Christ

LE MIGRANT

  La veille, je n'ai rien eu Et je suppose que le lendemain, je n'aurais rien, non plus C'est aujourd'hui, le jour J... J'y crois... je l'ai cru. C'est ce que je me disais, c'est ce que je me suis dit... lorsque j'entendis frapper à la porte, ce dimanche après-midi. Le souci, c'est que je n'ai ni proches, ni voisins, ni amis