Covid-19 : anomalie du cerveau à l’IRM chez une patiente avec perte de l’odorat

Source : IRM. Vue frontale. Séquence FLAIR montrant un hypersignal cortical dans le gyrus rectus droit (têtes de flèches jaunes). Dans le carré supérieur droit : image montrant un hypersignal dans les deux bulbes olfactifs (têtes de flèches blanches). Politi LS, et al. JAMA Neurol. 2020 May 29. Des neuroradiologues italiens rapportent des données montrant que le coronavirus SARS-CoV-2 provoque une atteinte directe du cerveau au niveau d’une région impliquée dans l’olfaction. Dans un article publié le 29 mai dans la revue JAMA Neurology, ils publient des clichés montrant des anomalies à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau d’une patiente atteinte de Covid-19 et présentant une perte d’odorat (anosmie). Petit rappel de physiologie. Les molécules odorantes sont captées par les cellules olfactives (épithélium olfactif) situées dans les cavités nasales. Le signal chimique véhiculé par la molécule odorante est alors transformé en influx nerveux. Les neurones de l’épithélium olfactif envoient leurs prolongements (axones) dans les deux bulbes olfactifs. Le bulbe olfactif constitue le premier relais du système olfactif. Cette structure, située sous le cerveau, reçoit les axones des neurones de l’épithélium olfactif qui traversent le toit des fosses nasales. Celui-ci est dénommé lame criblée (de l’os ethmoïde) car il est perforé par de nombreux orifices dans lesquels passent les filets nerveux des voies olfactives. © Wikipedia">Lire la suite
Feed item Author: 
Edouard Vuiart
Réalités Biomédicales

IRM." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire