Les Mains Propres

 Il n’y a guère d’homme assez habile pour connaître tout le mal qu’il fait ». &; La Rochefoucauld
Qui, de l’Amérique alors en guerre contre le Japon, de son Président Truman, des généraux Handy et Spaatz, du pilote Tibbets, du viseur Ferebee ou de l’amorceur Parsons est responsable de l’explosion sur Hiroshima ? Peut-on interagir sans pour autant être responsable ? La morale peut-elle effacer la nécessité ? La pensée dominante désigne toujours les grands tyrans comme des maillons déterminants de l’Histoire. Leurs noms peuvent à eux seuls y envelopper un chapitre entier. Comment la responsabilité d’un dirigeant se libère-t-elle de celle de ses sujets ? Et pourquoi semble-t-elle plus répréhensible dans son ordonnance que dans ses actes ? Pourquoi Hitler, Mao, Bagosora, Sharon ou Ben Laden endossent-ils plus la présomption des crimes qu’ils ont ordonné que les SS, les gardes rouges, le Hutu Power, le Tsahal ou Al Qaïda qui les ont réalisés ? D’ailleurs, combien de juifs ont été exterminés directement des mains du Führer ? Combien d’irakiens par Bush en personne ? Et combien de libyens par notre ancien Président ? Pourquoi faut-il un responsable que l’on puisse emblématiquement nommer au détriment des vrais acteurs qui sévissent d’autant plus facilement, qu’ils prolifèrent dans l’ivresse de la meute ? Pourquoi incrimine-t-on davantage la volonté nuisible d’un tyran que le consentement aveugle mais criminel de ses serviteurs ? Doit-on considérer un déterminisme si puissant chez le despote qu’il devient impossible à ses domestiques de refuser l’obéissance et la barbarie ? Est-il si difficile de résister à notre instinct de servitude ? Et ne peut-on pas réprimer nos pulsions agressives ? Il semblerait qu’en régiment nous soyons immunisés contre tout préjudice, à la différence de nos capitaines de route, au final seuls responsables dans l’incrimination. Nos fureurs barbares s’effacent ainsi derrière le nom de ceux qui les orchestrent. Alors, au regard des synthèses historiques, à qui profitent les crimes ?
Feed item Author: 
Cédric Bernelas

 Il n’y a guère d’homme assez habile pour connaître tout le mal qu’il fait ». – La Rochefoucauld

Qui, de l’Amérique alors en guerre contre le Japon, de son Président Truman, des généraux Handy et Spaatz, du pilote Tibbets, du viseur Ferebee ou de l’amorceur Parsons est responsable de l’explosion sur Hiroshima ?

Peut-on interagir sans pour autant être responsable ? La morale peut-elle effacer la nécessité ?

La pensée dominante désigne toujours les grands tyrans comme des maillons déterminants de l’Histoire." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire