Emmanuel et Marwen

Deux lettres : E,M...Emmanuel et Marwen. Pour poser le problème ou pour déposer le tandem qui nous berne à la tête de la République en marche : R.E.M...C'est aussi le nom d'un groupe de musique, connu grâce à son tube : loosing my religion... de quoi perdre le Nord avant de tout jeter par dessus bord... Ça se joue à la vie, à la mort. Quand la raison veut avoir raison, la passion a toujours tort. Le privé n'a plus de sens, quand c'est le public qui mène la danse, il devient privé de sens, vidé de toute sa substance intime. Proche ou très proche de l'abîme. C'est l'hypothèse la plus probable et en même temps la plus redoutable que cette histoire de Benalla... qui oscille encore entre : me voici et le voilà... ce n'est pas si cul-cul comme histoire de cul. Le président a un amant qui s'appelle Alexandre mais qu'on appelait Marwen, originaire d'un pays bien aimé : le Maroc pour ne pas le citer. Et comme il est marié en affichant sa fidélité, cela donne un arrière-goût à son adultère... quelque chose de profondément amer qui le rend fondamentalement insincère. Et c'est apparemment très compliqué à gérer : une femme âgée et un amant dérangé. Mais ce n'est peut être qu'un bruit que les mauvaises langues tentent de propager... peut être pour se venger d'un homme qui s'est moqué du système pour nous croquer avec ses anathèmes ou ses blasphèmes.   Ce que les Gilets Jaunes ont du mal à lui pardonner, sans oser se l'avouer, c'est qu'il leur a fait un enfant dans le dos. Et au lieu de le lui renvoyer, ils se contentent de noyer le fardeau : celui de la tromperie. Le peuple jaunit parce qu'il se sent trahi par celui qui s'est fait élire en se faisant passer pour un ami. Le Rottweiler du Président ne s'est pas contenté d'aboyer, il a mordu le mollet de la vox populi en lui révélant son inertie... sans même prendre la peine de lui dire : merci pour ce moment !   Ps : J'attends d'avoir les moyens de me payer l'ADSL par satellite pour réaliser des journaux filmés de nouveau. Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Ajouter un commentaire