Je suis un parasite

 
   
Un vent de folie s'est levé... et pas seulement au levant, mais derrière et devant... peut être même au-dedans. Explosion des uns, implosion des autres. La raison a perdu la raison. Il y a le feu à la maison. Nos prévisions sont réduites à néant. On ne peut plus jurer de rien ! Il n'y a plus de logique dans notre histoire. Notre histoire est devenue pathologique. Le logos a craqué. Le pathos a pris le relai... Plus de raison, plus de saison, plus de maison. C'est le dérèglement de tous les sens. Le tourbillon. La règle fait la manche, le désir prend sa revanche. On dirait qu'elle gronde, notre pulsion profonde. Elle s'apprête même à renverser l'ordre du monde. Le haut tombe de haut et on ne voit plus les choses que d'en bas... Plus de verticale mais un horizon horizontal ! C'est la fin du régime pyramidal au niveau mondial. Le bon sens s'est vidé de tout sens, quasiment dans l'indifférence générale. On dirait que la puissance a changé de camp. Elle n'est plus entre les mains des puissants. Mais comme une évadée de prison, elle cherche inopinément à reconquérir sa liberté, en allant à la rencontre d'autres volontés. Tout est entrain de basculer, les réseaux sociaux peuvent tous en témoigner. Folie : toutes les rivières ont quitté leur lit pour jouer avec de nouveaux instruments et produire une toute autre musique. C'est incompréhensible que l'incompréhensible soit. Mais il y est. Ça y est ! Nous y sommes contraints et forcés d'admettre que les temps ont changé. La raison du plus fort a fini par céder devant les pulsions des plus faibles. La morale est mise à mal. Tout impératif devient hypothétique : si tu sèmes le vent, tu récoltes la tempête. Plus de bien, ni de mal absolus. Plus de haut, ni de bas mais un inévitable combat. Combat entre la raison des moins nombreux et la passion des plus nombreux. Entre les faux sages et les vrais fous... On les appelle : les peuples, pour désigner tous ces dirigés qui s'en prennent à leurs dirigeants et qui cherchent à saper les fondements de toute direction. Folie avec un brin d'anarchie, le désordre rétabli. Enfin. Les gens n'ont plus d'argent, mais la volonté de changer d'agent. La folle volonté d'exercer eux-mêmes le rôle d'agent. D'auxiliaire. De représentant. Désormais ce seront les peuples qui représenteront les peuples. Et pour commencer on renverse les tables, on sort les pas-sortables et on fait entrer l'improbable. La planète n'est plus qu'un site inondé par des parasites. Le pathos s'y invite. Exit le logos... Je suis un parasite ! Et pour qu'on ne s'y trompe pas, on a élu Trump. Et pour ceux qui ont cru nous épargner un Grexit ils ont eu droit à leur Brexit... et peut être bientôt à un Frexit... Exit le vieux monde... pas les vieux, mais le monde !
  Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Peintures

Dernier liens

Source: www.panamza.com
Il y a 2 heures 9 min
admin
Source
Il y a 3 heures 59 min
Source
Il y a 5 heures 49 min
Ali Abunimah
Source
Il y a 6 heures 51 min
Tom Secker
Source
Il y a 8 heures 4 sec
Source
Il y a 11 heures 4 min
Les-crises.fr DT
Source
Il y a 12 heures 4 min
Les-crises.fr
Source
Il y a 13 heures 4 min
Les-crises.fr DT
Source
Il y a 20 heures 6 min
le journal de Personne
Source
Il y a 1 jour 10 heures
Les-crises
Source

Recent aggregator posts