drogue

Ces algériens qui fuient l’Algérie

L'océan il n'y a que l'océan, on ne peut être heureux qu'en le traversant... se disent deux jeunes algériens avant d'enfiler deux gilets oranges et se lancer dedans. Non pour y noyer leur ultime espérance, mais bénéficier de la même chance que deux jeunes gilets jaunes français de l'autre côté de la méditerranée.

Tous camés, tous cramés !

Augmenter la dose, rapprocher les prises... Jusqu'à l'extinction de l'âme... C'est mon drame. La dose de nicotine, la dose d'alcool, la dose d'opium...ça m'épate, ça m'éclate...cette vie qui se déchire, qui renonce au meilleur et se prononce pour le pire.