Qu'est-ce qui intéresse les Russes dans la guerre du Haut-Karabagh ?, par Valentin Vasilescu

La Russie affirme ne privilégier ni l'Arménie, ni l'Azerbaïdjan au Karabagh. Par conséquent elle concentre ses efforts contre les jihadistes turkmènes en Syrie. Simultanément, elle a qualifié Damas d'« allié non-stratégique ». Tout se passe comme si Moscou estimait difficilement évitable une guerre contre la Turquie. Le Kremlin devrait alors payer sa politique commerciale aventureuse de construction de pipe-line à travers la Turquie. D'ici là, l'armée russe teste son nouveau système de guerre radio-électronique qui, s'il fonctionne comme espéré, lui garantira la supériorité sur presque tous les champs de bataille.

Ajouter un commentaire