Qui ne saute pas n’est pas Charlie !

Qui ne saute pas, n'est pas Charlie! Il ne faut surtout pas hésiter... Il faut sauter d'abord et réfléchir après Dîtes : je suis Charlie À suivre, sinon vous êtes poursuivi pour manquement envers le verbe être d'ici et pas d'ailleurs. On veut être enviés pour notre 11 janvier C'est le grand soir, le grand saut dans le connu Exit : l'inconnu, l'inconnaissable Les vrais citoyens n'ont pas besoin de vêtement ils manifestent tout nus homogènes et sans gêne. Tous ensemble ! Tous ensemble ! Hi! Hi! Hi! Avec un seul mot d'ordre : Les sots ne craignent pas la sottise! Diversité des corps, unité des esprits Un esprit pour tous et tous pour le même esprit : Celui de Charlie Qui accorde les violons sans cordes Et les cordes sans violons... La laïcité est la nouvelle religion : L'évangile accessible aux plus débiles Le seul courant alternatif au Coran Avec un seul et unique commandement : Être ce que tu n'es pas. Ne pas être ce que tu es. Je suis Charlie... tu es Charlie Il n'est pas Charlie, c'est donc notre ennemi! Notre projet ne va pas sans ce rejet de celui qui ne glisse pas dans la peau de Charlie. Il n'y a pas de culture sans caricature, Ni de nature sans ratures... Nous sommes tous des damnés, Tous condamnés à être libres Libres de charrier les prophètes en toute impunité. Au diable l'humilité! Et pour dire la vérité, on se ment pour nous débarrasser des musulmans. Mensonge utile et subtil: Je suis Charlie Naturel sans rien de surnaturel Normal, pas besoin d'être moral Sans père, ni grand frère J'ai deux mères : la République et la Démocratie Porteuses de vie et de lumière Je suis Charlie Contre valeur et contre nature Tous ceux qui ne s'y soumettent pas Je les reconduis à la frontière Fraternité oblige, fraternité désoblige Allons enfants de la patrie Le jour de gloire est arrivé L'esprit de Charlie a réhabilité la tyrannie Soumettons-nous à l'insoumis Pour mettre à mal toute soumission L'islam est la ruine de l'âme Débarrassons-nous de nos âmes Et célébrons le même esprit Celui de Charlie L'enfer c'était hier Le paradis, c'est aujourd'hui ... C'est ce qu'a dû se dire le professeur de philosophie du lycée Averroès en affichant la couleur: " je suis aussi Charlie" Il s'est identifié au plus commun des identifiants. Il a attiré sur lui toutes les lumières artificielles en s'identifiant à Charlie... hi! Hi! Hi! Qui ne saute pas n'est pas Charlie. Il a sauté. Il a été démis de ses fonctions juste parce qu'il a oublié sa leçon, ses fondamentaux en tant que prof de philo : qu'il y a pire que la soumission des esprits... la démission des volontés de ceux qui ont du mal à dire NON à l'uniformité. Non à Charlie... Sans en rajouter, si votre enfant qui n'a pas plus que huit ans se retrouve au commissariat pour avoir assimilé Charlie à une maladie... Vous avez droit à toutes les insomnies ! Parce que vous venez de vous apercevoir que l'État est plus fanatique que les fanatiques et sous couvert de liberté d'expression il s'autorise à réprimer toute liberté de réflexion... On assassine des libertés pour qu'on n'assassine pas la liberté! Ce n'est pas moi, c'est le pape qui le dit : Si tu dis du mal de ma mère, c'est mon poing qui règlera l'affaire! Cet article est apparu en premier sur .
Feed item Author: 
le journal de Personne

Ajouter un commentaire