L’HYDRE ISLAMISTE

  J'ouvre le dictionnaire à la lettre H... c'est le moins que je puisse faire pour accomplir une tâche d'ordre intellectuel... C'est le Président Emmanuel Macron qui m'interpelle avec son hydre islamiste. Au sens mythologique, l'hydre est un serpent à 7 têtes qui repoussent aussitôt coupées. Au sens propre donc comme au sens figuré, l'hydre est un mal qui se renouvelle en dépit des efforts faits pour l'éradiquer.   Examinons le contenu de ces 7 têtes qu'on s'apprête à trancher :   La première : si tout un chacun est appelé à signaler tout signe de radicalisation, on fait ce que fait le serpent qui se mord la queue : on se radicalise contre la radicalisation. Jusqu'à ce qu'on réalise qu'on n'a rien fait d'autre qu'actualiser la guerre de tous contre tous.   La deuxième : dans un État de droit, faut-il rappeler qu'il est interdit aux uns de montrer les autres du doigt. La stigmatisation ne peut faire office de loi.   La troisième : faire appel à votre vigilance c'est faire appel à des vigiles, ça ne vous rend pas plus libres mais plus serviles... car nul n'a le droit de se substituer à la police, ni le devoir de devenir un délateur pour servir la Justice.   La quatrième : tout discours qui réduit l'islam à l'islamisme fait le lit du terrorisme... autrement dit le rejet de l'islam et de son éthique correspond en tous points au projet de l'islam politique, celui des islamistes. Leur but : Opposer les musulmans aux non musulmans pour tendre et prétendre à une guerre de religion.   La cinquième : à moins de faire de la politique fiction, ou de pratiquer l'art divinatoire, nul ne peut prédire ni prévoir le fameux passage à l'acte... à moins de présumer que tout musulman est un islamiste en puissance. Et dans ce cas, il n'y a pas d'autre solution que de mettre le bon sens en prison.   La sixième : aucune lutte politique contre le terrorisme n'a de chance d'aboutir tant que le terrorisme est encore et toujours instrumentalisé politiquement par des régimes viciés et des systèmes financiers qui font le jeu des puissances corrompues.   La septième : gardez la raison et la maison en vous disant que nul n'est au-dessus de tout soupçon : ni le soupçonné ni celui qui soupçonne. La police vient d'en faire les frais. L’article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

 

J'ouvre le dictionnaire à la lettre H... c'est le moins que je puisse faire pour accomplir une tâche d'ordre intellectuel... C'est le Président Emmanuel Macron qui m'interpelle avec son hydre islamiste." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire