Les faucons patriotes

Non je ne fabule pas... Lorsque je dis que tu te leurres. Tu n'as pas intérêt à consulter ton cœur pour apprendre que nul ne cherche ton bonheur. C'est débile et infantile comme dialectique : pour que l'un vive, il faut que l'autre meure. Ce ne sont plus les astres mais les désastres qui indiquent l'heure. Non le temps qu'il fait mais le temps qui te défait ou annonce ta défaite ! Tous les règlements sont désormais tributaires de ce dérèglement climatique parce que les hommes ne sont plus seulement pathétiques, ils sont devenus antipathiques... sans pitié les uns pour les autres... Ils sont fous furieux, avec ou sans Dieu. Ils veulent à tout prix te chasser et occuper les lieux, dominer, te dominer coûte que coûte, même s'ils ne disposent d'aucune clé de voûte. Qui sont-ils ? Ils sont extrémistes, moralistes et immoralistes en même temps. Ils vont trouver les mots pour te faire la peau, des mots de la même famille : patrie, patriotes, patriotisme... des mots élaborés le plus souvent par des enfants qui ont assassiné leur père. Ne pouvant passer par devant, ils sont passés par derrière. Ils veulent tout défaire pour tout refaire à leur image et de travers. Ils s'estiment comme les seuls dignes héritiers d'un édifice qu'ils n'ont pas édifié mais qui leur revient de droit parce qu'ils ont décapité leur roi et élevé au plus haut point, le culte du moi. Parti sans répartie : c'est la patrie du Moi.... Car elle en veut à la terre entière sous le nom de Gavroche ! Elle s'exprime au nom du peuple pour lui faire les poches. Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Non je ne fabule pas...

Lorsque je dis que tu te leurres.

Tu n'as pas intérêt à consulter ton cœur pour apprendre que nul ne cherche ton bonheur.

C'est débile et infantile comme dialectique : pour que l'un vive, il faut que l'autre meure." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire