[RussEurope-en-Exil] La mort de Robert Mundell, le « père » de l’Euro, par Jacques Sapir

La mort de Robert Mundell, le « père » de l’Euro

Avec la mort de Robert Mundell, survenue le 3 avril 2021, disparaît l’un des économistes dont l’influence sur la politique économique fut la plus marquée. Considéré comme l’un des « pères » de l’Euro, l’influence de Robert Mundell fut considérable tant chez les économistes que dans le monde politique. Il reçut le Sveriges Riksbank Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel, dit encore « Prix Nobel d’économie » en 1999 pour son travail de pionnier dans le domaine monétaire et la dynamique des zones monétaires optimales" name="_ftnref1">[1]. Il fut l’auteur, avec Marcus Fleming, du modèle dit « Mundell-Fleming » étendant les résultats de la « synthèse » keynésienne à la balance des paiements et établissant le cadre théorique pour penser les relations entre le taux de change, le taux d’intérêt et le niveau de production" name="_ftnref2">[2]. Sa théorie des zones monétaires optimales a fait date" name="_ftnref3">[3], et a certainement été l’un des plus puissants arguments en faveur d’une intégration monétaire européenne. Il s’est pourtant déjugé à plusieurs reprises, en particulier quand la théorie à laquelle il avait attaché son nom a conduit à une critique radicale de la zone euro. Pour continuer à pouvoir défendre la zone euro, il dut faire subir à sa théorie un retournement complet. Son évolution intellectuelle nous apporte donc de précieux enseignements si l’on veut comprendre les défauts et les problèmes de l’euro.

La formation intellectuelle de Robert Mundell

Robert Mundell a commencé ses études à l’Université de Colombie Britannique où il obtint un Bachelor of Arts en 1953. Son initiation à l’économie fut le fait de Joseph Crumb. Il eut l’occasion de rencontrer, lors de son passage d’une année à l’université de Washington un groupe de « jeunes professeurs dynamiques », dont Donald Gordon, Douglass North, James Cartwright ou encore Lorie Tarshis, économiste canadien élève de Keynes, dont le manuel de 1947" name="_ftnref4">[4] fut probablement l’un des premiers exemples de la relecture de Keynes dans l’optique de la « synthèse » avec la pensée néo-classique que Paul Samuelson popularisa dans les années 1950" name="_ftnref5">[5]. Il partit ensuite pour le MIT où il entama une thèse sous la direction de Charles Kindleberger, le spécialiste des crises financière, tout en fréquentant avec assiduité le séminaire de Paul Samuelson. Il partit ensuite à Londres pour travailler avec James Meade à la London School of Economics, ce qui le conduisit à remanier sa thèse. Il est clair que Meade exerça une profonde influence sur le jeune Mundell" name="_ftnref6">[6].">Lire la suite
Feed item Author: 
Sapir
La mort de Robert Mundell, le « père » de l’Euro

Avec la mort de Robert Mundell, survenue le 3 avril 2021, disparaît l’un des économistes dont l’influence sur la politique économique fut la plus marquée. Considéré comme l’un des « pères » de l’Euro, l’influence de Robert Mundell fut considérable tant chez les économistes que dans le monde politique. Il reçut le Sveriges Riksbank Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel, dit encore « Prix Nobel d’économie » en 1999 pour son travail de pionnier dans le domaine monétaire et la dynamique des zones monétaires optimales[1]." data-share-imageurl="" style="position:fixed;top:0px;right:0px;">

Ajouter un commentaire