'avère qu'en 1992, le président Bill Clinton a demandé au Premier ministre danois de l'époque, Poul Nyrup Rasmussen, l'accès au tronc du réseau internet de son pays. Celui-ci, atlantiste convaincu, l'y a autorisé. Les procédures des (...)

Joe Biden annonce le retour du libre-échange

Joe Biden, qui se considère comme le président élu des États-Unis, a annoncé sa volonté de rétablir le libre-échange abrogé par celui qu'il appelle son prédécesseur, Donald Trump. Ce dernier avait débuté une guerre commerciale avec la Chine et l'Union européenne, après que le Congrès ait rejeté son projet de loi visant à relocaliser les industries aux USA (Border-adjustment tax). Depuis la Guerre de sécession, le président des USA est en effet responsable de la politique (...)

Un compte Facebook non-officiel de Thierry Meyssan a été piraté

Un compte Facebook ouvert par un lecteur afin de relayer les articles de Thierry Meyssan a été piraté. Thierry Meyssan lui-même n'a jamais ouvert de compte Facebook. Les propos et imputations qui lui sont attribués sur ce compte sont grotesques. Les seules sources officielles de Thierry Meyssan sont le site internet du Réseau Voltaire (www.voltairenet.org) et ses livres publiés par les Éditions Demi-Lune (www.editionsdemilune.com). Dès son retour en France, après 13 ans d'absence, Thierry (...)

Le tiers de l'équipe de transition de Biden provient du complexe militaro-industriel

Joe Biden, qui se considère comme le président élu des États-Unis, a rendu public la composition de son équipe de transition. Elle est chargée, dès la proclamation officielle des résultats en sa faveur, de contacter l'administration Trump et de prendre connaissance des dossiers. Cette mission n'est pas prévue par la Constitution, mais a existé lors de tous les changements de locataire de la Maison-Blanche depuis la Seconde Guerre mondiale. Au moins un tiers de ces collaborateurs de Joe Biden provient (...)

Tournée britannique sur les Frères musulmans

Le directeur du MI6 britannique, Richard Moore, s'est rendu le 9 novembre 2020 au Caire. Il a eu un entretien avec le résident égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Il s'est ensuite rendu à Ankara, le 11 novembre, pour rencontrer le porte-parole du président Erdoğan, Ibrahim Kalin, au palais blanc d'Ankara. Le MI6 a créé au Caire la Confrérie des Frères musulmans, où ils sont aujourd'hui des ennemis d'État. Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, est devenu leur protecteur (...)

James Jeffrey a menti au président Trump durant deux ans

L'ancien envoyé spécial du président Donald Trump pour la Syrie et contre Daesh, James Jeffrey, a accordé un entretien à Defense One , une semaine après avoir été relevé de ses fonctions. Il y explique avoir bataillé dur pour maintenir des troupes d'occupation en Syrie. Il atteste avoir menti durant deux avec des généraux du Pentagone sur le nombre de soldats présents. Alors que Trump n'avait concédé que 200 soldats pour prévenir une attaque des puits de pétrole, lui et le Pentagone en ont maintenu 900 dans (...)

Chronologie des événements dans la situation entourant Alexeï Navalny

La chronologie étonnante des faits dans l'histoire autour du prétendu "empoisonnement" d'Alexeï Navalny, sur lequel spécule activement l'Occident, est très symptomatique. Le 20 août, Alexeï Navalny s'est senti mal et il a eu besoin d'une aide médicale urgente. Grâce aux actions très compétentes de l'équipage de l'avion de ligne russe Tomsk-Moscou, qui a procédé à un atterrissage d'urgence pour sauver un passager, ainsi que du personnel médical qui a réussi dans les plus brefs délais à amener le patient à (...)

Déclaration des présidents d'Azerbaïdjan, d'Arménie et de Russie

Nous, le Président de la République d'Azerbaïdjan Ilham Aliev, le Premier ministre de la République d'Arménie Nikol Pachinian et le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine, déclarons ce qui suit : 1. Sont annoncés un cessez-le-feu total et la fin de toutes les activités militaires dans la zone de conflit du Haut-Karabakh à partir de minuit, heure de Moscou, le 10 novembre 2020. L'Azerbaïdjan et l'Arménie, dénommées ci-après "Parties", s'arrêtent aux positions qu'elles occupent. 2. La région (...)

