Réseau Voltaire

Éléments du fil RSS

Le Guide iranien de la Révolution rectifie son point de vue

L'ayatollah Ali Khamenei, Guide iranien de la Révolution, a profondément modifié son point de vue : le 13 août 2018, il déclarait que l'effet des sanctions US sur le pays était imputable à des causes internes et non pas externes, c'est-à-dire à la gestion économique de l'administration Rohani. le 15 août, il reconnaissait s'être trompé en autorisant le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, à négocier l'accord 5+1 sur le nucléaire (JCPoA) avec les États-Unis. En mars 2013, c'est-à-dire (...)

Censure d'Internet : après Alex Jones, TeleSur

Facebook a annoncé retirer les comptes en anglais de la chaîne de télévision panaméricaine TeleSur. Le 7 août 2018, Mark Zuckerberg, le directeur de Facebook, avait personnellement coordonné avec Apple, Google, Spotify et YouTube (mais pas Twitter) la suppression des comptes liés à Alex Jones et à InfoWars pour cause de « conspirationisme ». Il entend également supprimer la « propagande communiste » (sic). Créée à l'initiative du président Hugo Chávez, TeleSur était une chaîne publique d'information (...)

Donald Trump retire l'habilitation Secret-Défense à un de ses opposants

Le président Donald Trump a révoqué l'habilitation Secret-Défense de l'ancien directeur de la CIA, John Brennan (photo). Ancien chef de station de la CIA en Arabie saoudite, puis directeur de cabinet de George Tenet (sous les présidence Clinton et Bush Jr.), il devient après les attentats du 11 septembre 2001 le premier directeur du Centre national anti-terroriste. Favorable à l'usage de la torture, il est nommé par Barack Obama directeur de la CIA. Depuis l'accord Trump-Poutine d'Helsinki (16 (...)

Washington réarme des Kurdes en Syrie

Les États-Unis viennent de faire parvenir à des Kurdes du Nord de la Syrie une très importante cargaison d'armes (environ 250 camions). Il est impossible de dire en ce moment, contre qui Washington entend utiliser ces armes. Les États-Unis relancent-ils la guerre contre la Syrie ou s'apprêtent-ils à instrumenter des Kurdes contre la Turquie ?

Saisir des transnationales pour reconstruire la Syrie ?, par Thierry Meyssan

Le président Trump s'est fait élire sur la promesse de renverser le capitalisme financier et de restaurer le capitalisme productif. Dans cette logique, il considère que les dommages de guerre dus à la Syrie ne doivent pas être payés par les États-Unis, mais par des sociétés transnationales. Cette révolution des relations internationales est-elle souhaitable et possible ?

La Turquie contraint les Églises juives et chrétiennes turques à signer une déclaration

Le gouvernement turc a contraint les responsables de 18 Églises juives et chrétiennes à signer une déclaration attestant de jouir de la liberté religieuse. Parmi les signataires figurent le patriarche grec-orthodoxe Bartholomée Ier, l'évêque arménien Aram Ateşyan et le grand rabbin Ishak Haleva. Cette déclaration a été publiée par l'agence nationale Anadolu , puis citée par le président Recep Tayyip Erdoğan pour assurer qu'il ne persécute pas les chrétiens. Cette étrange affaire se tient dans le contexte (...)

L'Inde ne participera pas au plan du Pentagone contre la Chine

Le gouvernement de Narendra Modi a indiqué que l'Inde ne participera pas au projet du Quadrilateral Security Dialogue (QSD), dit « Quads ». Celui-ci avait été imaginé par l'administration Bush Jr. Il s'agissait d'allier le Japon, l'Australie et l'Inde pour contrer l'influence chinoise dans le Pacifique. Il avait échoué en 2010, juste après l'annonce par le président Xi du projet de « route de la soie ». À l'époque l'Australie avait jugé plus prudent de coopérer avec Beijing. Les « Quads » avaient ressurgis (...)

Un ministre d'un État membre de l'UE en visite officielle à Damas

Le premier vice-président du gouvernement tchèque et ministre des Affaires étrangères, Martin Stropnický, s'est rendu à Damas en visite officielle. Il a été reçu par son homologue syrien, Walid al-Mouallem. Depuis le début de l'agression contre la Syrie, l'Union européenne a fermé les ambassades de ses États membres et refusé tout contact avec la République arabe syrienne. Cependant, l'Autriche, la République tchèque et la Roumanie ont conservé leurs ambassades ouvertes. Sous l'impulsion de son président, (...)

Le PKK turc poursuit la kurdisation forcée du Nord de la Syrie

Tout en négociant leur réintégration dans la République arabe syrienne, les Kurdes du PYD poursuivent leur politique de kurdisation forcée du Nord du pays (« Rojava »). Le PYD, branche syrienne du PKK turc, a tenté de créer un État indépendant au Nord de la Syrie avec l'aide militaire des États-Unis, de la France et d'Israël. Comme ils étaient arrivés sur ces terres dans les années 1980 en tant que réfugiés politiques, ils ont entrepris une politique de kurdisation forcée des populations arabes et (...)

Ahmadinejad appelle le président Rohani à démissionner

L'ancien président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, actuellement en résidence surveillée, a appelé dans une vidéo —diffusée via son compte Telegram— à la démission de son successeur, cheikh Hassan Rohani. Le président Rohani avait réagi au retrait US de l'accord 5+1 (JPCoA) en assurant qu'il maitrisait la situation. Mais c'est le contraire qui s'est passé : son gouvernement avait tout misé sur un rapprochement économique avec Washington et avait liquidé le système de contournement des sanctions mis au point par (...)

Qui paiera 388 milliards de dollars de dommages de guerre pour la Syrie ?

Lors d'un séminaire qui s'est tenu à Beyrouth les 7 et 8 août 2018, la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (ESCWA) des Nations unies a estimé les dommages de guerre pour la Syrie à au moins 388 milliards de dollars. La Commission présentera son rapport Syria, 7 years at war (La Syrie, 7 ans en guerre) dans la prochaines semaines. Le président états-unien, Donald Trump, considère qu'il s'agit d'une guerre d'agression et qu'elle a été organisée par des intérêts financiers (...)

Mahathir Mohamad libére la Malaisie de l'influence saoudienne

Le nouveau Premier ministre malais, Mahathir Mohamad, a retiré les troupes de son pays de la Coalition conduite par l'Arabie saoudite au Yémen. Il vient également de fermer le Centre pour la paix internationale du roi Salman (KSCIP) à Kuala Lumpur et de transférer ses prérogatives à l'Institut malais de défense et de sécurité. Présenté comme un dictateur en retraite par la presse occidentale, Mahathir Mohamad a été réélu triomphalement à 93 ans à la tête d'une alliance électorale comprenant ses anciens (...)

La Slovaquie impliquée dans un enlèvement à Berlin, en 2017

Selon le Frankfürter Allgemeine Zeitung, un cadre de l'administration vietnamienne en fuite en Allemagne y aurait été enlevé et rapatrié par les services secrets slovaques. Selon le quotidien allemand, Trinh Xuan Thanh (photo) aurait été enlevé à l'été 2017 à Berlin, puis transféré avec l'aide du ministre slovaque de l'Intérieur, Robert Kaliňák, à une délégation vietnamienne de passage en Europe. Monsieur Kaliňák a ultérieurement démissionné de ses fonctions dans le contexte de l'assassinat du journaliste Ján (...)

Souveraineté et globalisation économique

L'Etat souverain est indispensable – surtout dans une économie mondialisée, par Marianne Wüthrich / Préserver et étendre les droits – garantir la prospérité / La politique intérieure américaine mine la détente avec la Russie, par Hannes Hofbauer / Des paroles à Helsinki, attendues depuis longtemps, par Willy Wimmer / La colère et l'amertume de l'Occident face aux succès de la Russie.

Comment Poutine et Trump mettent fin à la guerre contre la Syrie, par Thierry Meyssan

La presse occidentale continue à soutenir les élites financières transnationales et à tenter de déconsidérer l'action du président Trump. Cette attitude rend difficilement compréhensibles les progrès entrepris vers la paix en Syrie. Thierry Meyssan revient sur les accords conclus au cours des cinq derniers mois et les avancées rapides sur le terrain.

La grande purge commence sur Internet

En moins de douze heures, les géants de l'Internet ont supprimé tous les comptes du groupe Infowars et du journaliste Alex Jones, favorable au président Donald Trump. Cette purge, qui fait suite à une audition de la Commission de la chambre des Représentants pour la Justice sur la censure d'Internet, a été coordonnée par Apple, Facebook, Google, Spotify et YouTube. Toutes les vidéos d'Alex Jones ont été supprimées de la toile. Cette décision a été prise au nom de l'idéologie puritaine qui affirme la (...)

Le Pentagone reporte le procès du « cerveau » du 11-Septembre

Le Pentagone a reporté, sans date d'audience, le procès de Khalid Sheikh Mohammed, qu'il présume être le cerveau des attentats du 11 septembre 2001. Enlevé par un commando US au Pakistan, le 1er mars 2003, puis interné dans une prison secrète en Jordanie et longuement torturé, l'accusé que le Pentagone assure être Khalid Sheikh Mohammed est encore une fois différé. En 2009, le jugement du prévenu par un tribunal civil avait été annoncé. Cependant, l'affaire était ultérieurement déférée devant une cour (...)

La véritable histoire de la chute de l'Émirat islamique de Mukalla

En 2016, Al-Qaïda créait un Émirat islamique dans le port yéménite de Mukalla et les 200 kilomètres de côtes avoisinantes [1]. Constitué sur le territoire d'un ancien émirat historique, Mukalla contrôle la sortie du Golfe d'Aden. Al-Qaïda rançonnait alors les navires, percevant 2 millions de dollars de taxes quotidiennes. Malgré l'opposition des habitants, Al-Qaïda imposait son style de vie par la terreur (photo). En définitive, la Coalition saoudo-émirati chassait Al-Qaïda et libérait la ville. C'est (...)

Israël reprend les assassinats ciblés de scientifiques du Moyen-Orient

Israël a repris la campagne d'assassinats ciblés de scientifiques du Moyen-Orient. Après avoir systématiquement éliminé les scientifiques militaires iraquiens, puis nucléaires iraniens, l'État hébreu a commandité l'élimination du général Aziz Asber, un des principaux scientifiques militaires syriens. Le docteur Asber (photo) était le directeur adjoint de l'antenne 4 du Centre de recherches et d'études scientifiques de Syrie (Masyaf). Selon Al-Watan, le général et son garde du corps ont été tués lors de (...)

Trump mise sur l'Italie contre la France en Libye

Recevant le Premier ministre italien Guiseppe Conte, le 21 juillet 2018, le président Donald Trump a publiquement confirmé qu'il reconnaissait le prééminence de l'Italie en Libye. Ce faisant, la Maison-Blanche sapait les efforts de l'Élysée pour s'approprier le pétrole libyen. Durant la guerre de l'administration Obama contre la Libye, le Premier ministre italien de l'époque, Silvio Berlusconi, fut la seule personnalité occidentale à tenter de défendre le Guide Mouamar Kadhafi. Il avait été rappelé à (...)

Préparation de l'annonce du plan US pour le Moyen-Orient

L'administration Trump se prépare à rendre public son plan pour le Moyen-Orient. Les deux concepteurs du plan, Jared Kuschner et Jason Greenblat, engagent des chargés de mission autour de trois compétences : conséquences politiques et sécuritaires du plan ; conséquences économiques du plan ; communication stratégiques. De son côté, le roi Salmane d'Arabie saoudite a rappelé que son pays maintenait ses positions explicitées par l'initiative de paix du prince Abdallah, adoptée par la Ligue arabe en (...)

Israël bombarde un groupe de Daesh en Syrie

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, a reconnu que la guerre contre la Syrie s'achevait par le retour à la situation antérieure à 2011. Lors d'une inspection des forces israéliennes au Nord du pays, il a admis que le gouvernement de Damas était désormais le seul interlocuteur légitime dans le pays. Changeant immédiatement son fusil d'épaule, l'armée israélienne a bombardé un groupe de Daesh côté syrien, tuant au moins sept terroristes. Suite au sommet russo-US d'Helsinki, plusieurs États (...)

L'Onu se redéploie sur la ligne de démarcation syro-israélienne

La Force des Nations unies chargée d'observer le dégagement (ou FNUOD) a réalisé, le 1er août 2018 (journée commémorative de l'Armée arabe syrienne), sa première patrouille le long de la ligne de démarcation syro-israélienne depuis quatre ans. La FNUOD avait été chassée de ses positions, le 28 août 2014, et remplacée par Al-Qaïda avec l'aide de l'armée israélienne. Les Nations unies avaient versé par virement bancaire une rançon à l'organisation terroriste pour obtenir la libération de 45 Casques bleus fidjiens (...)

Les Émirats, premier État à rouvrir son ambassade à Damas

Selon l'agence Fars, suite à une réunion entre les deux chefs des services de Renseignement émirati et syrien, les généraux Mahamat Al-Chamsi et Ali Mamlouk, la décision de rouvrir l'ambassade des Émirats arabes unis à Damas aurait été prise. Les Émirats, qui ont déjà rouvert une correspondance aérienne avec Damas. Cheik Mohammed ben Zayed Al Nahyane (photo), le cadet du souverain et homme fort du pays, aurait décidé de souffler la politesse aux Occidentaux. À l'initiative du Royaume-Uni et de la (...)

Le mythe d'un « Otan arabe »

Selon Reuters, le Pentagone prépare un sommet, les 12 et 13 octobre prochain, pour créer la Middle East Strategic Alliance (MESA) (Alliance stratégique pour le Moyen-Orient . Il s'agirait d'une alliance d'États du Golfe autour de l'Arabie saoudite, plus la Jordanie et l'Égypte. Cette initiative est présentée comme la volonté de Washington de sous-traiter militairement une pression militaire contre l'Iran. Cependant, elle rencontre plusieurs obstacles : En premier lieu, elle exclut de fait le Qatar (...)

La Syrie libére toute la ligne de démarcation avec Israël

L'Armée arabe syrienne est parvenue à libérer la totalité de la ligne de démarcation avec Israël qui était occupée par des jihadistes. L'administration el-Assad confirme que la rapidité à laquelle les derniers combats ont eu lieu est la conséquence des accords Poutine-Trump conclus lors du sommet d'Helsinki du 16 juillet. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le chef d'état-major, Valéri Guérassimov, se sont rendus successivement en Europe —malgré l'interdiction d'accès au territoire (...)

Le crépuscule de la guerre, par Thierry Meyssan

Si l'on considère la guerre en Syrie non pas comme un événement en soi, mais comme l'aboutissement d'un conflit mondial d'un quart de siècle, on doit s'interroger sur les conséquences de la cessation à venir des hostilités. Son achèvement marque la défaite d'une idéologie, celle de la globalisation et du capitalisme financier. Les peuples qui ne l'ont pas compris, notamment en Europe occidentale, se placent eux-mêmes à l'écart du reste du monde.

L'Iran refuse la proposition de rencontre au sommet US

L'administration du cheik Hassan Rohani, qui a conclu l'accord 5+1, a depuis démantelé le système de contournement des sanctions élaboré par le gouvernement Ahmadinejad. Après être parvenu à libérer 400 millions de dollars bloqués aux USA, il comptait sur la mise en œuvre de l'accord pour relancer les échanges internationaux. Le retrait US de l'accord et l'annonce de nouvelles sanctions ont provoqué une panique dans le pays et l'effondrement de l'économie. Les sanctions US sur le métal, la monnaie, la dette (...)

