droite

LE GRAND REMPLACEMENT

Qui est Raphael Enthoven ? C'est l'ex compagnon de Carla Bruni... la petite cantatrice avec l'accent de l'Italie... vous ne voyez pas de qui il s'agit ? ah je vois, vous auriez plutôt tendance à la marier avec Sarkozy ? Comme quoi c'est le dernier qui parle qui a toujours raison.

Les nouveaux clivages idéologiques français

Le clivage gauche-droite actuel est en bonne partie éprouvé, près d’un français sur trois ne sachant plus se positionner par rapport à lui. L’intérêt de cet article est de mettre en valeur les véritables clivages qui traversent les courants d’idées, en postulant l’existence de deux axes majeurs sur un clivage unique formant la matrice idéologique

L’horreur politique

Je ne sais pas ce qui me prend Ni pour qui je me prends En cherchant toujours à soutenir l'insoutenable... à ce petit jeu, je me sens imbattable. Au diable l'humilité! Et quitte à vous surprendre Je m'en vais... Vous apprendre une nouvelle politiquement incorrecte : Pourquoi n'avons-nous Jamais cessé de nous entretuer? Réponse : Parce que nous avons du mal À nous situer sur l'échiquier politique. Au point qu'aucun d'entre nous N'arrive à tirer son épingle du jeu. Mais cette réponse est incomplète : Elle dit de quoi on souffre Mais elle ne dit pas Pourquoi il en est ainsi Et pas autrement

Un vote, un choix…et surtout ferme la !

Tout est affaire de choix dans la vie. Du moins il semblerait. Et le choix, le vrai, est parfois difficile pour nous, pauvres êtres bien fragiles et bien humains. Choisir tel prénom pour son fils, telle femme que l’on destine à être la mère de ses enfants, ou telle amitié que l’on va établir pour la vie&; Mais tous les choix que nous sommes amenés à faire ne sont pas aussi existentiels que ces derniers.

Fascisme de gauche

La voix de l’espoir, toujours réconfortante à entendre, mais souvent décevante à écouter, nous rappelle obstinément que le citoyen de gauche est d’abord et avant tout un homme de bien. Qu’il est doux de rêver… Des harangues chialant la démocratie à tout va, des chansons promettant la révolution sans le sang, des refrains arc-en-ciel, des bonheurs métissés, et des lendemains sans frontières où la tolérance, la justice et l’égalité gommeront la misère, la corruption et la guerre. Du Huxley en canette qui fait pschitt avant même de l’avoir secouée.

Bipartisme congénital

Pendant que Hollande peaufine son discours du 14 juillet, Sarko tente de revenir sur les devants de la scène politique française. Ainsi le pouvoir oscille inlassablement entre discours et parade, histoire de satisfaire les caprices de l’oligarchie financière tout en subjuguant les électeurs-esclaves.