Justice Sauvage

Il était une fois dans un lointain village dont je n'ai jamais retenu le nom, un homme et une femme sans histoire. Un soir ou peut-être une nuit, la femme eut une sacrée rage de dents. Elle hurlait à la mort... sans doute de douleur. Cela empêchait, bien entendu son conjoint de dormir... en paix. Agacé, se sentant contraint et forcé, le mari s'empara aussitôt d'une tenaille et lui arracha sauvagement la dent criminelle... Il a pour ainsi dire crevé l'abcès. Puisque sa moitié n'y a pas survécu...elle s'est d'abord évanouie, perdit beaucoup de sang avant de succomber à une hémorragie... Elle est morte, morte, morte et son assassin continue de clamer son innocence, d'incriminer les circonstances... Dans le noir, il n'a rien pu voir. Il n'a rien fait d'autre que son devoir : extirper la racine du mal. Mais la justice en a jugé autrement. Elle a estimé qu'il mentait comme un arracheur de dents et l'a condamné à une très lourde peine de prison. Tous les mâles du village l'ont très mal pris : voir l'un des leurs injustement condamné pour avoir tenté de ramener le calme et la paix dans son ménage...où va-t-on? Ils ont manifesté bruyamment et plaidé sa cause auprès du sultan encore un sage d'entre les sages, qui sans vouloir abuser de son statut de maître incontesté, finit tout de même par le gracier estimant que nul dans ce bas monde n'est tenu à supporter l'insupportable. Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Ajouter un commentaire