dignité

Détournement de mineurs

Bonjour l'homme ! Comment va ? Ça va ? Ça ne va pas ? comme-ci, comme ça ? Sais-tu au moins ce que c'est qu'être autonome ? Tu crois le savoir, mais tu ne le sais pas, sinon tu m'aurais dit : ça va comme je vais et non comme tu vas... et je t'aurais dit : chapeau bas !  

Les deux bouts de la République

Cette ruée vers la rue est notre salut Petit à petit, nous allons réécrire les mille et une nuits Que signifie pour nous "la République" ? Sinon que l'État c'est nous Qu'il ne peut pas y avoir d'État sans nous Ce n'est pas seulement notre droit mais notre devoir de reprendre le pouvoir... REPRENDRE LE POUVOIR Nous ne serons plus endormis, ni assis mais DEBOUT Pour nous soustraire à la pesanteur Pour changer l'ordre des valeurs   Il n'y aura plus de discours politiquement correct Sans l'entremise de notre démocratie directe.... Je te parle, pour que tu m'écoutes

Niais ou Indignés ?

Les plus jeunes sont indignés parce que les plus vieux les prennent pour des niais. Ils en ont assez du marché, des marchands, des marchandises... Ils ne veulent plus entendre parler de crise, ni de gestion de la crise. Ils n'opposent pas leur rêve à la réalité, Mais proposent de les réconcilier, en réalisant leur rêve.   Mais quel rêve ? Le plus ancien, le plus nouveau : avoir une prise sur le réel. Avoir leur mot à dire même si ça ne veut plus rien dire. Disons : un peu plus de tact, de contact et donc d'impact. Être une figure en acte au lieu de figurer pendant les entractes.

Error… Terror

Séquence 17_9032

Notre conscience a encore du mal à distinguer le bien du mal... Je crois que c'est le fond du problème : l'indistinction... les mauvaises distinctions... un tas d'éléments qui nous trompent énormément...d'où la difficulté de discernement.

On s'étonne de voir la fumée quitter le feu qui s'éteint.

Légitime violence

Nous sommes hélas nombreux à ne plus supporter l'insupportable. Nombreux à se faire justice parce qu'aucune institution judiciaire ne peut nous épargner les vrais préjudices. L'injustifiable n'est pas le mal que nous commettons, mais le mal que nous subissons en nourrissant nous-mêmes la bête qui s'apprête à nous dévorer. L'offense est toujours illégitime, mais la violence peut dans certaines circonstances devenir plus que légitime... Légitime, la violence de ceux qui n'ont plus de défense, plus de sens, plus de chance. Légitime, la violence de ceux qui ne peuvent plus tendre l'autre joue.

Jeanne, au-secours !

L'univers ne serait pas impitoyable, si les hommes n'étaient pas si pitoyables. Ils font pitié quand ils font semblant d'ignorer que tout est lié, relié à un destin qui les a vu naître et les verra disparaître. La fille s'apprête à exécuter son père, parce qu'elle trahit ou parce qu'il est traître ? Ce qu'il a commis n'est rien comparé à ce qu'elle va commettre : le déni de l'auteur de ses jours et de son parcours. C'est digne du plus indigne ! C'est pourtant le même sang qui coule dans leurs veines... Comme sous le pont du Carrousel, coule la Seine...