Merveille de la mondialisation : Adieu Alcatel, bonjour Huawei – par Eric Juillot

500 emplois ! C’est ce que se proposent de créer les dirigeants de Huawei en France, sur le site d’une usine prochainement construite à Brumath dans le Bas-Rhin" name="_ednref1">[1]. S’il faut se réjouir de chaque nouvelle de ce type – au point où nous en sommes rendus en matière de désindustrialisation –, il n’est pas interdit par ailleurs de la replacer dans le contexte des vingt ou trente dernières années qui ont vu les géants français et chinois des télécommunications parcourir des trajectoires inverses dans le cadre de la mondialisation : à l’irrésistible ascension de Huawei s’oppose en effet l’inexorable déclin d’Alcatel.

Alcatel, brève histoire d’une disparition

Le quart de siècle écoulé a vu disparaître un géant industriel français né à la fin du XIXe siècle. Dans le contexte d’une mondialisation dont ses dirigeants pensaient pouvoir tirer parti, Alcatel n’a rien connu d’autre qu’une chute vertigineuse, qui l’a vu passer du statut de poids lourd mondial dans son secteur à celui de filiale secondaire rachetée par un concurrent. Lorsque Serge Tchuruk prend les commandes d’Alcatel-Alsthom en 1995, il souhaite opérer un recentrage des activités du groupe, devenu un conglomérat au cours des décennies précédentes, sur les télécommunications. Alcatel se sépare ainsi d’Alsthom" name="_ednref2">[2] en 1998. A cette époque, le groupe emploie à lui seul 75000 personnes à travers le monde. Tchuruk se lance dans une course effrénée au gigantisme dans le cadre de laquelle il multiplie les acquisitions d’entreprises.">Lire la suite
Feed item Author: 
LesCrises EV
[1].

S’il faut se réjouir de chaque nouvelle de ce type – au point où nous en sommes rendus en matière de désindustrialisation –, il n’est pas interdit par ailleurs de la replacer dans le contexte des vingt ou trente dernières années qui ont vu les géants français et chinois des télécommunications parcourir des trajectoires inverses dans le cadre de la mondialisation : à l’irrésistible ascension de Huawei s’oppose en effet l’inexorable déclin d’Alcatel." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire