Comment va l’algérien ?

L'avenir devient incertain pour tout être qui a du mal à aller plus loin, à changer son destin, ou à le confier à une bonne main. L'algérien le ressent chaque matin, parce qu'il y a toujours quelqu'un pour lui sortir le même refrain : Avec quels moyens? Et pour quelle fin? Vas-tu te battre au lieu d'aboyer avec les chiens qui finissent toujours par céder à l'appel de leur maître: le besoin. L'algérien le sait bien...trop bien...que le plus difficile sera toujours le chemin...parce qu'il n'est pas défini, il faut sans cesse le définir, le redéfinir. Et il ne peut y parvenir sans tisser un nouveau lien avec ses proches, avec son prochain...un nouveau mode d'approche...exempt de rancœur et de reproches. Il lui arrive même de se demander où il habite. Il a l'impression depuis longtemps déjà d'être en transit...à mi-chemin entre un lendemain qui enchante et un surlendemain qui l'épouvante. S'y mettre ou se démettre, telle est la question. Une question de transition...one, two, three...Ses fruits ne sont peut-être pas mûrs? Ou il n'est peut-être pas mûr pour les récolter? C'est ce qu'il se demande en aparté. Plutôt trois fois qu'une, car il sait ce qui est désormais nécessaire pour changer d'air. Il lui faut un triple saut, un triple assaut. One: une transition politique: pour passer d'un état à un autre. Two: une transition démocratique: pour passer du plus petit au plus grand nombre. Three: une transition historique: pour passer du sommeil dogmatique au réveil critique. Il sait que la rue ne fera pas son bonheur tant qu'il ne disposera pas d'une grue pour le débarrasser de tous ses malheurs... Et Dieu merci, il vient de s'apercevoir aujourd'hui que ses malheurs ne sont pas réels mais imaginaires...Et qu'il lui faut juste un peu de temps pour en avoir une conscience claire... Et l'algérien devient instantanément serein en réalisant qu'il lui faut trois fois rien pour se sentir enfin bien...maître et possesseur de son destin. L’article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

L'avenir devient incertain pour tout être qui a du mal à aller plus loin, à changer son destin, ou à le confier à une bonne main.

L'algérien le ressent chaque matin, parce qu'il y a toujours quelqu'un pour lui sortir le même refrain :

Avec quels moyens? Et pour quelle fin?

Vas-tu te battre au lieu d'aboyer avec les chiens qui finissent toujours par céder à l'appel de leur maître: le besoin." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire