Aux armes, l'ennemi est à nos portes, par Manlio Dinucci

Les États-Unis ne sont menacés par personne, ils s'effondrent de l'intérieur. Aussi pour maintenir leur tutelle sur leurs alliés, s'efforcent-ils de convaincre les asiatiques d'un danger chinois et l'Union européenne d'une menace russe. S'ils n'y parviennent pas en Extrême-Orient, ils trouvent un accueil favorable parmi les classes dirigeantes européennes. Tout est bon pour nourrir leur discours avec d'autant plus de facilité que les dirigeants européens ignorent l'histoire immédiate.

Ajouter un commentaire