Macron s’effondre, et emporte les médias avec lui

Source : , 12-11-2018 Il règne une atmosphère de fin de règne en Macronie. Pourquoi cependant ne donne pas-t-elle pas lieu, dans les médias grand public, à un «Macron Bashing» semblable à celui subi par Hollande lors de son mandat ? Peut-être parce qu&;il est la dernière chance, le dernier tour de piste, d&;un système à bout de souffle, et qui refuse de mourir&; C’est désormais officiel : Macron est dans les choux. Il serait laborieux de dresser l’inventaire exhaustif des symptôme de l’effondrement, car, de l’affaire Benalla jusqu’à la polémique sur Pétain en passant par la démission de Hulot et Collomb, la fronde contre la hausse du diesel et j’en passe, sur fond de résultats économiques décevants, voire catastrophiques, il est évident que plus rien ne va en Macronie. Notre monarque se retrouve à poil en tonneau à bretelle, seul au milieu des ruines. Ceci est évident, mais pas pour tout le monde. Car il est un petit milieu qui continue à défendre le président envers et contre tout, quand même ses plus proches soutiens prennent leur distance et, en off, démontent l’ex roi-soleil, devenu crépusculaire : et ce milieu, c’est celui des médias (ou, pour le dire plus précisément, et pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, celui des éditorialistes). Il a suffit que la Méluche (quoiqu&;on pense du personnage) se fasse tout rouge et hausse le ton le temps d’une vidéo devenue virale pour que le tempo d’une semaine de matraquage intensif soit lancé, sans que ne soient posés (y compris du côté de Mediapart, ce qui fut pour moi une déception) les questionnements cruciaux que pourtant cette affaire imposait. L’un des rares à avoir soulevé les lièvres les plus intéressants, à ce sujet, fut Daniel Schneidermann, dans ses chroniques matinales, que je me permets de citer avant de passer à autre chose : « De toute l&;histoire des perquisitions dans des scandales de recettes ou de dépenses de campagnes électorales, c&;est la première fois, assurent les Insoumis (et il me semble bien qu&;ils ont raison) qu&;un domicile personnel est perquisitionné. Pourquoi ? Que cherchait le parquet, hiérarchiquement soumis au gouvernement, qui dirige l&;enquête ? […] A l&;article de Mediapart, il ne manque qu&;une chose : la description du piège dans lequel ils se sont eux-mêmes retrouvés. Et, éventuellement, sa dénonciation » ; « La double casquette de Sophia Chikirou, responsable de la campagne et prestataire, rendait cette campagne, d&;emblée, légitimement soupçonnable (même s&;il semble, d&;après notre enquête auprès de professionnels, que cette campagne n&;a nullement été surfacturée). Mais le très professionnel procureur de Paris, avec son bandeau d&;aveugle sur les yeux, est, dans le système français de nomination, tout aussi légitimement soupçonnable ».">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr DT
Le Blog Mediapart, Macko Dràgàn, 12-11-2018

Il règne une atmosphère de fin de règne en Macronie. Pourquoi cependant ne donne pas-t-elle pas lieu, dans les médias grand public, à un «Macron Bashing» semblable à celui subi par Hollande lors de son mandat ? Peut-être parce qu’il est la dernière chance, le dernier tour de piste, d’un système à bout de souffle, et qui refuse de mourir…

C’est désormais officiel : Macron est dans les choux." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire