La France au sommet de l’OTAN du 4 décembre 2019: résistance ou résignation ? Par Hannoun Hervé

Source : , 29-11-2019 «En déclarant que l&;OTAN était &;en état de mort cérébrale&;, le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d&;une organisation qui, depuis la fin de la guerre froide, mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d&;être». On ne peut que souscrire à ce jugement de l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire”. «En déclarant que l&;OTAN était &;en état de mort cérébrale&;, le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d&;une organisation qui, depuis la fin de la guerre froide, mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d&;être». On ne peut que souscrire à ce jugement de l’association “Initiatives pour le désarmement nucléaire”. A la suite des déclarations justifiées du Président Macron dans The Economist le 7 novembre sur les graves dysfonctionnements de l&;OTAN, on a assisté à une levée de boucliers dans le microcosme des milieux ultra-atlantistes, lequel attend maintenant avec fébrilité que, au sommet de Londres du 4 décembre 2019, la France capitule et rentre dans le rang. Ce serait pourtant une faute historique pour notre pays. Il y a quatre raisons fondamentales de ne pas céder, et de choisir le 4 décembre la résistance plutôt que la résignation. 1/La première, et la plus récente, c&;est la manière indigne dont l&;OTAN s&;est lavée les mains en octobre 2019 de l&;agression perpétrée par l&;armée turque, la seconde de l&;OTAN par le nombre, contre les Kurdes de Syrie. Après les désastres des interventions de l&;OTAN en Serbie en 1999 (création du Kossovo après des mois de bombardements aériens) et en Lybie en 2012, l&;intervention turque au Nord Est de la Syrie en 2019 est un nouveau dysfonctionnement grave de l&;OTAN, car cette agression n&;a à aucun moment été condamnée ni par le Secrétaire général Stoltenberg ni par les autres organes de l’Alliance. Tout a été dit par le Président français sur cet épisode affligeant. On peut simplement ajouter que, à défaut d’exclure la Turquie de l’organisation, l’OTAN devrait à tout le moins mettre un terme au stockage sous l’égide de l’OTAN de bombes nucléaires américaines sur le sol de la Turquie. 2/ Le deuxième problème fondamental de l’Alliance est que l’appartenance à l&;OTAN, organisation étroitement dépendante des Etats-Unis, de 22 sur 28 pays membres de l’Union Européenne n’est pas compatible avec l’affirmation de la &;souveraineté européenne&; en matière de défense souhaitée par le Président Macron.">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr DT
Le Blog Mediapart, Hannoun Hervé, 29-11-2019

«En déclarant que l’OTAN était “en état de mort cérébrale”, le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d’une organisation qui, depuis la fin de la guerre froide, mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d’être»." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire