Adhérer à la guerre de Macron contre les « fausses nouvelles » pourrait tuer la liberté d’expression. Par Jonathan Turley

Source : , 26-04-2018
GETTY IMAGES
Le président français Emmanuel Macron a gagné le cœur de nombreux Américains, depuis la plantation d&;un arbre à la Maison Blanche jusqu&;à son discours enthousiaste devant une session conjointe du Congrès hier. Pour les défenseurs des libertés civiles, cependant, un moment restera effrayant et durable. C&;est lorsque Macron a appelé à une guerre commune contre les « fausses nouvelles » et : « La démocratie, c&;est une question de vrais choix et de décisions rationnelles. La corruption de l&;information est une tentative de corrompre l&;esprit même de nos démocraties. » Alors que les députés démocrates et républicains se livraient à une « ovation debout » enthousiaste, Macron a utilisé un code familier aux défenseurs de la liberté d&;expression, et c&;est l&;antithèse des valeurs démocratiques. En effet, c&;est un mantra qui a été utilisé pour faire reculer la liberté d&;expression en Europe, où les dirigeants sont sur le point de faire la même chose à la presse dans les nouvelles réglementations de l&;Internet. Bien qu&;il ait été longtemps rejeté aux États-Unis, il semble que les politiciens et les académiciens américains les plus influents soient désormais mûrs pour accepter cette forme de censure. Depuis un cinquantaine d&;années, les Français, les Anglais et les Allemands ont mené une guerre ouverte contre la liberté d&;expression en criminalisant les propos jugés insultants, ou qui visent à harceler ou à faire peur. En France, un politicien a été condamné pour s&;être plaint du nombre croissant d&;enfants d&;immigrants qui inondent le système public d&;éducation, et un comédien a été poursuivi pour avoir fait des blagues insultantes pour les Juifs. En Angleterre, un garçon a été retenu par la police pour avoir arboré un panneau disant « La Scientologie est une secte », et le gouvernement essaye, cette année, de criminaliser le fait de siffler une femme.">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr DT
The Hill, Jonathan Turley, 26-04-2018

Ajouter un commentaire