L’Algérie et les 40 voleurs

L'Algérie croit savoir où ils sont. Ils sont partout et nulle part. L'Algérie croit savoir combien ils sont. Ils ne sont pas 40, mais 400 peut-être 4000 et sans doute 4 millions de complices actifs ou passifs qui ont infiltré ou profité de toutes les infiltrations de l'appareil d'État. L'Algérie croit savoir qui ils sont mais elle ne peut se permettre de divulguer tous les noms sous peine de rendre impossible toute reconstruction du pays et toute réconciliation entre voleurs et volés, spolieurs et spoliés, corrupteurs et corrompus. Le dégagisme n'est pas le remède approprié. L'Algérie fait appel désormais à la nouvelle génération en essayant, autant que faire se peut, de lui donner le sens de l'engagement...seule véritable garantie d'un véritable changement. Et même si sa jeunesse est inexpérimentée, elle fera plus et mieux que ses aînés. Mais l'Algérie se retrouve avec deux plaies qui saignent et qu'elle a du mal à panser; 1: elle a besoin de temps pour ne pas revenir en arrière... 2: elle a besoin de temps pour aller de l'avant...Pour ne plus perdre son temps, il va donc falloir le gagner et dans les meilleurs délais pour que la flamme qui l'a animée et mise sur le sentier de la liberté, ne s'éteigne plus jamais. L'Armée est mal armée pour lui permettre de le retrouver. L'Algérie mise sur un coup d'éclat et non sur un coup d'État. Elle ne voudrait ressembler ni à l'Égypte, ni à la Tunisie. Elle rêve d'un été plus que parfait au lieu d'un printemps désuet. Tout le problème est là : comment faire pour aller plus vite que la musique quand on n'a pas le temps de former de vrais musiciens? Réponse : Réinventer une nouvelle partition avec de la Politique comme passion et non comme profession. Tout algérien doit reprendre en main le destin comme un...en sachant que même Ali baba n'est pas au-dessus de tout soupçon. Le projet seul peut rendre les uns et les autres sains et saufs. L’article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

L'Algérie croit savoir où ils sont. Ils sont partout et nulle part.

L'Algérie croit savoir combien ils sont. Ils ne sont pas 40, mais 400 peut-être 4000 et sans doute 4 millions de complices actifs ou passifs qui ont infiltré ou profité de toutes les infiltrations de l'appareil d'État." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire