Les jihadistes au coeur du désaccord atlantiste

La question des jihadistes prisonniers de la Coalition internationale anti-Daesh est au centre de la dispute entre les alliés. Le président Trump a annoncé au cours des derniers mois son intention de retirer les troupes US du Nord de la Syrie qu'elles occupent illégalement. Ce retrait aurait pour conséquence la fin du « Rojava », cette zone araméenne administrée par les mercenaires kurdes de l'Otan, et la fermeture des camps de prisonniers. Le Pentagone entend, quant à lui, poursuivre son projet de (...)

Ajouter un commentaire