À bas les féministes, vive les femmes !

Les féministes m’emmerdent ! Leurs jérémiades vociférées, leurs pleurnicheries, leur agressivité castratrice, leur volonté d’un égalitarisme stalinien me hérissent ! Agissant ainsi, elles alimentent le stéréotype de l’hystérique, névrose relative à l’utérus… Le serpent se mord la queue ! Regardez-les ces Femen, ces Chiennes de gardes et autre Caroline Fourest jeter leur ressentiment à la face du mâle toutes catégories confondues, cet oppresseur historique et briseur de destin… Dressées contre les hommes, les femmes s’en vont en guerre, vengeresses aveugles de leurs sœurs opprimées depuis la nuit des temps, parce que femmes. La lutte des sexes remplace ainsi opportunément la lutte des classes. Les cartes sont brouillées, il devient alors difficile de saisir les mécaniques complexes de la domination lorsque l’on vous sert du « prêt à penser » : un schéma binaire, manichéen, afin de permettre au tout venant de donner des coups de poing dans l’eau, exaltant son orgueil, celui des idiots utiles. Je ne parle pas de ces combattantes de l’égalité qui ont, jusque dans les années 70, revendiqué les mêmes droits juridiques, économiques et sociaux pour les deux sexes. Je m’adresse plutôt à celles qui brandissent l’anathème du « sexisme » à tout va, comme d’autres crient au fascisme dès que leur logiciel de pensée est dépassé. Le féminisme a muté depuis mai 68, l’heure n’est plus à la défense des droits des femmes mais bien à leur intégration et participation au libéralisme. La juste lutte d’antan a été instrumentalisée et s’est retournée contre les principales intéressées avec leur consentement aveugle, voilà pourquoi je m’insurge ! Elles deviendront alors des moutons exploités comme les hommes, revendiquant inconsciemment les aliénations masculines. « Le fait que l’individu reproduise spontanément des besoins imposés ne veut pas dire qu’il soit autonome ; cela prouve seulement l’efficacité des contrôles » écrivait Herbert Marcuse dans son Homme unidimensionnel. Le féminisme constitue l’un des rouages essentiel de notre diktacratie, une dictature invisible consentie par ses victimes… Un poison distillé dans les consciences femelles, présenté dans un flacon estampillé liberté, égalité, parité. J’accuse les tenants (es) officiel (les) de cette idéologie de nous détourner des réels combats à mener afin de mieux servir les intérêts de la « démocratie » libérale-libertaire.

Travail, famille… et surconsommation

L’émancipation féminine s’incarna dans une lutte à deux vitesses, car les bourgeoises voulurent imposer leurs desiderata à l’ensemble de la gente en prétendant les défendre. Or ce qui est bon pour la bourgeoise ne l’est pas automatiquement pour la femme de plus modeste condition. Simone de Beauvoir professait en son temps, que le travail constituait l’un des points clefs de l’émancipation féminine. Mais il faut dire que les perspectives professionnelles pour la théoricienne du mouvement, du haut de son rang, étaient bien plus nombreuses et prestigieuses que pour le commun des mortelles. Le féminisme s’est alors érigé en un combat par et pour la classe dominante, l’égalité des chances demeurant illusoire. Les dames de la haute s’ennuyaient ferme, il leur fallait accéder aux métiers réservés aux hommes de leur caste : écrivain, avocat, journaliste, philosophe… Le discours de la célèbre féministe aura donc permis aux cols blancs de bénéficier d’une manne de travailleuses convaincues que la liberté s’incarne au 12e étage d’une grande tour, en servant le café à un patron. À contrario, la maternité fut stigmatisée par la philosophe, car elle constituerait une forme de servitude de la femme envers l’espèce. Voilà de quoi faire aimer ses chaînes au deuxième sexe : en définissant le travail salarié comme affranchissement et la maternité comme aliénation. Cette réflexion reflète à merveille le paradigme de notre époque, la valeur d’un individu étant équivalente à son intégration au marché du travail et donc à son pouvoir d’achat. L’avoir ayant substitué l’être. Finalement, le féminisme aura permis aux femmes de délaisser le foyer et l’éducation de leurs enfants pour devenir des travailleuses-consommatrices-électrices assumées ! Tout ce à quoi elles avaient jusqu’alors échappé. Ou l’aliénation de la ménagère remplacée par une autre… Ainsi ce féminisme est en réalité anti-progressiste, . Or, en leur appliquant le stimulus de l’émancipation, on s’assure que les mères iront au turbin sans broncher, puisque le foyer est assimilé à une prison. Victimes des rouages de la société de surconsommation, elles revendiquent désormais le droit à l’hédonisme marchand, polluées par les magazines féminins et autre vecteurs de la propagande consumériste. Sur un même registre, la « libération des mœurs » de mai 68 se retrouva travestie au profit d’un capitalisme mutant, autrement nommé  par le philosophe marxiste Michel Clouscard. La société de surconsommation a su habilement reprendre à son compte le fameux adage du droit à disposer de son corps. La jeune femme, fraîche et ferme s’affiche désormais partout pour faire vendre tout et n’importe quoi. Dans des poses de plus en plus suggestives, elle réveille la libido des hommes tout en frustrant les femmes, tout ceci convergeant vers le même but : l’acte d’achat. Ou lorsque l’émancipation devient aliénation. Auparavant assujettie à l’autorité du père et du mari, la femme moderne se soumet aujourd’hui aux diktats de la mode, de la société marchande… et du patronat ! Quant aux phallocrates, ils se frottent les mains, en lorgnant sur toutes ces idiotes, utiles à la satisfaction de leurs fantasmes. Victimes du formatage de la femme libérée, propagande calibrée à l’appui (séries à la « Sex and the city », sites web dédiés à l’adultère…), elles calquent leurs désirs sur ceux des hommes et s’offrent à eux tels des objets. Les pseudos amazones contemporaines sont in fine plus chassées que chasseuses…

Du boudoir à la tribune

Sur ces aspects les plus légitimes, le féminisme a vaincu. Seulement, l’égalitarisme drastique n’ayant pas été atteint dans tous les domaines, nos féministes en mal de phallus se plaignent de discriminations, de sexisme (gros mot s’il en est !) au sein des sphères politiques et économiques. Ainsi, la bataille pour la parité a été revendiquée comme un gage progressiste et démocratique. Une vaste fumisterie puisque la représentation, quelle que soit sa couleur ou son sexe, demeure une imposture… Et pour cause ! En déléguant notre pouvoir, nous devenons les spectateurs passifs et impuissants de la vie politique. La parité relève même d’une manipulation électoraliste des plus perverses…car, qu’elles s’appellent Merkel, Rice, Tatcher, Parisot ou Lagarde, le sort des femmes du peuple leur importe bien peu du moment qu’elles assurent leurs intérêts de classe ! Elles mettent même les bouchées doubles et font du zèle, histoire de légitimer leur place. La femme devient donc un homme politique comme un autre. Vous devinerez alors ma position quant au droit de vote alloué aux femmes… Allez voter mesdames, certaines se sont battues pour ça ! En attendant, la démocratie est ailleurs. Finalement l’existence du féminisme révèle bien un manque. Mais les femmes n’ont pas le monopole de la souffrance ni de l’injustice ! Face aux oligarques, hommes et femmes sont embarqués dans la même galère, ramant de concert aux injonctions et coups de fouets de leurs maîtres, sans jamais pouvoir tâter du gouvernail. Mais le point d’orgue du féminisme s’incarne aujourd’hui dans sa dangereuse radicalisation, banalisée par les sourires désarmants d’une Belle-kacem. La théorie du genre, celle qui n’existe pas selon la ministre, est le prolongement dialectique de la fameuse maxime de « Madame Sartre » : « On ne naît pas femme, on le devient. » Sous couvert de sens de l’histoire, de progrès, de marche vers l’égalité, cette idéologie vénéneuse vise l’abolition des différences, nie la complémentarité des sexes, fustige les natures déterminantes et constitutives des êtres. Le but ? Façonner l’humanoïde parfait pour la dictature mondiale, un individu sans attaches, sans fondations, à l’identité mouvante, manipulable à merci. Comme le prophétisait Nietzsche, « Si la civilisation continue à rapprocher l’homme et la femme au point de les confondre, il leur deviendra impossible de s’aimer. »
Feed item Author: 
Kelly Schmalz

Les féministes m’emmerdent ! Leurs jérémiades vociférées, leurs pleurnicheries, leur agressivité castratrice, leur volonté d’un égalitarisme stalinien me hérissent ! Agissant ainsi, elles alimentent le stéréotype de l’hystérique, névrose relative à l’utérus… Le serpent se mord la queue ! Regardez-les ces Femen, ces Chiennes de gardes et autre Caroline Fourest jeter leur ressentiment à la face du mâle toutes catégories confondues, cet oppresseur historique et briseur de destin… Dressées contre les hommes, les femmes s’en vont en guerre, vengeresses aveugles de leurs sœurs opprimées depuis la nuit des temps, parce que femmes." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire