Pinocchio à la peine chez pharaon. Par Guillaume Berlat

Source : , 04-02-2019 « Alors qu’il avait commencé avec des soulèvements populaires en Égypte et en Tunisie, le printemps arabe a fait tache d’huile d’olive » (Marc Escayrol). Premier déplacement à l’étranger du président de la République depuis le début de l’année 2019 et depuis le début de la crise des « gilets jaunes » à la fin de l’année 2018, la visite en Égypte (27-29 janvier 2019) d’Emmanuel Macron (accompagné de son épouse courroucée de ne plus pouvoir se détendre au Touquet) était attendue avec un intérêt certain par les observateurs. Que reste-t-il des espoirs placés dans les scènes de liesse de la place Tahrir, dans l’élection du président Mohamed Morsi (2012-2013) ? Aujourd’hui, la vie est revenue « à la normale » ou presque (?) sous le règne du Marechal Abdel Fattah al-Sissi qui dirige le pays d’une main de fer ? Les droits de l’homme y sont passablement malmenés à tel point que le port d’un gilet jaune vous conduit automatiquement à la case prison" name="edfootnote1anc">1. Mais, l’Égypte ne dédaigne pas commercer avec la France éternelle, l’aider, à l’occasion, à rétablir une balance commerciale structurellement déficitaire. Le chef de l’État l’a bien compris, lui l’ancien de Bercy qui a une calculette en guise de cerveau. Entre diplomatie économique et diplomatie des valeurs, il y a bien longtemps que le cœur de l’ex-Golden Boy de la Banque Rothschild ne balance plus. « France is back » sur les bords du Nil pour engranger de mirifiques et juteux contrats dans son escarcelle bien plate par ces temps de jacquerie (« gilets jaunes », « foulards rouges » et autres gaités de l’escadron… de gendarmerie). Un parallèle s’impose entre les situations intérieures actuelles en Égypte et en France, avant de se pencher sur les ingrédients d’une relation bilatérale florissante au cours des dernières années en dépit de ses aléas des plus normaux dans ces périodes troublées" name="edfootnote2anc">2. Est-ce le début d’une nouvelle « séquence internationale » au cours de laquelle le président de la République va parvenir à prendre la hauteur qui sied à sa fonction ? UN POUVOIR ABSOLU AU PAYS DES PYRAMIDES">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr
Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 04-02-2019

« Alors qu’il avait commencé avec des soulèvements populaires en Égypte et en Tunisie, le printemps arabe a fait tache d’huile d’olive » (Marc Escayrol). Premier déplacement à l’étranger du président de la République depuis le début de l’année 2019 et depuis le début de la crise des « gilets jaunes » à la fin de l’année 2018, la visite en Égypte (27-29 janvier 2019) d’Emmanuel Macron (accompagné de son épouse courroucée de ne plus pouvoir se détendre au Touquet) était attendue avec un intérêt certain par les observateurs." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire