apartheid

Je suis black

L'histoire commence en 1955 avec une noire qui refuse de céder sa place à un blanc dans un autobus. L'histoire continue avec un noir à qui on refuse l'accès dans une rame de métro. L'histoire n'est pas finie. L'histoire n'a pas de fin. Si on avait le sens de l'humour, on dirait que les noirs ont un vrai problème avec les transports en commun. Si on n'a pas le sens de l'humour, on dira que c'est un fait divers, en plein mois de février, qui est loin d'être banal : c'est un apartheid social... On ségrége, c'est le verbe. La ségrégation, c'est son nom.

Henry, un ami qui vous veut du bien

Lors d’une de ses multiples conférences, monsieur François Assélineau, président de l’Union Populaire Républicaine (UPR), a démontré, par un travail approfondi et sourcé, la mainmise de l’Empire anglo-saxon, et américain en particulier, sur les résultats du prix Nobel de la paix.  « COMPLOTISTE ! », beugleront les voix dominantes !