Conférence internationale pour le retour des réfugiés syriens

La conférence internationale sur le retour des réfugiés syriens s'est ouverte à Damas, le 11 novembre 2020. Elle a été ouverte par le président syrien Bachar el-Assad, intervenant par visioconférence. Après avoir remercié ses alliés russe, iranien et chinois, il a souligné le caractère artificiel du problème : jamais dans son histoire, la Syrie n'a connu d'émigration collective pour des motifs politiques. Les citoyens qui ont quitté le pays n'en ont pas fuit les autorités, mais ont cherché protéger leur (...)

Une force de paix russe se déploie pour sauver l'Arménie

Le président Vladimir Poutine a imposé un déploiement d'une force de paix russe entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Le cessez-le-feu total entrera en vigueur le 10 novembre 2020 à minuit [1]. Il s'agit d'une lourde défaite pour les Arméniens de l'Artsakh et de l'Arménie qui payent leur incompréhension du coup d'État de 2018. L'Arménie, dont le Premier ministre, Nikol Pashinyan, est arrivé au pouvoir par une « révolution » de couleur organisée par le spéculateur George Soros, a été verbalement soutenue par (...)

Conférence à Damas sur les Syriens de l'extérieur

Les présidents russe, Vladimir Poutine, et syrien, Bachar el-Assad, ont tenu une visioconférence, le 9 novembre 2020, annonçant la conférence de Damas sur le retour des Syriens de l'extérieur. Plus de 150 personnalités russes viendront spécialement de Moscou pour y participer. La Russie a invité tous les États concernés à participer à cette conférence. Cependant, l'Union européenne et les Nations Unies ne souhaitent pas y participer. L'Union européenne considère en effet que les émigrés syriens n'ont (...)

La politique étrangère de Joe Biden, par Manlio Dinucci

Le président Biden étant notoirement gâteux, ne pourra pas exercer le Pouvoir. Cette responsabilité incombera au secrétaire général de la Maison-Blanche qu'il nommera. Son programme en matière de politique étrangère a déjà été élaboré par un large panel bipartisan. Sa secrétaire d'État devrait être l'ancienne du président Obama, Susan Rice

Les grands médias US mettent fin au 1er amendement

Les grands médias états-uniens, qui n'ont cessé de tourner en dérision Donald Trump —voire de l'insulter et d'appeler à son assassinat— depuis son élection surprise (et avant même sa prise de fonction), tentent désormais d'étouffer sa voix. Ainsi les trois principales chaînes de télévision nationale, ABC, CBS, NBC, ont coupé sa conférence de presse post-électorale dès qu'il a commencé à aborder la question de la sincérité du scrutin. Selon ces médias, leur président en exercice était en train de formuler un (...)

La France va interdire les Loups Gris turcs

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin (photo), a débuté la constitution d'un dossier visant à faire prononcer la dissolution des « Loups Gris » par le Conseil des ministres. Fin octobre 2020, les Loups gris ont tenté d'organiser des pogroms antiarméniens en France et ont vandalisé le mémorial du génocide arménien. Les Loups Gris sont un groupe fasciste armé, constituant la branche armée du Parti d'action nationaliste turc (MHP). Ils sont aussi la milice secrète turque au service du réseau (...)

Nikol Pashinyan neutralise son opposition

Le Premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, porté au pouvoir par un coup d'État (la « révolution douce ») organisé en mai 2018 par le spéculateur George Soros, profite de la guerre pour neutraliser son opposition. Ainsi a-t-il donné l'ordre d'arrêter sur le front le général Arthur Vanetsyan, ancien directeur de la Sécurité nationale (2018-19) et chef de l'opposition. Ce dernier est actuellement interrogé dans les locaux de la police. Les partisans de George Soros l'accusent d'être un espion (...)

Erdoğan, plus dangereux que la Covid-19 (Davutoğlu)

L'ancien Premier ministre turc et ancien président de l'AKP, Ahmet Davutoğlu, a réunit les cadres de son nouveau parti politique (le « Parti du futur ») et appelé à de nouvelles élections. Au cours de son discours, le 1er novembre 2020, il a dénoncé la régression de la Turquie à une forme d'« État tribal », caractérisé par « l'absence de choix ». Il a dénoncé « la culture du despotisme » que le président Recep Tayyip Erdoğan insuffle dans le pays. Surtout, il a déclaré qu'Erdoğan est le plus grand danger que (...)

Erdoğan ne souhaite plus être le nouvel empereur ottoman, mais devenir le calife, par Thierry Meyssan

C'est à tort que l'on accuse le président Erdoğan de vouloir rétablir l'Empire ottoman. Pour lui, les conquêtes territoriales ne sont pas un but, mais un moyen d'établir des alliances. Après de longues hésitations, il entend se faire proclamer non pas sultan, mais calife, et devenir ainsi le chef des sunnites du monde entier.

Les Loups gris tentent des pogroms antiarméniens en France

L'organisation nationaliste turque des Loups gris a tenté par trois fois cette semaine d'organiser des pogroms antiarméniens en France (dans les agglomérations de Dijon, de Lyon et de Vienne). Les manifestants scandaient « Allah Akbar ! » et « Mort aux Arméniens ! ». Ils ont été dispersés par les forces de l'ordre. Les Loups gris sont la branche paramilitaire du Parti d'action nationaliste turc (MHP). Ils se définissent comme néofascistes, anticommunistes, antigrecs, antikurdes, antiarméniens, (...)

Implication secrète du Pakistan aux côtés de l'Azerbaïdjan (Pashinyan)

Le Pakistan a plusieurs fois démenti l'information, publiée par des comptes Facebook azéris et turc de l'envoi de militaires pakistanais pour soutenir l'armée azerbaïdjanaise contre les Arméniens. Cependant, selon le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan interrogé par la télévision indienne WION et selon le quotidien russe Kommersant , des jihadistes pakistanais ont été recrutés au début du conflit, au sein des organisations utilisées par les services secrets contre l'Inde (Jamaat-i-Islami, (...)

Boycott arabe des produits turcs

À l'appel de personnalités saoudiennes, un mouvement de boycott des produits turcs s'étend dans le monde arabe (codes barre débutant par « 8 69 »). Il serait très populaire à Bahreïn, en Égypte, aux Émirats arabes unis, en Libye orientale et en Syrie. Ce boycott a débuté durant l'affaire Kashoggi (décembre 2018) et reprend aujourd'hui en solidarité avec les Arméniens du Karabagh. Compte tenu des difficultés actuelles de l'économie turque, il fait planer un réel danger sur de nombreuses entreprises, (...)

Le Conseil européen soutient la France face au terrorisme

Déclaration conjointe des membres du Conseil européen Nous, dirigeants européens, sommes choqués et attristés par les attaques terroristes en France. Nous condamnons dans les termes les plus forts ces attaques qui représentent autant d'attaques envers nos valeurs communes. Nous nous tenons unis et fermes dans notre solidarité avec la France, le peuple français et son gouvernement - dans notre combat commun et continu contre le terrorisme et l'extrémisme violent. Nous appelons les dirigeants du (...)

Erdoğan dénonce « les politiques vicieuses, provocantes et haineuses de Macron »

Intervenant devant les parlementaires de l'AKP, à Ankara, le 28 octobre 2020, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a dénoncé une nouvelle campagne internationale contre l'islam. En 2005, il s'était opposé au projet états-unien de « Guerre des civilisations » et avait créé avec le Premier ministre espagnol, José Luis Zapatero, l'« Alliance des civilisations » à l'Onu. Quinze ans plus tard, il est devenu le Protecteur de la Confrérie des Frères musulmans avec le soutien financier du Qatar. « La France et (...)

George Soros envoie 2 000 mercenaires kurdes en Arménie (Erdoğan)

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, lors d'une réunion des parlementaires de son parti à Ankara, le 27 octobre 2020, avoir informé le président russe Vladimir Poutine du recours de l'Arménie à des mercenaires . Citant l'Organisation nationale du Renseignement (Millî İstihbarat Teşkilatı - MİT), il a affirmé qu'environ 2 000 combattants du PKK (Partiya Karkerên Kurdistan) avaient été acheminés en Arménie. Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, est arrivé au pouvoir en 2018 à la faveur (...)

Le troisième cessez-le-feu au Karabagh violé

Le troisième cessez-le-feu au Haut-Karabagh, cette fois négocié à Washington, n'a tenu qu'une heure, le 26 octobre 2020. Entré en vigueur à 8 heures du matin, il n'était plus appliqué à 9 heures. Comme les précédents, celui négocié à Moscou (10 octobre) et celui négocié à Paris (18 octobre), il semble avoir été violé par l'Azerbaïdjan. La guerre du Karabagh a débuté il y a exactement un mois, le 27 septembre. Le « groupe de Minsk » de l'OSCE est coprésidé par les États-Unis, la France et la Russie. Chacune de ces (...)

