Mensonge, indignité et désespoir !

  Les vœux du Président ont révélé que le maître des lieux n'a pas encore ressenti le besoin de passer aux aveux. Il s'est contenté d'inverser ou de renverser la sainte trinité en exprimant trois têtes de nœuds pour faire passer son mensonge pour une vérité, son indignité pour de l'humilité et son espoir pour une fin de non recevoir. D'abord le mensonge quand il assimile son peuple à une foule douteuse et haineuse qui dénie le réel et s'en prend à la République essentielle. Apparemment il n'en a gardé que l'image d'une horde sauvage qui saccage l'ordre et l'usage. Ensuite l'indignité d'un haut dignitaire qui prétend que la colère des indignés n'est pas digne d'intérêt puisqu'elle s'en prend aussi aux juifs de France et de Judée. Enfin le désespoir d'un homme semblable à tous les hommes et qui veut nous faire croire qu'il n'est à nul autre semblable puisqu'il est décidé à refaire le match qu'il n'a su ni jouer, ni arbitrer, ni gagner. Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Ajouter un commentaire