29 septembre 2008…..CHUUUUuuuute!

Il paraît que c’est les banques qui dirigent le monde, que les politiques ne seraient au mieux des marionnettes au bout de leurs fils, au pire leurs partenaires de crimes… De toute façon, qui ne dit mot consent. Mais le silence, lui, n’est d’or que pour certains ! En voici un qu’aurait mieux fait de se taire, Lloyd Blankfein de Goldman Sachs :

 Je ne suis qu’un banquier accomplissant le travail de Dieu ».

Rien que ça !&; Vous savez maintenant à qui adresser vos prières, tournez-vous vers de belles grandes tours de verre, mais n’essayez pas d’y entrer, celles-ci sont impénétrables. Depuis « six ans » que c’est la crise, on s’inquiète pendant qu’ils s’agitent, en coulisse, toujours dans notre dos&; On n’a pas voix au chapitre, dans la galère, on rame, c’est ça notre boulot. Au début on ne s’est pas rendu compte. « La crise ! mais quelle crise ? » qu’on disait. C’était que des gros titres, et encore on nous en a caché certains&; Le 29 septembre 2008 vous vous rappelez ? Non !?… Eh bien moi non plus. Pourtant, on se souvient tous de ce qu’on faisait le 11 septembre 2001, même que ça tournait en boucle sur toutes les chaînes, à nous en faire péter la tête ! La presse s’en est gavée pendant des semaines, des mois, des années&; Jamais repue ! Toujours prête à en bouffer à chaque anniversaire, en nous rappelant bien qui sont les méchants. Ca avait sonné une nouvelle ère, c’est clair, l’entrée dans le siècle ! et par la grande porte du nouveau millénaire. Celui qu’on attendait tant… Le 29 septembre 2008, voilà ce qui c’est passé : l‘index Dow Jones s’est écroulé de -777,7 points ! Du jamais vu dans toute l’histoire de Wall Street ! Bien plus coûteux que l’effondrement des jumelles, un truc énorme ! un ras de marée économique sans précédent, et qu’on n’avait pas fini de se prendre dans la gueule, vague après vague&; Eh bien de ça, personne n’en a parlé. Aucun bouclage sur la dégringolade du compteur, cette chute vertigineuse où les milliards foutaient le camp comme happés par le néant. C’était pourtant l’occasion de faire un billet. Le sensationnel c’est bon pour les affaires, hein ? Les canards on les connaît. Après ça, s’en est suivi des semaines, et des plus en plus noires. Et quand on a commencé à comprendre, c’était trop tard&; C’est nous qu’allions raquer !            
Feed item Author: 
Yohan De Doncker

Il paraît que c’est les banques qui dirigent le monde, que les politiques ne seraient au mieux des marionnettes au bout de leurs fils, au pire leurs partenaires de crimes… De toute façon, qui ne dit mot consent. Mais le silence, lui, n’est d’or que pour certains !
En voici un qu’aurait mieux fait de se taire, Lloyd Blankfein de Goldman Sachs :

 Je ne suis qu’un banquier accomplissant le travail de Dieu »." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire