A propos des « vermines» (et en soutien à Gaspard Glanz). Par Frédéric Lordon

Source : , 23-04-2019 Dans le monde renversé, et délirant, du néolibéralisme fascistoïde, les offenses en mots ont plus de réalité que les offenses aux corps. Des mains sont arrachées, des yeux éclatés, des vies brisées, et cependant personne n’a encore traité de « vermines » Macron, Castaner et Nunes qui donnent les ordres. Doublement vermines, dirait-on si l’on allait par-là, qui, dans des scènes proprement dystopiques, se rendent dans les écoles pour expliquer aux enfants qu’on ne tire qu’au torse et aux bras – pendant qu’ils laissent viser les têtes.
En tout cas, nous savons que le mot est autorisé puisque « vermine », c’est la déjection sortie d’un des tweets de Renaud Dély à propos des Gilets Jaunes (tous) accusés d’avoir crié « Policiers, suicidez-vous », tweet effacé depuis lors, mais dont on trouve à foison de parfaits équivalents chez ses estimés collègues – « lamentables racailles » suppure de son côté Bruno Jeudy, et tant d’autres avec lui.">Lire la suite
Feed item Author: 
Les-crises.fr DT
Lundi matin, Frédéric Lordon, 23-04-2019

Ajouter un commentaire