droit du sol

La déchéance

La déchéance... ah, la déchéance... oh, la déchéance... hi, la déchéance...ah oui, Je suis profondément déchue! C'est un terme sacré, subtilisé par les profanes pour nous attester qu'ils ont le sens du sacré... Ils savent séparer ce qui est séparable mais non réparer ce qui est réparable. Cela correspond dans notre inconscient collectif à un vieux pro-jet : jeter ce qui est jetable... tous les rebelles binationaux à la poubelle.

Belle et étrange patrie

Pourquoi suis-je née ici, plutôt qu'ailleurs? J'hésite entre chance et providence Mine de rien, ce n'est pas rien. Ça me fait quelque chose... comme un lien Auquel je tiens et qui me maintient Même si je ne l'ai pas choisi... J'ai été choisie Comment dire ? Je n'ai pas élu domicile, C'est mon domicile qui m'a élue. Pas d'acte de naissance sans lieu de naissance Mon sol m'indique tout de suite mon socle. C'est sacré comme rapport... Ça se sent d'emblée, il y a un rapport au sacré dans ce lien avec la terre. Il y a un mystère que je ne m'explique pas

Jeanne, au-secours !

L'univers ne serait pas impitoyable, si les hommes n'étaient pas si pitoyables. Ils font pitié quand ils font semblant d'ignorer que tout est lié, relié à un destin qui les a vu naître et les verra disparaître. La fille s'apprête à exécuter son père, parce qu'elle trahit ou parce qu'il est traître ? Ce qu'il a commis n'est rien comparé à ce qu'elle va commettre : le déni de l'auteur de ses jours et de son parcours. C'est digne du plus indigne ! C'est pourtant le même sang qui coule dans leurs veines... Comme sous le pont du Carrousel, coule la Seine...