La Turquie échoue à enlever un de ses ressortissants en Mongolie

Les services secrets turcs du MIT (Millî İstihbarat Teşkilatı) ont tenté d'enlever un citoyen turc en Mongolie sans y parvenir. Considéré par le MIT comme lié au prédicateur Fethullah Gülen, le professeur Veysel Akçay a été enlevé à l'entrée de son école par cinq membres des services secrets turcs, puis transporté à l'aéroport d'Oulan Bator où un CL604 Challenger de l'armée turque l'attendait. Prévenu par ses collègues, la police mongolienne a interdit le décolage de l'appareil tant que Veysel Akçay serait (...)

L'Élysée et le « Gladio B », par Thierry Meyssan

Durant la Guerre froide, les États pro-US ont connu un sanglant précédent de répression illégale et secrète. S'il est clair que ce système a été progressivement démantelé en Europe, il ne s'est jamais interrompu au « Moyen-Orient élargi » mais s'y est transformé. Les agissements de l'Élysée dans le cadre de l'affaire Benalla, laissent entrevoir la possibilité que cette histoire ne soit pas finie.

Trump autorise les réfugiés syriens à rentrer sous la protection du président el-Assad

Suite aux sommets de l'Otan et d'Helsinki, la Russie et les Etats-Unis se sont accordés pour évacuer les personnels occidentaux de Syrie et rapatrier les réfugiés syriens à l'étranger. Vladimir Poutine et Donald Trump sont convenus de considérer que les réfugiés syriens n'ont que très minoritairement fui la République arabe syrienne (moins de 50 000), mais massivement pour échapper aux combats et aux destructions (plus de 2 millions). Il existe cependant une troisième catégorie : de nombreux habitants du (...)

Que sont devenus la Russie et les USA ?

« Ne laissons pas la Russie choisir l'Asie », par Hélène Carrère d'Encausse / Les USA et l'Allemagne après le sommet de l'OTAN à Bruxelles / Voix critiques au sujet du sommet de l'OTAN, par Willy Wimmer / Politique et attitude intérieure, par Karl Müller / Président Poutine et la Fédération de Russie, Président Trump et les Etats divisés d'Amérique du Nord, par Willy Wimmer / Trump et la voie de l'Allemagne vers la puissance d'ordre mondial, par Henrik Paulitz / Le dollar, une puissance mondiale, par René Zeyer / Elaborer un texte en clair au lieu de procéder à une manoeuvre de diversion !.

La réponse guerrière à la négociation, par Manlio Dinucci

Le conflit entre le capitalisme financier transnational et le capitalisme productif national entre dans une phase paroxystique. D'un côté, les présidents Trump et Poutine négocient la défense conjointe de leurs intérêts nationaux. De l'autre, le principal quotidien US et mondial accuse le président US de haute trahison, tandis que les Forces armées US et de l'Otan se préparent à la guerre contre la Russie et la Chine.

Les non-dits des accusations anglo-saxonnes contre la Russie, par Thierry Meyssan

La Russie de Vladimir Poutine est-elle un Far West où le Pouvoir peut dépouiller un milliardaire de sa fortune, comme au temps de Boris Elstine ? S'ingère-t-elle dans le processus électoral états-unien ? Autant de questions qui ne laissent pas la place au doute, selon la classe dirigeante US. Et pourtant, il aura suffi que le président Poutine propose une commission rogatoire croisée au président Trump pour que l'angoisse gagne Washington.

La mission d'Alexandre Benalla

Un des collaborateurs du président Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, avait pour mission de créer un équivalent français à l'US Secret Service. Cette agence, rattachée au département de Sécurité de la patrie (Homeland Security), est chargée de la protection du président des États-Unis et de hautes personnalités. Elle joue également un rôle pivot dans l'anti-terrorisme (et la lutte contre la fausse monnaie). Le président Macron avait déjà annoncé à l'Élysée la création d'une « Task Force » (sic) de lutte (...)

La Russie réintroduit la France en Syrie

Lors de l'entretien que le président Poutine a accordé à son homologue français juste avant la finale de la Coupe du monde de football à Moscou, le 15 juillet 2018, le président Macron a admis que l'Occident avait perdu la guerre contre la Syrie. Il a alors évoqué le souhait de son pays de mener une opération humanitaire en Syrie. Le détail de l'opération humanitaire jointe a été fixé lors d'une entretien téléphonique entre les deux chefs d'État, le 21 juillet. Jusqu'ici les actions humanitaires françaises (...)

