Pande-mondialisation : Jean qui rit, Jean qui pleure … Par Guillaume Berlat

Source : , 16-03-2020 La pandémie du coronavirus constitue le meilleur révélateur d’une classe dirigeante française et de sa horde de cabinards arrogants, dont le moins que l’on puisse dire, est qu’ils ne sont pas à la hauteur des multiples défis que soulève cet épisode sanitaire. Chaque jour que Dieu fait nous en administre la preuve et nous conduit à penser que le maître es-bobards (« fake news ») qui sévit à la Maison Blanche – sans parler de celui qui demeure au Kremlin – a un émule domicilié au 55 rue du Faubourg Saint-Honoré. Le jeune freluquet, qui est le plus jeune président de la Vème République, sait tout sur tout et n’admet guère la contradiction, y compris celles de médecins qu’il visite dans un hôpital parisien pour leur faire la leçon et mieux les encenser le 13 mars 2020 lors de son intervention télévisée. Mais, jouer les Jean qui rit, glissant la poussière sous le tapis n’a qu’un temps. On est souvent rattrapé par la réalité, et cela plus vite qu’on ne le croit. Et, alors, dans la plus grande précipitation, Jean qui rit est contraint de se muer en Jean qui pleure, au fur et à mesure qu’il ramasse la poussière en soulevant le tapis" name="edfootnote1anc">1. JEAN QUI RIT : ON MET LA POUSSIÈRE SOUS LE TAPIS Que n’a-t-on pas entendu de la part de la bien-pensance de la « Grande Nation » au moment de l’annonce de l’épidémie en Chine ! Les Français feraient mieux que les Chinois pour prévenir, traiter ce mal soudain. Il s’agissait d’un rhume au mieux, d’une mauvaise grippe au pire qui serait contenue, au plus tard lorsque le printemps serait venu. Pas d’affolement ! Au lieu de les laisser confinés à Wuhan, nos bons samaritains ont été récupérés nos ressortissants pour leur offrir une quinzaine de vacances sur la Riviera aux frais du contribuable. Avec l’arrogance qui caractérise La Caste, nous décrétons que le système médical français, que tout le monde nous envie, pourrait parer à toute éventualité. Les citoyens français pouvaient dormir sur leurs deux oreilles. Pas de panique, la vie devait continuer comme à l’accoutumée puisque c’est une OMS sous influence qui l’affirme" name="edfootnote2anc">2 et qui essuie les critiques ouvertes" name="edfootnote3anc">3. Ne surestimons pas le risque !" name="edfootnote4anc">4 Comme dirait l’autre, que la fête continue dans la « mondialisation heureuse »" name="edfootnote5anc">5. Si quelques Cassandre avaient l’outrecuidance de penser que l’affaire était moins simple qu’on voulait bien nous le dire, on leur clouait aussitôt le bec et ils étaient immédiatement cloués au pilori médiatique. Tout ceci au nom de la sainte liberté d’expression, version nouveau monde chère au président de la République. Le mot d’ordre était clair : circulez, il n’y a rien à voir surtout sous le tapis qu’il était interdit de soulever pour y trouver quelques poussières désagréables. Mais, les plaisanteries les plus courtes sont toujours les meilleures. Heureusement, pour l’économie française, nous apprenons que la France occupe le rang envié de troisième exportateur d’armes dans le monde pour l’année 2019" name="edfootnote6anc">6. Force est de constater, qu’aujourd’hui, le tableau est nettement moins rose qu’on nous le peignait, il y a peu encore. Horresco referens ! Jupiter déclare désormais que l’épidémie n’en est qu’à ses débuts" name="edfootnote7anc">7. Que va-t-il nous annoncer par la suite ? La suite au prochain numéro alors même que le vernis s’écaille.">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr DT
Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 16-03-2020

La pandémie du coronavirus constitue le meilleur révélateur d’une classe dirigeante française et de sa horde de cabinards arrogants, dont le moins que l’on puisse dire, est qu’ils ne sont pas à la hauteur des multiples défis que soulève cet épisode sanitaire. Chaque jour que Dieu fait nous en administre la preuve et nous conduit à penser que le maître es-bobards (« fake news ») qui sévit à la Maison Blanche – sans parler de celui qui demeure au Kremlin – a un émule domicilié au 55 rue du Faubourg Saint-Honoré." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire