Chine : le « péril jaune », vraiment ?, par Thierry Meyssan

Le président Biden nous rejoue le « péril jaune » : la Chine volerait nos brevets, entretiendrait la corruption et détruirait l'environnement avant de nous imposer par la force son régime totalitaire. Heureusement les États-Unis et l'Otan protégeraient les démocraties et la paix. Mais alors comment expliquer l'alliance entre Beijing et Moscou qui devrait ressentir la même peur ? Ce serait simplement l'« alliance des dictatures ». Pour toute personne ayant vécu la Guerre froide, cette narration sonne faux.

Ajouter un commentaire