Féminicides

Comment tu as fait pour tuer ta femme ? Je ne l'aurais jamais fait si ce n'était pas la mienne... Encore un usage abusif du pronom possessif ? Tout est question de grammaire ! Pour sa fille, pour sa femme comme pour sa mère. C'est kif-kif! Comme quoi, il ne suffit pas d'avoir les mêmes droits, il faut aussi avoir le même poids. Un point et ce n'est pas tout. 85 femmes ont été abattues par leur conjoint entre janvier et juin. Un nouveau mot pour l'occasion a été forgé, celui de féminicide, un peu sexiste mais c'est soit disant pour dénoncer le sexisme alors qu'on ne fait que l'exacerber en excitant tous les perturbés. Je lui préfère homicide ou alors altruicide en langage un peu plus soutenu et un peu moins convenu. En attendant 85 femmes sont passées de l'autre côté, sans piété, ni pitié; victimes d'une violence qui n'a rien d'extraordinaire, je dirais même qu'elle est familière : la violence conjugale qui met un peu en relief chaque jour le mal qu'a le mâle à supporter sa femelle. L'union ne fait plus la force, le temps est aux divorces... aux ruptures de bail avec la canaille. Aïe ! Aïe ! Aïe !   Cessons disent les femmes libérées d'être des poules mouillées, renonçons à notre lit douillet et dénonçons tous les coqs qui continuent de nous dérouiller. Mais qu'est-ce qu'elles ont fait, toutes ces femmes pour précipiter l'heure de leur décès ? Sont-elles victimes de l'usure ou de la démesure ? d'Ibliss comme on dit en Orient pour configurer le diable ? Ou d'Hybris comme on dit en Occident pour dévisager le démon? N'ayez surtout pas l'outrecuidance d'évoquer le hasard ou les coïncidences, pour ne pas froisser toutes les femmes en instance de constituer des poches de résistance pour contenir cet effroyable regain de violence. Comme quoi, le cœur de l'homme n'a pas changé. Toujours les mêmes regrets et aucun progrès à signaler.... L'heure passe mais les mœurs ne passent pas. En Italien : Non si può avere la botte piena e la moglie... comme en Français : tu ne peux pas avoir le tonneau plein et la femme ivre... La femme fera toujours : Miaou ! Miaou ! Miaou ! En sortant ses griffes de sexe chétif... Et l'homme après avoir tiré son coup, à bout portant lui rétorquera : Boom Boom Ciao! Pour lui signifier que c'est un régal de venir à bout de son égal... Boom Boom Ciao ! L’article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Comment tu as fait pour tuer ta femme ?

Je ne l'aurais jamais fait si ce n'était pas la mienne...

Encore un usage abusif du pronom possessif ?

Tout est question de grammaire ! Pour sa fille, pour sa femme comme pour sa mère." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire