Lords Hansard text for 16 Feb 201216 Feb 2012 (pt 0002)

16 Feb 2012 : Column 1016 5.20 pm Lord James of Blackheath: My Lords, I hope the minute that that has taken has not come off my time. I do not wish noble Lords to get too encouraged when I start with my conclusions but I will not sit down when I have made them. I will then give the evidence to support them and, I hope, present the reasons why I want support for an official inquiry into the mischief I shall unfold this afternoon. I have been engaged in pursuit of this issue for nearly two years and I am no further forward in getting to the truth. There are three possible conclusions which may come from it. First, there may have been a massive piece of money-laundering committed by a major Government who should know better. Effectively, it undermined the integrity of a British bank, the Royal Bank of Scotland, in doing so. The second possibility is that a major American department has an agency which has gone rogue on it because it has been wound up and has created a structure out of which it is seeking to get at least €50 billion as a pay-off. The third possibility is that this is an extraordinarily elaborate fraud, which has not been carried out, but which has been prepared to provide a threat to one Government or more if they do not make a pay-off. These three possibilities need an urgent review. In April and May 2009, the situation started with the alleged transfer of $5 trillion to HSBC in the United Kingdom. Seven days later, another $5 trillion came to HSBC and three weeks later another $5 trillion. A total of $15 trillion is alleged to have been passed into the hands of HSBC for onward transit to the Royal Bank of Scotland. We need to look to where this came from and the history of this money. I have been trying to sort out the sequence by which this money has been created and where it has come from for a long time. It starts off apparently as the property of Yohannes Riyadi, who has some claims to be considered the richest man in the world. He would be if all the money that was owed to him was paid but I have seen some accounts of his showing that he owns $36 trillion in a bank. It is a ridiculous sum of money. However, $36 trillion would be consistent with the dynasty from which he comes and the fact that it had been effectively the emperors of Indo-China in times gone by. A lot of that money has been taken away from him, with his consent, by the American Treasury over the years for the specific purpose of helping to support the dollar. Mr Riyadi has sent me a remarkable document dated February 2006 in which the American Government have called him to a meeting with the Federal Reserve Bank of New York, which is neither the Federal Reserve nor a bank. It is a bit like "Celebrity Big Brother". It has three names to describe it and none of them is true. This astonishing document purports to have been a meeting, which was witnessed by Mr Alan Greenspan, who signed for the Federal Reserve Bank of New York of which he was chairman, as well as chairman of the real Federal Reserve in Washington. It is signed by Mr Timothy Geithner as a witness on behalf of the International Monetary Fund. The IMF sent two witnesses, the other being Mr Yusuke Horiguchi. These gentlemen have signed as witnesses to the effect 16 Feb 2012 : Column 1017 that this deal is a proper deal. There are a lot of other signatures on the document. I do not have a photocopy; I have an original version of the contract. Under the contract, the American Treasury has apparently got the Federal Reserve Bank of New York to offer to buy out the bonds issued to Mr Riyadi to replace the cash which has been taken from him over the previous 10 years. It is giving him $500 million as a cash payment to buy out worthless bonds. That is all in the agreement and it is very remarkable. Establishing whether I have a correct piece of paper is just two phone calls away-one to Mr Geithner and one to Mr Greenspan, both of whom still prosper and live. They could easily confirm whether they signed it. Mr Riyadi, by passing these bonds over, has also put at the disposal of the US Treasury the entire asset backing which he was alleged to have for the $15 trillion. I have a letter from the Bank of Indonesia which says that the whole thing was a pack of lies. He did not have the 750,000 tonnes of gold which was supposed to be backing it; he had only 700 tonnes. This is a piece of complete fabrication. Finally, I have a letter from Mr Riyadi himself, who tells me that he was put up to do this, that none of it is true, and that he has been robbed of all his money. I am quite prepared to recognise that one of the possibilities is that Mr Riyadi is himself putting this together as a forgery in order to try to win some recovery. But it gets more complicated than that because each of the $5 trillion payments that came in has been acknowledged and receipted by senior executives at HSBC and again receipted by senior executives at the Royal Bank of Scotland. I have a set of receipts for all of this money. Why would any bank want to file $5 trillion-worth-$15 trillion in total-of receipts if the money did not exist? The money was first said to have come from the Riyadi account to the Federal Reserve Bank of New York and from there it was passed to JP MorganChase in New York for onward transit to London. The means of sending it was a SWIFT note which, if it was genuine, ought to have been registered with the Bank of England. When this came about, I took it to my noble friend Lord Strathclyde and asked what we should do with it. He said, "Give it to Lord Sassoon. He is the Treasury". So I did, and my noble friend Lord Sassoon looked at it and said immediately, "This is rubbish. It is far too much money. It would stick out like a sore thumb and you cannot see it in the Royal Bank of Scotland accounts". He went on to say, "The gold backing it is ridiculous. Only 1,507 tonnes of gold has been mined in the history of the world, so you cannot have 750,000 tonnes". That is true. The third thing he said was, "It is a scam", and I agree with him. The problem is that at that point we stopped looking, but we should have asked what the scam was instead of just nodding it off. We have never resolved it. Today, I have this quite frightening piece of paper, which is my justification for bringing it into this meeting. It is available on the internet and I am astonished that it has not already been unearthed by the Treasury because every alarm bell in the land should be ringing if it has. It is from the general audit office of the Federal Reserve in Washington-the real Federal Reserve-and its audit 16 Feb 2012 : Column 1018 review to the end of July 2010 on the Federal Reserve Bank of New York. It has on it some 20 banks listed to which $16.115 trillion is outstanding in loans. That is the sore thumb that was being looked for by my noble friend Lord Sassoon. But more particularly there are two other interesting things. The first is that Barclays Bank has $868 billion of loan, and the Royal Bank of Scotland has $541 billion, in which case one has to ask a question, because they could have earned back in three weeks their entire indebtedness and could pay off the taxpayers of Britain. Why have they not done so and could we please ask them to put a cheque in the post tonight for the whole $46 billion? The next thing that is wrong with it is that every bank on this list, without exception, is an MTN-registered bank, which means that they are registered to use medium-term notes to move funds between themselves with an agreed profit-share formula, in which case these banks are investing this money and, most extraordinarily, not a penny of interest does the Federal Bank of New York want paid on that vast amount, $16 trillion. Anyone who knows what the IMF rules are will immediately smell a rat. The IMF has very strict rules for validating dodgy money. There are two ways of doing it. You either pass it through a major central bank like the Bank of England, which apparently refused to touch this, or you put it through an MTN-trading bank, which is then able to use the funds on the overnight European MTN trading market where they can earn between 1 per cent and 2.5 per cent profit per night. The compound interest on that sum is huge. If it is genuine, a vast profit is being made on this money somewhere. I believe that this is now such an important issue that I have put everything that I have got on the subject on to a 104-megabyte memory thumb. I want the Government to take it all, put it to some suitable investigative bureau and find out the truth of what is going on here, because something is very seriously wrong. Either we have a huge amount of tax uncollected on profits made or we have a vast amount of money festering away in the European banking system which is not real money, in which case we need to take it back. I ask for an investigation and for noble Lords to support my plea. 5.30 pm Lord Lea of Crondall: My Lords, I am quite happy to believe everything that the noble Lord, Lord James of Blackheath, has said. I will be very disappointed if the noble Lord, Lord Pearson of Rannoch, is unable to explain how this is all a conspiracy by Brussels. Will the Minister confirm that if you want to buy up the whole world you need a quadrillion? That is the latest figure. This debate began with a presumption that what happened on 9 December was something of a mystery. It remains a mystery. In answer to the question posed by the noble Lord, Lord Kerr, as to why we walked away on that fateful night, I can only assume, because no other explanation has been offered, that in the middle of the night David Cameron's phone was being hacked into by Rupert Murdoch. The events of that night provided quite useful bulldog headlines for the 16 Feb 2012 : Column 1019 following day's newspapers, including the Daily Telegraph and the Daily Mail. The bulldog in question, cited by the chairman of the 1922 Committee, was, of course, Winston Churchill. It is worth quoting against that background of bulldogs from volume 3 of Churchill's A History of the English-Speaking Peoples, which he wrote in the late 1930s although it was published only in 1956. He said: "But the Tories were now in one of their moods of violent reaction from continental intervention". That is where we are at the moment.

Commentaires

La traduction vers le français par Mr Google.com 16 février 2012: la colonne 1016 17:20 Lord James de Blackheath: Mes Lords, je l'espère dans la minute qui qui a pris n'est pas venu de mon temps. Je ne veux pas les nobles Lords à trop encouragé quand je commence avec mes conclusions, mais je ne vais pas m'asseoir quand je les ai fait. Je donnerai ensuite la preuve pour les soutenir et, je l'espère, présenter les raisons pour lesquelles je veux soutien à une enquête officielle sur le mal que je vais te révéler cet après-midi. Je me suis engagé dans la poursuite de cette question depuis près de deux ans et je ne suis pas en avant pour se rendre à la vérité. Il ya trois conclusions possibles qui peuvent venir de là. Tout d'abord, il peut y avoir eu une pièce massive de blanchiment d'argent commis par un gouvernement majeur qui devraient savoir mieux. En effet, il atteinte à l'intégrité d'une banque britannique, la Royal Bank of Scotland, à le faire. La seconde possibilité est qu'un grand américaine département dispose d'une agence qui a dévoyée sur elle parce qu'elle a été liquidée et a créé une structure à partir de laquelle il cherche à obtenir au moins à 50 milliards € en pay-off. La troisième possibilité est qu'il s'agit d'une fraude extrêmement complexe, qui n'a pas été réalisée, mais qui a été préparé pour fournir une menace pour un gouvernement ou plus s'ils ne font pas un pay-off. Ces trois possibilités ont besoin d'une révision urgente. En Avril et mai 2009, la situation a commencé avec le transfert présumé de 5 billions de dollars à HSBC au Royaume-Uni. Sept jours plus tard, un autre $ 5000000000000 venu à HSBC et trois semaines plus tard un autre $ 5000000000000. Un total de 15 billions de dollars aurait été passé entre les mains de HSBC en transit destinées à la Royal Bank of Scotland. Nous devons nous tourner vers d'où ça vient et l'histoire de cet argent. J'ai été à tenter de démêler l'ordre dans lequel cet argent a été créé et où il est venu à partir pendant une longue période. Il commence apparemment à la propriété de Yohannes Riyadi, qui a des prétentions à être considérés comme l'homme le plus riche du monde. Il serait si tout l'argent qui était dû a été payé pour lui, mais j'ai vu certains comptes de son démontrant qu'il détient 36 milliards de dollars dans une banque. Il s'agit d'une somme ridicule de l'argent. Cependant, 36 billions de dollars serait compatible avec la dynastie d'où il vient et le fait qu'il avait été efficacement les empereurs de l'Indo-Chine dans les temps passés. Beaucoup de cet argent a été enlevé de lui, avec son consentement, par le Trésor américain au cours des années dans le but spécifique d'aider à soutenir le dollar. M. Riyadi m'a envoyé un document remarquable du Février 2006, dans laquelle le gouvernement américain ont appelé à une réunion avec la Federal Reserve Bank de New York, qui n'est ni la Réserve fédérale, ni une banque. Il est un peu comme "Celebrity Big Brother". Il dispose de trois noms pour le décrire, et aucun d'entre eux est vrai. Ce document étonnant prétend avoir eu une réunion, qui a été assisté par M. Alan Greenspan, qui a signé pour la Federal Reserve Bank de New York dont il était président, ainsi que président de la Réserve fédérale à Washington réel. Il est signé par M. Timothy Geithner comme témoin au nom du Fonds monétaire international. Le FMI a envoyé deux témoins, l'autre étant M. Yusuke Horiguchi. Ces messieurs ont signé comme témoins à l'effet 16 février 2012: la colonne 1017 que cette entente est une entente correcte. Il ya beaucoup de signatures d'autres sur le document. Je n'ai pas une photocopie, j'ai une version originale du contrat. En vertu du contrat, le Trésor américain a apparemment obtenu la Federal Reserve Bank de New York à offrir d'acheter les obligations émises à M. Riyadi pour remplacer l'argent qui a été prise de lui au cours des 10 années précédentes. Il est de lui donner 500 millions de dollars à titre de paiement d'argent pour acheter des obligations sans valeur. C'est tout ce que dans l'accord et il est très remarquable. Etablir si j'ai un morceau de papier adéquat est à seulement deux appels téléphoniques de suite-un à M. Geithner et l'autre à M. Greenspan, qui ont tous deux encore prospérer et vivre. Ils pourraient facilement confirmer qu'ils l'ont signé. M. Riyadi, en passant ces obligations au cours, a également mis à la disposition du Trésor des États-Unis le soutien actif dont il a été toute soupçonné d'avoir pour 15 $ milliards de dollars. J'ai reçu une lettre de la Banque d'Indonésie qui dit que tout cela était un paquet de mensonges. Il n'a pas eu les 750.000 tonnes d'or qui était censé être le soutenir, il avait seulement 700 tonnes. Il s'agit d'une pièce de fabrication complète. Enfin, j'ai une lettre de M. Riyadi lui-même, qui me dit qu'il a été mis en place pour ce faire, que rien de tout cela est vrai, et qu'il a été dépouillé de tout son argent. Je suis tout à fait prêt à reconnaître que l'une des possibilités est que M. Riyadi est lui-même à mettre tout ceci comme un faux dans le but d'essayer de gagner une certaine reprise. Mais cela devient plus compliqué que cela, car chacun des 5 billions de dollars des paiements qui sont venus en a été reconnu et accepté par les cadres supérieurs à HSBC et à nouveau accepté par les cadres supérieurs à la Royal Bank of Scotland. J'ai un ensemble de recettes pour l'ensemble de cet argent. Pourquoi une banque voulez déposer 5 billions de dollars-valeur-$ 15000000000000 au total des recettes-si l'argent n'existait pas? L'argent a d'abord été dit qu'elle vient du compte Riyadi à la Federal Reserve Bank de New York et à partir de là elle a été adoptée à JP MorganChase à New York pour un transit ultérieur vers Londres. Les moyens de l'envoyer était une note SWIFT qui, si elle était authentique, aurait dû être enregistré auprès de la Banque d'Angleterre. Lorsque cela est arrivé, je l'ai pris à mon noble ami Lord Strathclyde et a demandé ce que nous devrions faire avec elle. Il a dit, "Donne-Seigneur Sassoon. Il est le Trésor". J'ai donc fait, et mon noble ami Lord Sassoon a regardé et a dit immédiatement, "C'est faux. Il est beaucoup trop d'argent. Il serait tenir le coup comme un pouce endolori et vous ne pouvez pas le voir dans la Royal Bank of comptes Ecosse" . Il a poursuivi en disant, «La couverture-or, il est ridicule. Seuls 1507 tonnes d'or a été extrait dans l'histoire du monde, de sorte que vous ne pouvez pas avoir 750.000 tonnes". Cela est vrai. La troisième chose qu'il a dit était, "Il s'agit d'une escroquerie", et je suis d'accord avec lui. Le problème, c'est qu'à ce moment nous nous sommes arrêtés à la recherche, mais nous aurions dû demander ce que l'arnaque était au lieu de simplement signe que non. Nous ne l'avons jamais résolu. Aujourd'hui, j'ai ce morceau de papier assez effrayant, qui est ma justification pour l'amener dans cette réunion. Il est disponible sur Internet et je suis étonné qu'il n'ait pas déjà été mis au jour par le Trésor parce que chaque sonnette d'alarme dans le pays devrait retentir si elle a. Il est du bureau de vérification générale de la Réserve fédérale à Washington-le réel de la Réserve fédérale et sa vérification 16 février 2012: la colonne 1018 revoir à la fin de Juillet 2010 sur la Federal Reserve Bank de New York. Il a sur lui quelque 20 banques cotées à laquelle 16.115 milliards de dollars est en suspens sous forme de prêts. C'est le pouce endolori qui était recherché par mon noble ami Lord Sassoon. Mais plus particulièrement, il ya