L'Otan coordonne l'évacuation des Casques blancs

L'évacuation des Casques blancs, qui avait été demandée par le Royaume-Uni, a été évoquée lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Otan, le 11 juillet 2018. C'est en définitive l'Organisation de l'Alliance atlantique qui a coordonné l'évacuation avec l'aide d'Israël et de la Jordanie, qui disposent tous deux d'un bureau de liaison au Quartier général de Bruxelles. Bien que l'Alliance ait supervisé les jihadistes durant sept ans depuis la base du LandCom d'Izmir (Turquie), c'est semble-t-il la (...)

L'Iran porte plainte contre les États-Unis devant la Cour internationale de Justice

La République islamique d'Iran a déposé, le 16 juillet 2018, une plainte contre les États-Unis d'Amérique devant la Cour internationale de Justice. Cette Cour est l'organe judiciaire interne des Nations Unies apte à trancher les différents entre les États membres. Téhéran estime que les sanctions prises à son encontre par Washington après son retrait de l'accord 5+1 (JCPoA) contreviennent aux articles IV 1), VII 1), VIII 1), VIII 2), IX 2) et X 1) du Traité bilatéral sur l'Amitié, les Relations (...)

La Maison-Blanche rejette la proposition russe de commission rogatoire croisée

Lors du sommet d'Helsinki, le président russe Vladimir Poutine a proposé à son homologue états-unien Donald Trump de faire toute la lumière sur les soupçons d'ingérence dans la campagne électorale US de 2016. Il a proposé qu'une commission rogatoire états-unienne vienne interroger sur le sol russe les citoyens qu'elle suspecte d'ingérence, tandis qu'une commission russe irait aux Etats-Unis interroger des citoyens qu'elle suspecte d'être impliqués dans l'affaire Browder. La Russie estime que l'ensemble des (...)

Vers un référendum au Donbass ?

Selon Bloomberg, le président Vladimir Poutine aurait proposé à son homologue états-unien Donald Trump de régler ensemble la question du Donbass [1]. Un référendum pourrait être tenu, sous la surveillance de la communauté internationale, pour permettre aux habitants de cette région de choisir leur avenir. Le président Trump aurait réservé sa réponse. Les accords de Minsk prévoyaient quant à eux l'adoption par la Douma ukrainienne d'un statut particulier pour le Donbass et l'organisation d'élections (...)

Londres évacue les Casques blancs de Syrie

Le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada vont évacuer plusieurs centaines de membres des Casques blancs après la reddition des groupes terroristes au Sud de la Syrie. Les Casques blancs se présentent comme une organisation humanitaire alors même qu'ils ont pris part au combat, notamment en coupant l'eau durant 42 jours aux 5,6 millions d'habitants de Damas [1]. De nombreux membres des Casques blancs sont par ailleurs également membres à titre individuel d'Al-Qaïda ou de Daesh. Les Casques blancs (...)

75 « journalistes » exerçant en Syrie appellent Israël à l'aide

75 « journalistes » exerçant en Syrie dans les zones « rebelles » ont appelé Israël au secours. Ils demandent à pouvoir franchir la frontière, puis à être évacués en Europe. Ces « journalistes », dont on ignore précisément les noms, ne sont en général pas des combattants. Ils ont couvert les événements et accrédité diverses imputations de crime qui auraient été commis par la République arabe syrienne, dont l'usage d'armes chimiques. Si au début, plusieurs de ces « journalistes » étaient rémunérés par les (...)

