L’Algérie est à jeun

L’Algérie est à jeun. Elle a faim et soif de justice. Or elle ne trouve que des caprices à se mettre sous la dent… comme cette opposition stérile ou débile qui oppose les jeûneurs aux non jeûneurs. Les uns réclament au nom de la liberté, le droit de dé-jeûner en paix… et les autres, proclament au nom du respect, la nécessité de jeûner. Non pas en vertu du 2ème article de la constitution algérienne mais en vertu du 1er article de la constitution de chaque algérien qui exige de tout un chacun un minimum de verticalité… un minimum d’exemplarité… un minimum de moralité. L’Islam n’est pas la lubie de quelques illuminés, mais l’alibi de la majorité religieuse et silencieuse. Pourquoi la contrarier pour la contrarier, au moment où c’est sur l’union sacrée qu’il y a fort à parier ? Quant à la tolérance, je dirais comme Claudel, qu’il y a des maisons pour ça. Les mêmes raisons font le lit de la laïcité et de l’obscénité. Le Prophète de l’Islam dit en substance, je le cite de mémoire :
  • quand on ne sait pas trop quoi faire, il vaut mieux cocher le bien et cacher le mal…
C’est toute la question de la pudeur. Voiler sa beauté et ne pas dévoiler sa laideur. L’article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

L’Algérie est à jeun. Elle a faim et soif de justice. Or elle ne trouve que des caprices à se mettre sous la dent… comme cette opposition stérile ou débile qui oppose les jeûneurs aux non jeûneurs.

Les uns réclament au nom de la liberté, le droit de dé-jeûner en paix…

et les autres, proclament au nom du respect, la nécessité de jeûner." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire