La colère arabe

L'homme de la rue arabe... est en colère. Il n'espère plus. Il désespère ! Il n'a même plus envie de nombrer ses innombrables divergences avec ses dirigeants. Soit ils sont jeunes et ambitieux, soit ils sont vieux et gâteux... D'aucuns ne le rapprochent de Dieu... tous leurs attributs l'en éloignent. Il voit partout le mal animal : les paniers de crabes, les nœuds de vipères, les anguilles sous roche... la civilisation n'a civilisé ni les cœurs, ni les mœurs !   L'homme de la rue arabe pleure... il voit l'humanité faire passer le pire pour le meilleur. Il voit ce qu'il n'a pas envie de voir : ses nations soudoyées, sa religion dévoyée, sa raison noyée par la folie des uns et l'incurie des autres. Aucun progrès, que des simagrées... de faux semblants, des simulacres! Il voit son moral en berne. Il méprise tous ceux qui le gouvernent ou prétendent éclairer sa lanterne... les rois mages qui règnent par l'image... ou les faux sages qui instruisent son dérapage... d'homme arabe... qui refuse d'être à la page, qui se réfère à l'ancien plutôt qu'au nouveau... il n'est pas moderne. Il n'a que sa fierté ou son honneur pour vivre... des valeurs qui ne valent plus rien parce qu'il ne peut les monnayer... En Arabie, il ne se sent pas saoudien, en Égypte, il ne se sent pas pharaon... en Palestine, il ne se sent pas palestinien... on l'a dépossédé : dérobé ses biens et subordonné les siens.   L'homme de la rue arabe pleure parce qu'il a tout perdu, excepté sa raison. Et il n'en a qu'une, foyer aigu de lumière, qui lui sert d'ultime repère : c'est Jérusalem... Pour laquelle il veut bien céder la terre entière. Il se battra jusqu'à sa dernière goutte de sang pour la reconquérir et la délivrer de tous les délires... Il ne réclame pas l'est pour faire plaisir à l'Ouest. Mais le tout sans reste. Tout Jérusalem! Il ne la partagera pas. Il ne la divisera pas. Il ne l'échangera pour rien au monde... parce que c'est le seul endroit où il se sent chez soi... avec sa Foi en guise de toit. Ya Salem Jérusalem ! Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

L'homme de la rue arabe... est en colère.

Il n'espère plus. Il désespère !

Il n'a même plus envie de nombrer ses innombrables divergences avec ses dirigeants.

Soit ils sont jeunes et ambitieux, soit ils sont vieux et gâteux...

D'aucuns ne le rapprochent de Dieu." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire