Brexit, référendum de 2005…: «Nos dirigeants ont oublié que c’est le peuple qui est souverain». Par Jean-Michel Naulot

Source : , 02-04-2019 FIGAROVOX/TRIBUNE &; En France et à Bruxelles, comme aujourd’hui au Royaume-Uni, les dirigeants politiques ont, selon Jean-Michel Naulot, du mal à accepter le vote populaire lorsqu’il leur est défavorable.
Ancien banquier et ancien membre du Collège de l’Autorité des marchés financiers, Jean-Michel Naulot est l’auteur d’Éviter l’effondrement (Seuil, 2017).
Au Royaume-Uni, la démocratie est en crise. Theresa May a fait voter trois fois les parlementaires sur le même texte, comme si un dirigeant politique était libre d’ignorer un vote lorsqu’il ne lui est pas favorable. Les parlementaires eux-mêmes, majoritairement hostiles au Brexit, ont le plus grand mal à accepter le vote populaire de 2016. Enfin, situation surréaliste dans une démocratie, les perdants du Brexit manifestent pour demander l’organisation d’un nouveau référendum. Ne craignant pas de s’ingérer dans les affaires britanniques, le Président français a même été jusqu’à dénoncer récemment les «mensonges» qui avaient permis aux partisans du Brexit de gagner. Qu’auraient dit en France les partisans du oui à Maastricht si les tenants du non avaient exigé de revoter au prétexte que des mensonges avaient été énoncés par les partisans du oui? À l’époque, cette idée n’a traversé l’esprit de personne.">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr DT
Le Figaro, Jean-Michel Naulot, 02-04-2019

Ajouter un commentaire