Nikita

Je ne suis pas très décontractée Je suis même un peu raide Avec toutes mes contractions... Qui se succèdent à un intervalle régulier. C'est peut-être la plus belle épreuve de l'existence Qui transporte l'abîme de la souffrance Dans le jour radieux de la naissance Donner naissance, redonner un sens à la souterraine musique de l'existence : ya ! C'est mon impatience qui fait preuve de patience Et mon être qui se dissout dans le vertige et la transe On dirait que ma vitalité est plus intense Ivre et tourmentée, Héroïque et démesurée, je danse avec le silence... Je ferme les yeux et je me focalise sur le sens de l'amour De cet être qui s'apprête à voir le jour. Ça travaille, au cœur de mes entrailles C'est une succession de petits détails, qui vous relancent Jusqu'à l'instant de la délivrance L'instant auquel je vais me livrer Pour que le nouveau-né soit délivré De sa prison dorée Je n'entrevois que la face lumineuse... l'issue heureuse Je ne me demande pas quel monde je vais devoir lui offrir Mais quel monde il va pouvoir s'offrir.... J'ai froid.... c'est un tremblement d'effroi Je ne me demande pas comment je vais l'élever Mais comment je vais m'élever... jusqu'à lui ? Jusqu'à la plus haute béatitude ? La plus belle des gratitudes ? Du bouillonnement de la profondeur J'ai comme l'impression de sentir déjà son odeur Son parfum Son divin parfum... Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Ajouter un commentaire