Erdoğan met fin à deux ans d'état d'urgence

Le président Recep Tayyip Erdoğan a décrété la levée de l'état d'urgence. Suite à la tentative d'assassinat organisée par la CIA contre lui et le coup d'État militaire improvisé qui avait suivi, le 15 juillet 2016, il avait été instauré pour trois mois et prorogé 7 fois. Les autorités turques ont profité de l'état d'urgence pour purger l'administration et la société des éléments hostiles à l'AKP et particulièrement des personnes liées au prédicateur fondamentaliste Fethullah Gülen. Celui-ci, qui avait participé à (...)

Al-Abadi décrète l'état d'urgence en Iraq

Les manifestations se succèdent au Sud de l'Iraq dénonçant l'absence de services gouvernementaux. Le Premier ministre, Haider al-Abadi, a décrété l'état d'urgence durant le week-end pour prévenir l'extension du mouvement social dans la capitale. Les protestations ont débuté pour réclamer de l'électricité. Il fait actuellement 45 à 48 degrés Celsius dans le Sud du pays. Il est impossible de travailler à cette température sans climatisation. Les manifestations se sont développées pour dénoncer l'absence d'eau (...)

Israël abandonne ses collaborateurs syriens

Une centaine de collaborateurs de l'État d'Israël au Sud de la Syrie et leurs familles ont tenté de se replier dans le pays qu'ils servent à l'approche des troupes de la République arabe syrienne. Ils se sont massés à la frontière du Golan, appelant l'armée israélienne à l'aide. Cependant, le gouvernement Netanyahu a ordonné de clore la frontière. Durant toute la guerre en Syrie, Israël a recruté des collaborateurs, soit pour lancer des mouvements séparatistes druzes ou bédouins, soit pour servir d'interface (...)

L'establishment US derrière le Sommet d'Helsinki, par Manlio Dinucci

Alors que la presse internationale a déformé le contenu du sommet de l'Otan, l'establishment US en a parfaitement compris le seul enjeu : la fin de l'inimité avec la Russie. Aussi, perturber le sommet bilatéral USA-Russie d'Helsinki est devenu sa priorité. Il lui faut, par tous les moyens, s'opposer à un rapprochement avec Moscou.

Trump et la bureaucratie de l'Otan, par Thierry Meyssan

Contrairement à la pensée dominante, le sommet de l'Otan n'a pas opposé les États-Unis aux autres membres de l'Alliance, mais le président Trump à la haute administration intergouvernementale. Pour Thierry Meyssan, le problème n'est pas de savoir si l'on apprécie ou pas la personnalité du locataire de la Maison-Blanche, mais si on le soutient parce qu'il est élu par son peuple ou si on lui préfère les bureaucrates du système.

Les Macédoniens boycottent la célébration de l'Otan

L'ex-République yougoslave de Macédoine devait célébrer, le 14 juillet 2018, l'ouverture de sa négociation d'adhésion à l'Otan. Pour l'Alliance, cette adhésion est d'autant plus importante que, comme les Grecs, la majorité des Macédoniens sont orthodoxes et donc culturellement proches des Russes. 15 concerts avaient été organisés par le parti socialiste du Premier ministre, Zoran Zaev, retransmis par la télévision publique. Cependant, en l'absence de public, les concerts et l'émission ont été annulés au (...)

La Chine débordée par ses missionnaires évangéliques

La République populaire de Chine, qui s'est longuement affrontée à la secte du Falun Gong , découvre avec stupeur la résurgence du « Mouvement du retour à Jérusalem ». Cette secte évangélique était puissante dans les années 1920 dans la province de Shandong (au Nord-Est de la Chine), une région avec une tradition religieuse syncrétiste. Elle disparut avec la révolution nationaliste, et ressurgit aujourd'hui, particulièrement parmi la diaspora chinoise en Afrique. La secte est dirigée depuis le Royaume-Uni (...)

Expansible et toujours plus coûteuse, l'Otan s'élargit sur l'Europe, par Manlio Dinucci

Agissant comme des organes programmés depuis leur création, les administrations de l'Otan et de l'UE poursuivent leur projet en dehors de tout contrôle politique. Les bureaucraties militaire et civile issues de l'occupation états-unienne de l'Europe occidentale entendent défendre les intérêts de l'élite transnationale sans se préoccuper de la volonté des peuples.