deux autres choses intéressantes. La première est que la Barclays Bank a 868 milliards de dollars de prêt, et la Royal Bank of Scotland a 541 milliards de dollars, auquel cas on doit poser une question, parce qu'ils auraient pu gagner retour dans trois semaines leur endettement ensemble et pourrait payer les contribuables la Grande-Bretagne. Pourquoi n'ont-ils pas fait, et pourrions-nous s'il vous plaît demandez-leur de mettre un frein dans le soir après la totalité $ 46,000,000,000? La prochaine chose qui ne va pas, c'est que toutes les banques sur cette liste, sans exception, est une banque MTN-social, ce qui signifie qu'ils sont inscrits pour utiliser billets à moyen terme pour transférer des fonds entre eux avec un accord de partage de profits formule , auquel cas ces banques investissent cet argent et, plus extraordinaire, pas un sou d'intérêt ne la Banque fédérale de New York veulent payer sur ce montant vaste, 16 billions de dollars. Quiconque connaît les règles du FMI sont immédiatement sentir un rat. Le FMI a des règles très strictes pour la validation de l'argent douteux. Il ya deux façons de le faire. Vous pouvez soit passer par une grande banque centrale comme la Banque d'Angleterre, qui a apparemment refusé de toucher à ce, ou vous le mettez dans une banque de MTN-commercial, qui est alors en mesure d'utiliser les fonds sur le marché européen d'échange de MTN nuit où ils peuvent gagner entre 1 pour cent et 2,5 pour cent de bénéfice par nuit. L'intérêt composé sur cette somme est énorme. Si elle est authentique, un bénéfice vaste est en cours sur cet argent quelque part. Je crois que c'est maintenant une question aussi importante que j'ai mis tout ce que j'ai eu sur le sujet à un pouce mémoire 104 méga-octets. Je veux que le gouvernement de le prendre tous les, mettez-le dans une certaine Bureau convient d'enquête et de découvrir la vérité sur ce qui se passe ici, parce que quelque chose est très grave. Ou bien nous avons une énorme quantité de taxes non perçues sur les bénéfices réalisés ou nous avons une grande quantité d'argent purulente loin dans le système bancaire européen qui n'est pas de l'argent réel, dans ce cas, nous avons besoin de le reprendre. Je demande une enquête et pour les nobles Lords pour soutenir ma prière. 17:30 Seigneur Lea de Crondall: Mes Lords, je suis très heureux de croire tout ce que le noble lord, Lord James de Blackheath, a dit. Je serai très déçu si le noble lord, Lord Pearson de Rannoch, est incapable d'expliquer comment tout cela est un complot ourdi par Bruxelles. Est-ce que le ministre confirme que si vous voulez acheter le monde entier, vous avez besoin d'un quadrillion? C'est le dernier chiffre. Ce débat a commencé avec une présomption que ce qui s'est passé le 9 Décembre a été un mystère. Il reste un mystère. En réponse à la question posée par le noble lord, Lord Kerr, la raison pour laquelle nous nous éloignions de cette nuit fatidique, je ne peux que supposer, car aucune autre explication n'a été offerte, que dans le milieu de la nuit de téléphone de David Cameron a été d'être piraté par Rupert Murdoch. Les événements de cette nuit à condition manchettes bouledogue tout à fait utiles pour la 16 février 2012: la colonne 1019 lendemain de journaux, y compris le Daily Telegraph et le Daily Mail. Le bouledogue en question, cité par le président du Comité 1922, était, bien sûr, Winston Churchill. Il est utile de citer dans ce contexte de bouledogues du volume 3 de Churchill Histoire des peuples de langue anglaise, dont il a écrit dans les années 1930 mais il a été publié seulement en 1956. Il a dit: "Mais les conservateurs étaient dans un de leurs humeurs de réaction violente de l'intervention continental». C'est là que nous sommes pour le moment.

Ajouter un commentaire