Etienne La Boétie

Notre démocratie est une imposture

J+1 après la nouvelle mascarade électorale ! Qui a inséré son petit bulletin dans le fion de la démocratie ? Sûrement pas nous ! A part une invitation quelque peu délétère à massacrer votre carte d’électeur, vous attendiez quoi des clampins de Diktacratie.com ? 60 propositions pour autant de mensonges ? Nous ne mangeons pas de ce pain là. Car avant d’avoir faim de pouvoir, nous avons surtout soif de liberté. Et selon notre dialectique, celle-ci ne se monnaie pas contre un vulgaire bout de papier !

Si on ne leur obéit pas…

Le monde n’est pas près de changer. Et cela convient parfaitement à nos bourgades repues de petits fonctionnaires vaniteux et de populace aliénée. Qu’on soit partisan du mérite ou prosélyte de justice, qu’on soit rebelle de papier ou réac médiatique, c’est toujours la même rengaine : on érige, pour nous représenter, des hommes qui n’ont, tout compte fait, qu’une seule ambition : accéder puis se maintenir au pouvoir.

La servitude volontaire

« Le peuple, dès qu’il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu’il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir ».

Personne ne dira jamais mieux qu’Etienne de La Boétie notre servitude volontaire. Les hommes veulent servir. Ne leur parlez pas de liberté, ils n’y aspirent qu’en rêve ou en théorie. Leur réelle ambition ? Leur but ? Acheter avec l’argent qu’ils n’ont pas le fantasme d’une réussite sociale.