destin

L’Affaire Lambert

Un légume qui fait pleurer les pierres... ou l'affaire Lambert ? Je cherche un titre pour embarrasser tous les pitres qui ont du mal à s'en débarrasser. On dirait que le destin refuse de se prononcer et  dire : c'est mon dernier mot Lambert !

Un nouvel habitus

Motus... j'ai un nouvel habitus. Il va falloir m'y habituer. Changer mes habitudes. Mes us et coutumes. Chercher et trouver de nouvelles astuces. Un nouveau bonus, un nouveau malus. Un autre point de vue sur les gus... et un tout autre focus. Ça ne m'inhibe pas, ça m'exhibe. Je me réveille en me répétant : "Mundus est fabula". Que c'est aussi fabuleux de changer de monde que de changer le monde. C'est mon Exodus. On m'a poussé dehors et je me découvre un autre dedans. Un autre désert, un autre désir. Un abri sans aucun abri. Le tout est de le traverser sans voir les choses de travers.

Pourquoi j’ai tout raté ?

Quant je monte ou descend une pente...Il y a une raison apparente et une raison non apparente. Quand je cesse de jouer et que je commence à tricher... Il y a une raison affichée et une raison cachée. Les faits sont ainsi faits : ils ont une raison d'apparaître et une raison de disparaître...

L’obsolescence des Amours

On peut le déplorer... on peut le regretter mais on aura du mal à le contester : l'éphémérité de nos amours est un fait incontesté... incontestable. On l'a plus d'une fois éprouvé même si on s'évertue à le désapprouver... Nos amours ont une durée limitée... quasiment mesurable... on est loin de l'incommensurable!

Le Destin expliqué aux petits malins

  Destin ! Destin ! Y a-t-il quelqu'un pour me faire un dessin, afin que je puisse lui mettre la main dessus? Un croquis pour le croquer... une analyse pour ne pas me faire ridiculiser... Afin que je sache enfin quelle fin on poursuit. Ce qui m'attend... et ce qui va m'atteindre.  

La confession de Jean-Marie

L'État des lieux nous rend parfois superstitieux On interroge les signes, on devient un peu plus curieux Et on finit par se dire qu'il y a peut-être un Dieu Une divine Justice, au-dessus, derrière ou au milieu   Marine a renié son père, de la pire des manières Et elle est en train de le payer fort cher Châtiment possible, réel, certains diront nécessaire Elle s'est elle-même fichue en l'air.   Elle a raté un débat à sa portée pour un brin de fiel

MEKTOUB

C'est écrit, mais blanc sur blanc L'avenir, le passé, le présent Le massacre du Bataclan Les inondations, le sale temps Autant en emporte le vent... La chronique de la mort annoncée du Président La guerre civile ou incivile à l'horizon C'est écrit, Mektoub sur tous les fronts ! Les arabes et leur printemps Le spectacle insoutenable des intermittents Ce chien écrasé par un camion Le doux déclin de l'occident Poutine qui prend l'ascendant Le rouge, le brun devenant équivalents L'humeur, l'humour tremblant C'est écrit, Mektoub avec ou sans notre consentement.

Divergente

C'est bien, c'est beau d'écrire pour les autres... L'écrire AVEC les autres, c'est encore mieux. Pour l'écrivain, c'est sans doute le bon moyen d'échapper à sa vanité. Qu'est-ce que la vérité sinon une ILLUSION partagée ? Un chef d'œuvre ne ressemble à un destin que s'il rassemble plusieurs mains. Un ouvrage en partage n'a pas de prix... ou alors le même que celui de la vie. Pour réaliser mon long métrage "LA BASE" je fais aujourd'hui appel à d'autres extases, aux extases des autres... quelques autres, que je crois sensibles aux mêmes métastases, aux mêmes points de rupture que moi.

Les chiens de garde

  La philosophie nous enseigne la servitude. Elle la justifie et la légitime au profit des bourgeois qui, depuis la Révolution Française, se sont agrégés sans difficulté à nos dirigeants. C’est là principalement le contenu du livre polémique rédigé en 1932 par Paul Nizan : Les chiens de garde.

Sauve qui peut !

La Nature n'a pas tout prévu... Elle est même à l'origine de quelques bévues. Ce n'est pas l'égalité qu'elle offre en partage Mais de sombres clivages... Elle favorise, donc elle défavorise aussi. Mère Nature N'assure pas toujours ses arrières Sa beauté ne va pas sans sa sainte colère Peut-on lui reprocher ses tremblements de terre ? Lui en vouloir pour ses foudres de guerre ? L'accuser de distribuer ses sorts au hasard ? Parce que la mère de ces petits nourrissons n'a pas de lait pour les nourrir. Si je n'interviens pas... ils vont mourir. C'est ainsi que les hommes finissent par périr

Rien ne se dé…cide…cide…cide

Rien ne se dé... cide...cide...cide. Pour un homme d'être un homme, pour une femme d'être une femme... pas d'autre chemin que celui du destin... et il est liberticide. Vous avez promis d'être fidèle et de ne pas faillir à votre promesse mais une beauté plus belle a compromis votre altesse. Vous l'avez compris : il ne faut jamais jurer de rien... et pour commencer : jamais dire jamais. Vous vouliez refaire le monde mais le monde ne s'est pas laissé faire. Pire, il vous a défait, appris la défaite.