Communiqué du Groupe de Minsk sur le Karabagh

Les co-présidents ont rencontré le 24 octobre à Washington le ministre des affaires étrangères d'Arménie Zohrab Mnatsakanyan ainsi que le ministre des affaires étrangères d'Azerbaïdjan Jeyhun Bayramov, et ont participé à une rencontre conjointe entre les ministres des affaires étrangères et le secrétaire d'Etat adjoint Stephen Biegun. Le représentant personnel de la présidence de l'OSCE en exercice, Andrzej Kasprzyk, a également participé à ces rencontres. Les co-présidents ont pressé les Parties de prendre (...)

Campagne médiatique antichinoise organisée par l'Australie

Une étude réalisée par le Parti des citoyens australiens (section locale du mouvement fondé par Lyndon LaRouche), The China Narrative, montre que le département de la Défense et les services secrets (Australian Security Intelligence Organisation) ont organisé une campagne médiatique visant à faire accroire en une attaque chinoise. L'Australie est membre des « Cinq Yeux », l'alliance des services secrets du Canada, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande et du (...)

Londres a organisé des attaques contre Moscou (Lord Sedwill)

Selon l'ancien conseiller de sécurité nationale britannique, Lord Mark Sedwill, qui vient de quitter son poste le mois dernier, le Royaume-Uni a organisé des attaques médiatiques contre des dirigeants russes au cours des dernières années. Ce serait notamment le cas lors de l'affaire Skripal. Ces déclarations interviennent quelques mois après que la Commission parlementaire du Renseignement et de la Sécurité (Intelligence and Security Committee of Parliament) avait dénoncé l'incapacité des services à (...)

Qu'est-ce qui intéresse les Russes dans la guerre du Haut-Karabagh ?, par Valentin Vasilescu

La Russie affirme ne privilégier ni l'Arménie, ni l'Azerbaïdjan au Karabagh. Par conséquent elle concentre ses efforts contre les jihadistes turkmènes en Syrie. Simultanément, elle a qualifié Damas d'« allié non-stratégique ». Tout se passe comme si Moscou estimait difficilement évitable une guerre contre la Turquie. Le Kremlin devrait alors payer sa politique commerciale aventureuse de construction de pipe-line à travers la Turquie.

Covid : un couvre-feu pour quoi faire ?, par Thierry Meyssan

Les Français ont appris stupéfaits que leur gouvernement considère un mesure d'ordre public, un couvre-feu, comme étant efficace pour prévenir une épidémie. Chacun, ayant compris qu'aucun virus ne fait de pause selon des horaires fixés par décret et vu les nombreuses erreurs précédentes, se pose la question qui fâche : « un couvre-feu pour quoi faire ? »

Erdoğan menace l'UE et spécialement l'Europe

Le président Recep Tayyip Erdoğan a ouvert, le 26 octobre 2020, les célébrations de la naissance du prophète Mahomet . À cette occasion, il a prononcé un discours lyrique décrivant les souffrances endurées par les musulmans dans le monde, particulièrement en Europe : un monde où des atrocités, la terreur, et des tortures sont utilisés pour contraindre les musulmans à abjurer leur foi ; un monde où 1 million d'entre eux ont été exterminés et où 12 millions ont été chassés de leurs foyers, contraints de (...)

Ilham Aliyev : « Il n'y aura pas de référendum [au Karabagh], jamais ! »

Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, a accordé un entretien, le 22 octobre 2020, au quotidien japonais Nikkei. Au cours de cette interview, il a expliqué que les Azerbaïdjanais avaient toujours respecté les Arméniens, mais qu'au contraire ceux-ci avait procédé à un génocide contre eux (sic) Abordant le droit à l'autodétermination de la population arménienne du Haut-Karabagh, tel que stipulé par les principes de Madrid, le journal lui a demandé s'il approuvait le principe d'un référendum. Voici sa (...)

Karabagh : la Grèce, la Russie et la Turquie se préparent à entrer en guerre

Le 21 octobre 2020, la marine nationale grecque a mobilisé une soixantaine de bateaux pour protéger les îles de la mer Égée en cas d'attaque turque. Le président adjoint de la Douma russe, Konstantin Zatulin, a évoqué une possible débarquement russe contre les jihadistes en Azerbaïdjan. La marine russe a débuté des exercices au large de Bakou depuis le 16 octobre. Le vice-président turc, Fuat Oktay, a publiquement envisagé une possible intervention militaire de son pays pour défendre les droits de (...)