La condamnation de la doctrine Cebrowski ne change rien, par Thierry Meyssan

Durant une année, Washington a débattu de la doctrine Rumsfeld/Cebrowski de destruction des structures étatiques pour conclure qu'elle avait conduit au désastre en Iraq. Mais cela n'a rien changé. Le vice-président Dick Cheney a poursuivi son projet d'anéantissement de l'Iran ce qui l'a conduit à des escarmouches au Liban et en Géorgie. Pour tourner la page sordide des mandats de George W. Bush et de la généralisation de la torture, l'État profond organise l'élection de Barack Obama. Désormais, on parle de la couleur de peau du président, plus de sa politique.

Ajouter un commentaire