Camus

SAMU : Je suis malade !

Des appels, le monde en reçoit à la pelle... Mais c'est de plus en plus rare qu'il vous rappelle... ou qu'il s'en rappelle... Il vous entend... mais il ne répond pas... il ne répond plus... Il n'a pas le temps de vous répondre... vous n'avez plus qu'à aller vous faire pendre... Camus appelait absurde, ce divorce entre l'homme et le monde.

OZ : l’apothéose

Ose  franchir le pas Parce que les autres n'osent pas Toute gauche est un peu trop maladroite Ose ta droite L'uppercut se répercute... dans la boxe française Assène le coup fatal Pour l'emporter sur toutes les figures du mal. La droite conservatrice Est la seule voie royale, salvatrice... On ne peut conserver l'air à l'état pur Que si l'on élimine les toxines qui le rendent impur Nettoyage éthique et ethnique! Pour se purifier ou se glorifier d'être durs envers les autres Et purs par devers nous-mêmes C'est l'islam qui est mis en cause... Qu'il soit radical ou modéré, il faut s'en débarrasser

la rentrée des Sisyphe

C'est la rentrée La rentrée des classes, celles des oppresseurs et des opprimés. Des fortunés et des infortunés qui se voient de plus en plus grillés la politesse par une classe moyenne : celle des déprimés. C'est reparti pour un nouveau tour de folie : avec un moral et une morale plus que jamais en berne. Il n'y a plus d'acier. C'est la rentrée avec beaucoup plus de choses à craindre qu'à espérer ! La vie chère qui ne facilite pas la rencontre des spermatozoïdes et des ovules... ce qui ne l'empêche pas de s'autoproclamer précieuse pour tout être ridicule.

Pas de démocratie sans frontières

Un monde sans frontières n’est plus un monde. De fait, c’est un néant. D’où la vacuité du statut autoproclamé de «citoyen du monde», pauvre pirouette poétique éculée. Curieusement, il suffit que l’on parle de «frontières», pour que certains extirpent non pas leur revolver, mais tout au moins leur fiel atrabilaire.