C.G.T

12 septembre : Marche à l’ombre

Nous sommes le 12 septembre...il fait un peu sombre. Je me lève tôt comme tous ceux qui cherchent un boulot Je n'ai pas du tout envie qu'on me mène en bateau. Est-ce que je manifeste ou non pour cinq euros? Je ne crois pas que cela suffise pour sortir sa tête de l'eau... Mais, me dit-on, il faut ce qu'il faut, c'est la vie pour un prolo Il faut militer avec les militants pour ne pas devenir "bobo".

La chienlit

Il n'y a que des fous Le plus grand nombre marche à l'ombre ! Sens dessus, dessous On y perd la tête En creusant sa propre dette... On n'a plus de maison On n'a plus de raison On n'a plus de saison Nous sommes en prison. Ou alors exilés Dans un asile d'aliénés Qui regardent le temps passer Massés ou entassés Et incapables de se redresser. Ils ont tous pris le train Quand ils ne sont pas entrain De le prendre dans la gueule! Pour ne plus se sentir seuls Les gardiens de la cité Les prisonniers, la C.G.T Les malveillants, les mal venus Tous vous souhaitent la bienvenue En enfer Ou dans les fers.