Céline

Pas de salut pour les Bisounours

Le Bisounours est celui qui croit savoir quel cheval va remporter la course. Il croit que le pouvoir est entre les mains de celui qui tient les cordons de la bourse. Il rêve en douceur et proteste quand on le traite de doux rêveur. Il n'est pas lucide... Il est stupide Il croit à la race pure... Et de ses impuretés il n'en a cure! Il croit à la grandeur de la Nation En ignorant qu'elle est issue de ses hallucinations. Il croit à un sens inné de la patrie Sans se souvenir qu'il ne s'agit que d'un parti pris. Le Bisounours n'est pas celui qui a les yeux fermés

Houellebecq : une imposture littéraire

Privilège du pamphlétaire il est le premier à donner des coups ; la politesse veut qu’ensuite on lui rende au centuple. Tout ça est de bonne guerre. A moi donc l’honneur de dézinguer le dernier roman de Michel Houellebecq, Soumission, avant de recevoir les salves de ses dilettantes. De toute façon, quelle littérature peut se targuer d’une adhésion unanime ? Même le Voyage de Céline trouve ses détracteurs…

Mystère des écritures

La sociologie dévore les cultures. Il n’est pas de champ nouveau qui ne subisse l’arpentage des sociométries. Aux premières poussées du végétal jaillissent les sociologues en nuée, les historiens du rien, les doryphores du fait. La sève jeune appelle la sucée des sondeurs et des statisticiens. Toute forme naissante vit sous le risque d’une manducation.