Burkina faso

Thomas Sankara est mort criblé de balles

Abattu comme un chien. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara a été criblé de balles par ses assassins devant la villa du Conseil de l’entente, siège du Conseil national de la révolution (CNR) où il présidait une réunion. On se doutait que la mort du capitaine avait été brutale et que les tueurs manquaient de panache. La présentation, hier mardi à Ouagadougou, du rapport d’autopsie du corps présumé du président du Burkina Faso lève toute forme de doute.

J’achète donc je suis

 Comme la plus heureuse personne du monde est celle à qui peu de choses suffit, les grands et les ambitieux sont en ce point les plus misérables qu’il leur faut l’assemblage d’une infinité de biens pour les rendre heureux. »      -La Rochefoucauld
Quel est l’intérêt de nos maîtres financiers ?

Pour en finir avec notre diktacratie

Quelques compagnons dissidents, aux idéaux malgré tout bien distincts, aiment à stigmatiser nos aspirations politiques originales en n’hésitant plus à railler notre « démocratite » aigüe. Une maladie émergeant en Grèce à l’ère de Périclès et trouvant son acmé quelques siècles plus tard, sur une terre d’anciens esclaves, dans les Russies oubliées.

Si on ne leur obéit pas…

Le monde n’est pas près de changer. Et cela convient parfaitement à nos bourgades repues de petits fonctionnaires vaniteux et de populace aliénée. Qu’on soit partisan du mérite ou prosélyte de justice, qu’on soit rebelle de papier ou réac médiatique, c’est toujours la même rengaine : on érige, pour nous représenter, des hommes qui n’ont, tout compte fait, qu’une seule ambition : accéder puis se maintenir au pouvoir.

Blaise, fais tes valises !

Les de Blaise le fuyard pourraient être prochainement écourtées. Au Burkina Faso, le Premier ministre de transition, Isaac Zida, entend rouvrir entièrement le dossier de l’assassinat de Thomas Sankara, perpétré lors du coup d’Etat qui a porté au pouvoir Blaise Compaoré, il y a 27 ans.

Blaise Compaoré, d’un château l’autre ?

Cette fois-ci, on peut imaginer que Blaise a fait le voyage sur ses propres deniers, que l’on sait irrigués par les années de délabrement du Burkina. La dernière fois, assez récente, qu’il avait soulevé son auguste popotin, c’était pour préserver celui-ci des coups de tatanes ouagalaises auxquels il était promis. Un voyage alors assuré par un détachement des forces spéciales françaises, qui entre deux chats-bites dans la sous-région ont convoyé le fuyard parti se planquer en Côte d’Ivoire.

Les infos dont on parle peu n°77 (8 novembre 2014)

Nous mettons à votre disposition toutes les semaines quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes. Les liens Infos internationales Burkina Faso: la France a bien exfiltré Blaise Compaoré Discours de Thomas Sankara sur la dette Violent accrochage dans le nord du Mali: un militaire français tué, deux blessés Heurts

Blaise Compaoré, l’homme qui se désintègre ?

Les manifestants de la place de la Nation, à Ouagadougou, sont trop jeunes pour avoir connu le Burkina Faso – « pays des hommes intègres » &; de feu le capitaine , dont l’assassinat en 1987 porta au pouvoir l’actuel président burkinabè,