bourreau

Mon œil

Tu tiens ton clou entre le pouce et l'index Et dans l'œil de l'autre, tu l'enfonces... En tapant avec ton marteau, un, deux ou trois petits coups... ça ira. Et tu verras que c'est toi et non lui qu'on blâmera Parce qu'il a hélas le droit de te dévorer des yeux Mais tu n'as pas le droit de lui taper dans l'œil ! Parce que l'on considère à tort et à travers Qu'il n'y a pas de vie sans envie De vitalité sans avidité, de désir sans cupidité. On ne doit pas forcer la réalité mais la renforcer C'est ce que j'ai cru faire... Je fus cruelle pour supporter la cruauté